• Accueil
  • > Recherche : verité sur maroc

Maroc:Les dix ans de règne de Momo VI

5052009

Maroc:Les dix ans de règne de Momo VI dans La face cachée 1241517549_ali%20amar

 

Un livre au vitriol sur les dix ans de règne de Mohammed VI, signé par le cofondateur du plus grand hebdo marocain. Savoureux menu… Encore un peu relevé par le refus du Journal Hebdomadaire d’en publier les bonnes feuilles.

Les plumitifs du royaume enchanté qui se vouent aveuglément à la défense de Mohammed VI et du makhzen marocain ne pourront pas crier à l’ingérence étrangère. Cette fois, c’est un journaliste marocain qui s’attaque à la citadelle royale. Co-fondateur avec Aboubakr Jamaï du grand hebdo indépendant Le Journal Hebdomadaire, Ali Amar, 42 ans, publie ce mercredi chez Calmann-Lévy, Mohammed VI, le grand malentendu. Peu amène, cet ouvrage tire le médiocre bilan des dix premières années de règne du fils de Hassan II et passe en revue différentes affaires qui ont égayé les débuts du jeune souverain : les petits week-ends en amoureux de Nicolas et Carla Sarkozy chez un Mohammed VI qui a mis à leur disposition son « petit palais de Jnane Lakbir, niché dans la Palmeraie » de Marrakech, le renvoi de l’ancien ministre de l’Intérieur Driss Basri, l’assassinat du maître-chanteur Hicham Mandari, la pittoresque affaire de Talsint où le roi a cru que l’on avait trouvé du pétrole au royaume enchanté… Mais aussi des descriptions précises des dérives de l’entourage du monarque, sans oublier Lalla Selma, la rousse épouse de Mohammed VI. Bonnes feuilles.

