• Accueil
  • > Recherche : police maroc

Maroc:Des moutons bien gardés

24082008

 

Maroc:Des moutons bien gardés dans La face cachée hlrhaka01k5hmnca9qcn

Des moutons sous haute surveillance grâce à la police de la pensée.




Maroc:Des Marocains tentent d’atteindre l’Espagne sur un matelas gonflable

20082008

La police espagnole a interpellé sept Marocains qui tentaient d’atteindre l’Espagne en provenance des côtes d’Afrique du Nord à bord d’un matelas gonflable, ont rapporté lundi des médias espagnols.

Ces sept hommes font partie des 85 candidats à l’immigration clandestine interceptés depuis dimanche au large des côtes espagnoles.

Arrêtés dimanche matin à environ quatre milles nautiques de Punta Acebuche, près de la ville méridionale d’Algésiras, les sept hommes ont été pris en charge par la Croix-Rouge à leur arrivée, selon l’agence Europa Press.

Les services de secours en mer ont également intercepté lundi après-midi 38 autres migrants sur une embarcation au large de la province d’Almeria, dans le sud-est de l’Espagne, après avoir reçu un appel téléphonique de la part d’un des passagers évoquant une dérive de plusieurs jours, a poursuivi Europa Press.

Enfin, la police a stoppé lundi matin au large de la ville méridionale de Tarifa un autre bateau transportant 35 personnes originaires d’Afrique subsaharienne, tandis que cinq migrants africains ont été découverts dans la même zone à bord d’un canot pneumatique avant l’aube.

L’Espagne attire depuis ces dernières années de très nombreux Africains souhaitant immigrer en Europe, mais la plupart débarquent sur l’archipel des Canaries, dans l’océan Atlantique.

Bien qu’il n’existe aucune statistique fiable, les autorités redoutent qu’une grande partie des milliers d’Africains qui effectuent chaque année le dangereux périple en direction de l’Espagne ne meurent de soif, de faim ou de froid.

Madrid, en partenariat avec d’autres membres de l’Union européenne (UE), a tenté d’augmenter les patrouilles maritimes et aériennes, et a signé des accords avec plusieurs pays africains afin de faciliter le rapatriement des immigrés clandestins.

Au cours des sept premiers mois de 2008, 7165 migrants sont arrivés en Espagne en bateau, soit 9,1% de moins que lors de la même période de l’an dernier, et une baisse de 58,9% par rapport à 2006, a annoncé la semaine dernière le ministère de l’Intérieur.

Agence France-Presse

Madrid




Maroc:Un imam marocain accusé de terrorisme arrêté en Italie

20082008

Un imam marocain soupçonné de terrorisme dans son pays a été arrêté à Varese, dans le nord de l’Italie, à la demande de Rabat qui réclame son expulsion, a annoncé lundi la préfecture de police.Abdelmajid Zergout, 43 ans, a été arrêté samedi soir en exécution d’un mandat d’arrêt lancé fin juillet par le parquet de Rabat qui l’accuse d’association de malfaiteurs ayant pour objectif de préparer des attentats terroristes, de subversion de l’ordre public et de financement du terrorisme, a précisé la préfecture de Varese.

Il y a trois ans, le religieux marocain avait déjà été arrêté par les policiers italiens dans la cadre d’une enquête sur le terrorisme dans la péninsule. Il avait été acquitté le 3 août 2007 par le tribunal de Milan (nord).

Son avocat, Luca Bauccio, a dénoncé «une accusation motivée par des raisons politiques» et a annoncé son intention de faire appel d’une éventuelle décision d’expulsion, selon l’agence Ansa.

La cour d’appel de Milan a quarante jours pour prendre sa décision sur l’expulsion de l’imam, a précisé le procureur de Varese, Maurizio Grigo, au cours d’une conférence de presse.

Au cours de l’arrestation, la police a saisi un ordinateur et du matériel en arabe qui doivent être encore examinés par les experts.

Source: AFP




MAROC • Ali Lmrabet : mes carnets de prison

9072008
Condamné à trois ans de prison pour « outrage au roi », le journaliste Ali Lmrabet cohabite avec les trafiquants de drogue et les victimes de la torture. Courrier international publie sa troisième chronique.
Fin août, quelques semaines avant que je ne sois à nouveau renvoyé à la prison de Salé, j’ai eu, au service pénitentiaire de l’hôpital Avicenne, une étonnante conversation avec Mustapha Alaoui – le doyen des journalistes marocains y était également détenu. Alaoui m’a raconté une histoire sidérante, mais néanmoins significative. Quand une délégation de la Fédération des éditeurs marocains de journaux a rendu visite au conseiller royal Mohamed Méziane Belfquih pour plaider mon cas et celui d’Alaoui, le fonctionnaire royal leur promit d’intercéder auprès du souverain à une seule condition : gommer mon nom de la requête, ce qui fut fait. Alaoui a été libéré et moi expédié en prison, merci confrères !
La première chose que je vois dès que je foule le sol de la prison, ce sont les « vibreurs », des détenus atteints par une sorte de tremblote violente et permanente qui les empêche de marcher, de se mouvoir et même de s’exprimer normalement. Pour se déplacer, ils doivent être soutenus par d’autres détenus. Quelqu’un m’explique que ce sont des toxico-dépendants, en manque.