Très riche roi des pauvres

D’emblée, Ali Amar dresse un portrait carabiné du roi Mohammed VI et de son penchant pour la fête avec les people. « Samedi 2 novembre 2002 à Marrakech. C’est le pic de saison pour La Mecque du tourisme marocain après les longs mois d’accalmie qui ont suivi le 11-septembre, mais les hôteliers et les restaurateurs font grise mine. Sur ordre des autorités, comme à l’accoutumée, tous les débits de boisson baissent leur rideau aux musulmans : dans quelques jours c’est ramadan. Un tunnel d’un mois qui grève leur chiffre d’affaires, surtout lorsque le calendrier de l’Hégire le fixe en automne. Vers 21 h 30, pourtant, à un jet de pierre du célèbre palace La Mamounia, dans la rue qui abrite Le Comptoir, un lounge-bar à la mode, l’ambiance n’est pas à la piété. De rutilantes limousines escortées de motards, tous gyrophares tournoyants, déversent dans un ballet incessant près de 300 convives aux portes de ce haut lieu de la vie nocturne marrakchie. Ce soir, la jet-set internationale est invitée par P. Diddy, la star du rap américain, qui a choisi le Maroc pour souffler ses 33 bougies. Sont arrivés à bord de deux avions spécialement affrétés de New York et de Paris par la Royal Air Maroc : Naomi Campbell, Ivana Trump, Tommy Lee Jones, Joey Starr ou encore Gérard Depardieu. De nombreux artistes de la scène musicale new-yorkaise dont les chanteurs Usher ou Billy Crawford ont également fait le déplacement pour trois jours et trois nuits de libations à l’orientale. Coût de l’anniversaire : un million de dollars, selon la très people « Page Six » du New York Post et le tabloïd anglais The Sun, qui affirmeront que la somme pour régler la note salée provenait de la cassette personnelle de Mohammed VI. L’information est relayée par toutes les gazettes mondaines de la planète et devient vite incommodante pour le jeune roi que l’on voit à la veille du mois sacré distribuer lui-même, à grand renfort de propagande, la soupe populaire aux nécessiteux du royaume. L’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze, ordonnateur de ces soirées dignes des Mille et une nuits, est appelé à la rescousse. Il dira benoîtement qu’il a organisé lui-même ces festivités à travers Kissman Events, la société d’événementiel qu’il a créée au Maroc à cette occasion. Plus cocasse encore, son agent Jean-Pierre Domboy affirmera qu’en réalité l’opération n’a été possible que « grâce à une conjonction de partenaires comme l’office marocain du tourisme, la compagnie Royal Air Maroc, de grands palaces de Marrakech, ainsi que la chaîne de supermarchés Marjane ». Une bien fortuite conjonction de grandes entreprises publiques et de l’enseigne de grande distribution qui appartient à un holding royal. Toujours est-il qu’officiellement, le roi Mohammed VI n’a en aucun cas offert quoi que ce soit sinon, toujours selon l’agent de Jamel Debbouze, « l’utilisation d’une quinzaine de voitures avec chauffeurs, attachés au Palais ». L’intention de Jamel, « qui s’implique de plus en plus dans la promotion de l’image de son pays d’origine, était de faire découvrir à P. Diddy et à ses amis américains la beauté du Maroc, le sens de l’hospitalité et de la fête de ses habitants et surtout de leur montrer qu’un pays musulman pouvait être tout à fait fréquentable ». En réalité, le rétropédalage de Debbouze cache mal la gêne du Palais qui s’efforce depuis l’accession de Mohammed VI au trône en 1999, de façonner au souverain une image de « roi des pauvres » en rupture avec la magnificence médiévale de Hassan II. Des photos de paparazzi parues dans la presse, qui le montraient, alors prince héritier en jean et baskets, un paquet de Marlboro à la main, faisant ses emplettes dans les beaux quartiers de Paris, avaient déjà valu à sa garde rapprochée de sévères remontrances. Les débuts de son règne semblaient pourtant confirmer cette volonté du jeune roi de vivre au diapason de son peuple : plus modestement. » « le train de vie de sultan des temps modernes mené par Mohammed VI ne peut plus être tenu secret. Chaque année, le budget de l’État alloué à la monarchie s’élève à près de 300 millions d’euros. On y décompte les « listes civiles » qui comprennent notamment le salaire du chef de l’État (environ 36 000 euros par mois) ainsi que les indemnités que perçoit sa famille proche dont le détail reste confidentiel, atteignant 2,5 millions d’euros par an. Cependant, l’essentiel des dépenses du monarque provient d’à-côtés budgétaires pharaoniques destinés à entretenir sa cour et ses proches collaborateurs (un millier de salariés qui n’engloutit pas moins de 160 millions d’euros chaque année). Des rallonges qui sont prestement votées par consentement tacite des élus de la Nation au pouvoir bien limité. Le budget de fonctionnement de la maison royale – réparti en frais de personnel, frais de bouche, frais de déplacement, de téléphone, d’entretien des palais et de subventions diverses – représente plus de 2 % des dépenses totales de l’État. Il a augmenté de plus de 40 % depuis 2000. Il dépasse l’enveloppe allouée à la Justice, par exemple, et représente plus de vingt-cinq fois celle du Premier ministre et de son cabinet, réduit à la portion congrue et de facto à la figuration. Les dépenses somptuaires du Palais, décuplées par le grand apparat de son protocole, atteignent des sommets pour chacune des coquetteries voulues par le roi. Mohammed VI dilapide par exemple 40 millions d’euros par an en frais de voyages, 1 million pour la nourriture des animaux du Palais, 6 millions pour le renouvellement de son parc automobile, près de 2 millions en dépenses vestimentaires chez les grands couturiers comme Gianfranco Ferre ou des stylistes en vogue comme Holland and Sherry, qui a annoncé en 2008 sur le site stv.tv que le roi faisait partie des 18 personnalités à lui avoir commandé l’habit le plus cher au monde : un costume en laine de lama des Andes pour la coquette somme de 35 000 livres sterling. La marque qui habille les grandes stars comme George Clooney et Tom Cruise précisait que le vêtement de Mohammed VI nécessitait un travail de dix-huit mois pour sa confection. Des chiffres qui donnent évidemment le vertige dans un pays où le salaire minimum ne dépasse pas les 200 euros. » Les deux têtes de Janus Au menu de ce chapitre, la description des relations entre deux personnalités proches de Mohammed VI : les sieurs Fouad Ali el Himma et Mounir Majidi. Les deux hommes se livrent un combat de titans pour le pouvoir et l’oreille du souverain. « Depuis que Mohammed VI est roi, les parcours fulgurants des deux hommes résument à eux seuls la « nouvelle ère ». Deux personnalités, devenues en dix ans les plus influentes du Maroc, qui n’ont presque aucun point en commun, sinon celui de vouloir être au plus près de Sa Majesté. Ils personnalisent deux archétypes de cette « Génération M6 », mais surtout deux versants d’un même pouvoir, dont le roi a lui-même tracé les contours : El Himma à la politique et à la sécurité en tant que ministre délégué de l’Intérieur, Majidi au business et à la gestion de la fortune royale en tant que chef du secrétariat particulier du roi. Depuis qu’ils se sont hissés au pinacle du pouvoir, ces deux confidents de Mohammed VI font mine de respecter ce jeu de rôle, mais, à chaque faiblesse de l’un ou de l’autre, leur guerre d’usure laisse jaillir des étincelles. En coulisses, leur combat n’a pas repris : il ne s’est jamais interrompu. « Arrêter de surveiller l’autre serait déjà une erreur, cesser de s’en méfier, une faute », commente un habitué du sérail. Les quelques patrons invités à la cène d’Elalamy qui abordent ce sujet en discrets conciliabules ont des raisons de s’inquiéter : ils font partie du clan Majidi, formaté autour des holdings royaux et du patronat. Et Majidi est de nouveau au centre de plusieurs polémiques qui pourraient favoriser ceux d’en face, affidés à l’aile sécuritaire du Palais. Déjà en 2004, lorsque se préparait la relève au sein du patronat, El Himma avait saisi l’occasion d’avancer ses pions dans le pré carré des hommes d’affaires, soutenu en cela par le tour de vis sécuritaire donné au pays au lendemain des attentats sanglants du 16 mai 2003 à Casablanca, la capitale économique du royaume. El Himma avait profité de l’événement pour accuser publiquement les grands patrons de la ville de ne pas suffisamment investir afin de stimuler l’économie marocaine, de réduire le chômage et ce faisant d’éradiquer la misère des banlieues, terreau fertile de l’islamisme radical. Il empiète alors sur le domaine réservé de Majidi, qui lui aussi veut contrôler à sa manière le patronat en y plaçant ses fidèles alliés. Parce qu’il s’agit de menace terroriste, parce que la sécurité nationale est en jeu, l’incursion d’El Himma sera tolérée par Mohammed VI. Un geste qui sera très médiatisé et qui rappelle une vérité toute simple : dans la hiérarchie du pouvoir marocain, il n’y a pas de place pour deux vice-rois en période de crise. « Comment, dans ces conditions, parler d’attelage efficace destiné à secouer l’immobilisme du gouvernement ? », s’interroge la presse, qui critique cette polarisation du pouvoir autour du roi et qui ne crée que tensions et scandales à répétition. Cette fois, le fer est croisé au cœur du business de Mohammed VI. Une violente controverse vient d’éclater autour du débarquement précipité de Khalid Oudghiri, un ancien cadre de la BNP promu au poste de P-DG d’Attijariwafa Bank, la banque contrôlée par les holdings du roi. Yassine Mansouri, le patron de la DGED (Direction générale des études et de la documentation), le service de contre-espionnage marocain, est destinataire en décembre 2006 d’une missive confidentielle de ses homologues français. La France, première partenaire économique du royaume, s’inquiète de voir malmenés ses intérêts au Maroc. Mohammed VI est immédiatement informé. On ne saurait obscurcir le ciel dégagé des relations privilégiées avec Paris, alors que le soutien de l’Élysée et du Quai d’Orsay est si crucial sur le dossier du Sahara occidental. El Himma y voit une opportunité de porter l’estocade à son rival. Une réunion extraordinaire est organisée au ministère de l’Intérieur en janvier 2007, à laquelle sont convoqués Majidi et ses lieutenants : Hassan Bouhemou, le patron de Siger (anagramme de Regis, « roi » en latin), holding du souverain qui contrôle l’Omnium Nord-Africain (ONA) et Attijariwafa Bank, Saâd Bendidi, à l’époque P-DG de l’ONA, et Khalid Oudghiri, le P-DG d’Attijariwafa Bank. En face d’eux, El Himma aligne Chakib Benmoussa, le ministre de l’Intérieur, par ailleurs un ancien de l’ONA, et Yassine Mansouri, le chef des services secrets. La réunion est houleuse, mais au sein du clan Majidi, Oudghiri laisse entrevoir des positions opposées sur la stratégie de la banque vis-à-vis de l’ONA et de ses partenaires français, notamment AXA et Auchan avec qui la guerre est ouverte. Oudghiri sera invité à s’exprimer plus librement à huis clos lors d’une deuxième rencontre avec les « sécuritaires ». À cette occasion, il s’opposera à l’idée de mettre la banque qu’il dirige au seul service des intérêts du roi. L’hostilité à l’égard des intérêts économiques de la France est pour lui une hérésie. El Himma boit du petit-lait et s’empresse de s’en ouvrir à Mohammed VI qui attend des explications. Mais l’omerta qui règne au Palais veut que rien ne filtre, l’affaire devra rester secrète. Elle sera tranchée par le limogeage d’Oudghiri sans autre forme d’explication, Majidi préférant sacrifier un pion sur l’échiquier pour que les querelles sur les affaires royales ne soient pas rendues publiques, surtout lorsqu’elles se télescopent avec des enjeux diplomatiques. Pire, alors que Oudghiri quitte le Maroc des mois plus tard pour prendre la direction d’une banque saoudienne, il sera accusé de malversations et de mauvaise gestion d’Attijariwafa Bank, au point qu’il fera appel pour sa défense à Me Vergès, le ténor du barreau parisien, pour se prémunir de la vengeance du clan Majidi qui ne lui a pas pardonné sa traîtrise. » Génération M6 Tout au long de son livre, Ali Amar égrène plusieurs révélations sur l’histoire du Journal Hebdomadaire comme cet épisode concernant l’ancien Premier ministre Driss Jettou. « Dans sa villa du Val d’Anfa à Casablanca, Driss Jettou me reçoit avec le sourire, ce 25 juillet 2008. Je n’avais pas vu l’ancien Premier ministre depuis des années. Le sujet pour lequel je souhaitais le rencontrer devient presque secondaire lorsqu’il se met à égrener des souvenirs communs. « Tu ne sais pas à quel point je vous ai défendu lorsque j’étais aux affaires. Tout le monde voulait votre peau, des gens au Palais bien sûr, mais plus encore chez les socialistes. Parfois, le Conseil du gouvernement faisait de votre cas une obsession. Ça n’a pas été de tout repos, crois-moi. » Je veux bien le croire en effet. 2 décembre 2000, Abderrahmane Youssoufi, Premier ministre socialiste à l’époque, entérine la mort du Journal. Je suis attablé avec Aboubakr Jamaï, Fadel Iraki et l’un des enfants de Mehdi Ben Barka à la terrasse d’un café du XVIe arrondissement à Paris lorsque nous apprenons la nouvelle. Nous décidons de rester en France encore quelques jours pour organiser notre contre-attaque, car cette fois-ci la bataille sera encore plus rude et nous savons que notre meilleure défense est notre exposition à l’opinion internationale. L’interdiction de l’hebdomadaire coïncide avec la tenue au Maroc du premier congrès de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) dans un pays non démocratique. Dans son communiqué de protestation, la FIDH fait remarquer à Youssoufi les contradictions de sa décision. Il prétend la prendre dans « sa conviction de renforcer les espaces de liberté », alors même qu’il a utilisé le fameux article 77 du code de la presse qui a servi pendant des décennies à censurer son propre parti lorsque celui-ci était dans l’opposition. Le satisfecit que voulait donner cette puissante organisation au royaume en organisant son congrès à Casablanca pour la transition vers un État de droit dans laquelle il semblait s’être engagé va tourner à la catastrophe médiatique. Driss El Yazami, l’ancien opposant du régime et cheville ouvrière de la FIDH, se sent floué par cette décision liberticide. À notre retour de Paris, il invite Aboubakr Jamaï à la tribune du Congrès. Face aux caméras du monde entier, après un discours percutant, le jeune patron du Journal annonce sa décision d’entamer sur-le-champ une grève de la faim illimitée afin d’obtenir l’autorisation de ressusciter sa publication. Les débats prévus sur les avancées en matière de droits de l’homme sous Mohammed VI paraissent dès lors désuets. Youssoufi, qui avait quitté la salle avant l’intervention de Jamaï, est décrédibilisé. Ce scénario inattendu au Palais va le contraindre à reconsidérer sa position, surtout qu’une campagne de presse à l’internationale se fait de plus en plus l’écho de la fin du « printemps marocain ». Fouad Ali El Himma, en retrait depuis le début de la crise, reprend langue avec Fadel Iraki, l’actionnaire principal du Journal. Le rendez-vous aura lieu à Marrakech, alors que Jamaï, cloîtré depuis presque une semaine dans son bureau où il a installé un lit de camp, reçoit sans interruption les médias et enchaîne les conférences de presse jusqu’à épuisement. La mobilisation est à son comble, alors que l’État et sa justice se confondent dans des explications juridiques surréalistes pour justifier leur refus d’autoriser Jamaï à lancer un nouveau titre. Le parquet de Casablanca, censé donner ce sésame sur simple présentation d’un dossier, conformément au code de la presse, joue la montre en arguant que des pièces administratives n’ont pas été produites, sans pour autant préciser lesquelles. Alors en route pour Marrakech, Fadel Iraki reçoit un coup de téléphone de son ami Abderrahim Lahjouji, le patron de la CGEM, l’équivalent marocain du MEDEF, avec qui il s’était entretenu durant la journée. Il lui demande de faire demi-tour d’urgence et de le retrouver à son bureau privé de la rue d’Alger. Là, la surprise est de taille : Driss Jettou, alors conseiller du roi, l’y attend. Iraki m’appelle pour assister à la rencontre. L’échange est cordial, mais quelque peu tendu. Lahjouji y met beaucoup du sien, explique au conseiller les retombées néfastes de l’affaire et étale sous ses yeux les articles du Monde, du Figaro et de Libération qui parlent d’un retour aux années sombres. Jettou se tourne vers moi et me dit : « Écoute, je sais que tu es un garçon raisonnable. Le pays est lynché, demande à ton ami d’arrêter au moins sa grève de la faim et je te promets de solutionner le problème dans l’heure qui suit. Si vous faites ça, je vous invite tous les trois à dîner ce soir autour d’un tajine de poulet au citron. » Ce à quoi je réponds que, si Jamaï reçoit son autorisation avant la fin de la journée, nous serions honorés d’être invités à sa table. Au même moment, nous apprenons qu’ordre a été donné au procureur du tribunal de première instance de Casablanca de remettre en mains propres à un Jamaï triomphal son sésame. Jettou appelle alors El Himma de son portable et lui annonce avec satisfaction : « On a gagné ! » Nous dînerons alors le soir même autour du tajine promis au domicile de Lahjouji. Au dessert, Jettou aura cette phrase terrible : « Vous devez savoir qu’au Palais, on ne lit pas tous vos articles dans le détail. On s’arrête souvent sur un titre qui dérange, une formule, mais le sens général n’est pas souvent compris. Vous n’avez pas affaire à des intellectuels. » Pour garder la face, le procureur du roi sera dépêché sur le plateau de télévision de la chaîne 2M pour annoncer que Le Journal a finalement produit les pièces manquantes imaginaires. Le publicitaire Nourredine Ayouch, un proche du Palais, était passé opportunément à l’administration du Journal pour demander une copie du dossier initial, remis un mois plus tôt au procureur. Il ira le déposer au greffe du Tribunal, offrant ainsi à l’État le prétexte officiel pour céder à la pression médiatique. »

Mohammed VI, Le grand malentendu. Dix ans de règne dans l’ombre de Hassan II. Par Ali Amar. Ed. Calmann-Lévy.

Ici




Maroc:L’histoire revue et corrigée

8032009

 Maroc:L'histoire revue et corrigée  dans La face cachée 1236531536_Copie%20de%20futur

L’Histoire du Maroc ne se réduit pas à l’arrivée d’un seul arabe d’Idriss 1er ni de Moulay Ali Chérif .

Le temps est donc venu pour que des vérités soient dites…




Au Maroc: la vérité sort toujours du cul des chiens

2022009

Au Maroc: la vérité sort toujours du cul des chiens dans La face cachée 1233572367_Copie%20de%20Abass%20%20%20betes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ca me donne envie de faire pareil …….




Maroc :La Seule Et Unique Vérité…

19122008

Maroc :La Seule Et Unique Vérité... dans La face cachée 1229687137_Copie%20de%20MMM 

Enfin Mohamed VI Ose L’Avouer !




Maroc:difficile de cacher la vérité

24112008

 

Maroc:difficile de cacher la vérité  dans La face cachée 

Hilary Clinton, 61 ans, à la tête de la diplomatie américaine, c’est une question d’heures. Les négociations entre l’équipe Obama et l’ex-couple présidentiel entament leur dernière ligne droite.

Le Washington Post rapporte que Bill Clinton a accepté de lever le secret sur le montant des principaux donateurs à sa fondation William Jefferson Clinton, crée par l’ex-président des Etats-Unis juste après la fin de son deuxième mandat à la Maison blanche en 2000.

L’ascension de Hilary Clinton ne pourrait que rassurer davantage les officiels marocains sur les nouvelles orientations de politique étrangère de Barak Obama.

Et pour cause, la presse américaine s’est largement fait écho des largesses du roi Mohammed VI à la fondation de Bill Clinton. La relation entre le couple Clinton et le Maroc remonte en effet au règne de Hassan II.

Pour mémoire en plein scandale politico-sexuel nommé Monika Lewinsky, Hillary Clinton avait effectué une visite au Maroc et c’est le coup de foudre pour le sud marocain. Une relation qui s’est poursuivi sous Mohammed VI avec notamment la présence remarquée de Bill Clinton aux festivités du mariage du monarque marocain.

Selon le New York Times, outre le roi Mohammed VI, les familles régnantes en Arabie Saoudite, Qatar et aux Emirats figurent également sur la liste des généreux donateurs à la fondation des Clinton.

Au printemps 2008, le couple Clinton avait révélé avoir gagné 109 millions de dollars depuis 2001, date de son départ de la Maison blanche.  




Maroc:Les secrets de la diplomatie marocaine

25102008

Maroc:Les secrets de la diplomatie marocaine dans La face cachée 1224958489_Copie%20de%20LA%20DIPLOMATIE 

J’espère un jour que les marocains apprendront enfin la vérité sur le dessous des cartes de la diplomatie marocaine .




Maroc:L’affaire Ben-Barka-n’est toujours-pas-elucidée.

25102008

Maroc:L'affaire Ben-Barka-n'est toujours-pas-elucidée. dans La face cachée 1224914919_Copie%20de%20benmoussa%20%20benslimane 

Hosni Benslimane  général de corps d’armée (chef de la Gendarmerie royale)

 Abdelkader Kadiri  général (ancien patron de la Direction générale des études et de la documentation, DGED, et actuellement inspecteur général des armées),

Miloud Tounsi, dit Chtouki (ancien membre des services secrets marocains)

Abdelhaq Achaachi (un des anciens responsables des services secrets).

Une grande majorité de Marocains veulent connaître enfin la vérité, toute la vérité sur les années de plomb.

Le makhzen pret à  vous protéger ?




Maroc: HWR demande l’arrêt des poursuites contre al-Jazira et un militant des droits de l’homme

1072008

Human Rights Watch (HRW) a appelé mardi les autorités marocaines à cesser les poursuites judiciaires contre le directeur d’al-Jazira à Rabat et un militant des droits de l’homme, accusés d’avoir propagé « des fausses informations » sur une opération policière. 

« Les autorités marocaines devraient chercher la vérité sur les larges abus commis par la police à Sidi Ifni et permettre une discussion ouverte sur cet incident au lieu d’user des lois repressives pour +tirer sur les messagers+ », a écrit dans un communiqué Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de cette ONG dont le siège est à New York.

Le procès contre Hassan Rachidi et contre le responsable du Centre marocain des droits humains (CMDR) à Sidi Ifni, Ibrahim Sebaa El Layl, devait s’ouvrir mardi matin à Rabat. Ils sont inculpés de « diffusion d’une fausse information et complicité ».

Ils avaient affirmé qu’une violente intervention policière à Sidi Ifni, une localité portuaire dans le sud du Maroc avait fait, le 7 juin, « entre un et cinq morts », ce que les autorités marocaines ont catégoriquement démenti.

Par ailleurs, M. Sebaa El Layl, qui a été arrêté le 27 juin, devait comparaître mardi après-midi devant un tribunal pour avoir répété ses accusations lors d’une conférence de presse du CMDR.

« Poursuivre en justice des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes pour la diffusion d’informations est incompatible avec l’engagement du Maroc à respecter la liberté d’expression (…) et rend plus difficile l’établissement de la vérité », a souligné Mme Whitson.

Ici




Maroc: Commission d’enquête sur Sidi Ifni… un écran de fumée

29062008

Pourquoi l’enquête parlementaire relative aux graves atteintes aux droits de l’homme ne pourra pas aboutir à faire éclater la vérité ?

1-  D’abord parce que les ténors des partis politiques dont sont issus les parlementaires membres de cette commission se sont déjà exprimés sur la question et ont estimé qu’il n’ y avait pas de quoi fouetter un chat.

2- Les journaux et quotidiens appendices de ces partis tant au sein de la majorité gouvernementale qu’à l’intérieur de l’opposition, ont également trouvé que les forces de l’ordre se sont conduites de manière correcte , allant jusqu’à faire porter la responsabilité des violences policières par les manifestants.

3- Parce que les principaux membres du gouvernement El Fassi qui ont eu à commenter les faits graves s’étant déroulés à Sidi IFNI et notammant le vol, la violence gratuite, l’atteinte à la dignité des citoyens et des Ifnawiyates en particulier, ont tenu à dédouaner ces mêmes forces qui se sont comportées comme des commandos fascisants contre des citoyens qui ne demandaient que du travail et de la dignité.

4- Parce que les parlementaires marocains pour leur immense majorité ne doivent leur place au sein de cette institution que parce qu’ils ont usé de passe droits , de l’influence de l’argent et du soutien des autorités à divers niveaux.

En conséquence, ces parlementaires qui ne jouissent d’aucune liberté d’action ou de jugement ne pourront produire qu’un rapport biaisé désignant quelques lampistes subalternes comme bouc émissaire de cette répression comme ce fut le cas lors du terrible incendie de l’usine de Lissassfa .

Cette violence institutionnalisée est cultivée par les plus sphères  du pouvoir sécuritaire marocain.

Mêm si l’on doit espérer se tromper quant à cette issue plus que probable, il est plus que certain que la commisiion susmentionnée ne pourra aboutir qu’à des conclusions biaisées et partielles.

Ceux qui s’attendent au contraire sont de véritables naïfs qui croient aux miracles dignes de la canne de Moïse qui se tranformait en serpent.

Ainsi va le Maroc

Ici

Une commision d’enquête ? Qui va la faire ? «  un istiqlalien, Noureddine  Moudian « ,Et qui va avoir le courage de dire la vérité ? Aura-t-il l’occasion de le faire, d’abord ? bien sûr que non.
Ce que craignent les régimes féodaux, est justement la vérité. C’est la seule force qui peut les faire tomber.

le makhzen cherche à créer un écran de fumée pour travestir la réalité, comme à son habitude.

Il ya des centaines d’enquêtes à faire. Peut-être même des milliers.
Mais quand viendra ce temps ? peut-être jamais.

Ainsi va  le nouveau règne au royaume  de  la corruption et des illusions .




Maroc:Revendication amazighe : le chemin de la liberté

6062008

Maroc:Revendication amazighe : le chemin de la liberté dans La face cachée 77hmz6kmhfjxx1aw7rr 

Face à la résurgence définitive et irréversible de la revendication amazighe portée par une jeunesse déterminée qui a vaincu les fantômes de la peur et les épouvantails d’un Etat policier, castrateur, népotiste, théocratique et esclavagiste, le pouvoir, désemparé, navigant à vue, réprime et érige sa violence officialisée comme unique réponse à une réalité sociohistorique incontournable, qui avance et remet en question les fondements idéologiques et la légitimité « imposée » arbitrairement.
La jeunesse amazighe est porteuse d’espoir, garante d’un avenir libéré des pesanteurs d’un passé fait de mascarades et de falsifications. C’est une jeunesse qui portera, certainement, le poids des sacrifices multiformes et nécessaires à l’amazighité. Elle a évolué au cœur d’un combat authentique et universel, vomit tous les discours et les topiques exogènes galvaudés par les marionnettes politiques de la nouvelle ère : l’ère de l’arbitraire officialisé et de l’amazighophobie, l’ère du mensonge et de la démagogie.

 

Une jeunesse pour qui l’amazighité est la raison d’être, d’exister. Qui force note respect et notre estime. Prête à mourir si nécessaire. Qui accule les « élites amazighes » qui continuent à ronronner un discours nostalgique de salon sur un passé glorieux qu’elle rêve de reproduire dans les salons mondains. Une « élite » assimilée. Dépassée. Incapable d’établir des canaux avec une jeunesse décidée.

La jeunesse amazighe a fait son choix, en dépit du brouhaha et du parasitage de la meute des plumitifs de service. Elle a porté la revendication sur un espace public, établi des connexions avec les communautés amazighes d’Afrique du nord, des Iles Canaries et de la Diaspora. Un cauchemar pour le Makhzen et ses acolytes. Elle a œuvré pour sortir un peuple, une nation amazighe de l’ombre, de l’isolement et d’une omerta généralisée. Pour dire non au règne du mensonge et de la démagogie. Honorer la mémoire de nos ancêtres tombés sur le champ d’honneur.

La jeunesse rompt avec le système des atermoiements sempiternels et le système de prédation culturel et politique. Elle refuse de confondre la démocratie et sa caricature. Son discours exprime des idéaux amazighes et des valeurs pérennes, à l’épreuve du temps et des contingences métaphysiques, à travers un langage de vérité, un esprit lucide et l’exemplarité dans le comportement.
Le Mouvement Amazighe, portée par une jeunesse déterminée, est convaincu que seule une participation équitable des amazighes dans la gouvernance, actuellement accaparée par des cartels, une mafia de collaborateurs et de traîtres, voir d’assassins, pourrait sortir notre pays du marasme qui l’étouffe. Convaincu que seul un système de gouvernance basé sur des institutions démocratiques, issues d’une expression libre et souveraine de la population est capable de garantir la paix, la stabilité et l’ordre social.

Imazighen, spoliés de ce qu’ils ont de ce qu’ils sont depuis une indépendance offerte et négociée avec le colonisateur, revendiquent leur droit à l’autodétermination conquise de haute lutte par la résistance amazighe, revendiquent le droit de décider de leur vie et des choix, de tous les choix politiques qui les concernent et concernent leur pays.
Le Mouvement Amazigh a construit une alternative démocratique. Il n’a peur de personne. De personne.  Il ne cèdera pas devant les porteurs d’eau d’une idéologie anachronique et d’un système inique, amazighophobe et bâtard. Il refusera d’amuser les galeries officielles et makhzéniennes qui s’attardent sur l’écume des échéances en se pavanant dans des succès factices et éphémères et la multiplication des effets d’annonces illusoires.
Imazighen lutteront avec abnégation, résistance et détermination et une espérance chaque jour renouvelée. Quels que soient les obstacles qui se dresseront devant eux. Ils aspirent vivre dans la dignité, léguer aux futures générations un héritage qui n’a pas de prix : le combat pour Timmouzgha et le sacrifice suprême si nécessaire.

La motivation politique qui pousse le pouvoir inique a multiplier les gaffes et les empressements irresponsable tient au fait qu’il a l’impression – ou donne l’impression – de maîtriser – par la violence s’entend – l’espace national et les « indigènes » mais non par le temps. Le peuple amazighe, à travers sa jeunesse est sur le chemin de sa libération. Les tentatives répressives du pouvoir ne l’arrêteront pas. Elles renforcent sa détermination quant à la justesse de sa cause. Lui permettent de prendre conscience de sa condition de colonisé sur sa propre terre.
L’impunité garantie par la corruption et l’esbroufe ne sont pas éternelles. Car la caste au pouvoir a le genre malfaisant d’ouvrir de profondes fosses communes pour y ensevelir les faits qui lui font toujours peur. Une gabegie. Elle espère ainsi condamner le passé comme s’il n’a jamais existé : que faire de Addi Ou Bihi, Aknoul et Bourd dans le Rif, Moulay Bouâzza, Goulmima, Tinghir, Rich, Figuig, Amellaggou et des dix sept généraux amazighe fusillés, pour leur substituer les Bennani et les Kabbaj de la Karaouiyinne de Fès ???
Le passé resurgit avec force. Têtu comme le temps. La répression ne viendra pas à bout de la résistance amazighe et ne fera pas taire les revendications amazighes. Les arrestations qui se multiplient à Imtghern (Errachidia) parmi les étudiant du Mouvement Amazighe, les reports du procès des détenus de Meknès, la dissolution du Parti Démocratique Amazigh, les interdictions de tous genres qui frappent l’action amazigh et l’amazighité témoignent de la nervosité d’un pouvoir qui navigue à vue, joue sur l’usure et renforce davantage la détermination des amazighes à vivre debout.

Moha Moukhlis







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...