« Tu te crois prisonnier politique, on va régler ça »
Normalement, c’est l’un des infirmiers de la prison qui leur fournit leur dose quotidienne de karkoubi (comprimés), mais, comme les mesures de sécurité ont été renforcées après l’arrivée massive d’islamistes, ce membre du « personnel soignant » préfère attendre que les choses se passent avant de reprendre son juteux commerce. Mais d’où sortent les fameux karkoubis ? C’est l’Etat marocain qui les fournit, et gratuitement. La combine est simple : l’infirmier est de mèche avec un médecin qui signe des ordonnances ; c’est l’administration pénitentiaire qui paie les « médicaments », et les deux compères demandent aux « malades » une contribution. Gardiens et détenus connaissent ce stratagème, mais personne ne parle parce que tout le monde y trouve son compte. Tout le monde ? Non, les vrais malades, ceux qui nécessitent des soins lourds, que l’administration pénitentiaire rechigne à payer, restent à l’écart de ce système.
Un très jeune détenu du nom de Wadie Laalaili, atteint d’un cancer ORL qui le fait horriblement souffrir, passe son temps à hurler. Quand je suis intervenu en sa faveur, j’ai été pris à partie par Hamid, l’infirmier de service, et par Abdelkrim, un gardien connu pour sa brutalité. Un soir, j’ai même reçu la visite de ces deux fonctionnaires, qui m’ont lâché : « Tu te crois prisonnier politique, on va régler ça. On va attendre que tu ailles à la salle des visites, puis on fourgue un kilo de haschisch dans ta cellule, et le tour est joué. » Ils en sont capables.

L’adjudant-chef A. S. est passé à la gégène
Le 1er septembre 2003, la direction de la prison a confisqué 2,5 kg de haschisch dans une cellule. Il n’est pas rare, quand on se balade dans une aile de cette taule, de humer les effluves du shit. Un prisonnier m’a même expliqué qu’avec l’arrivée des barbus les « affaires » étaient devenues difficiles. La barrette de 100 grammes de notre haschisch national vaut aujourd’hui 1 000 dirhams [100 euros] alors qu’il y a quelques mois elle ne valait que 200 dirhams.
L’hebdomadaire Al Ousbou a publié récemment une incroyable information : un trafiquant de drogue incarcéré à Salé aurait offert à la prison des dizaines de tables et de chaises. Il n’en faut pas plus pour faire croire à certains esprits chagrins que l’argent de la drogue finance une prison marocaine.
Autre histoire de drogue, mais d’un autre calibre. Un matin, à la fin de l’été, la prison s’est remplie de juges, de procureurs, de policiers et de militaires. Ces serviteurs de l’Etat n’étaient pas là en visite guidée ou d’inspection. Ils étaient tous en état d’arrestation. Après la détention de deux « capos » de la drogue hispano-marocains, Mounir el-Ramach et « El Nene », qui auraient donné des noms lors d’interrogatoires brutaux menés par la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ), les autorités marocaines ont mené une véritable rafle dans leurs propres rangs à Tétouan, dans le nord du pays. Parmi ceux qui ont été arrêtés, il y a sûrement des coupables, mais aussi des innocents.
Une première dans l’histoire du Maroc, la rafle a touché des présidents de chambre criminelle, des procureurs, des préfets de police, un agent de la Direction de la surveillance du territoire (DST), plusieurs civils, une bonne pelle de policiers et de militaires.

Il y a plusieurs groupes dans cette fournée. Le premier, composé de magistrats et de flics, n’a pas été « molesté ». Le deuxième groupe, celui des civils, non plus. L’un de ces derniers, un commerçant de meubles qui se targue d’amitiés très haut placées, serait prêt, dit-on, à donner des noms qu’aucun juge d’instruction n’aurait le courage d’enregistrer. Le troisième groupe, celui des militaires et des gendarmes, a visiblement souffert le martyre, c’est-à-dire qu’il a été torturé. Transporté par hélicoptère de Tétouan, et conduit les yeux bandés dans un lieu secret près du zoo de Témara, dans la banlieue de Rabat, l’adjudant-chef A. S. est passé à la gégène, une gégène marocaine et moderne. Le 30 septembre, alors que je me trouvais à l’infirmerie, je l’ai entendu se plaindre de ses reins. Il racontait qu’il avait subi un calvaire. Dans le lieu « secret », il avait eu droit à la méthode du « chaud et froid » : le malheureux est attaché à un ventilateur d’air chaud, collé contre sa poitrine ; puis à un certain moment, on amène un ventilateur d’air froid, cette fois-ci contre son dos. Ce mélange de température rend la victime folle de douleur.
Et dire que le Maroc se prépare à présenter à la mi-novembre, devant la Commission des droits de l’homme de l’ONU, un rapport attestant de l’inexistence de la torture dans le royaume ! Pourtant, il suffit de visiter la prison de Salé, où je suis logé de force aux frais de l’Etat, pour se rendre compte que certaines fâcheuses habitudes n’ont pas disparu.
Au milieu du bâtiment central, il y a un endroit, une sorte de petit hall grillagé et battu par les vents, que les détenus appellent avec effroi le « jardin ». Bel euphémisme pour désigner un lieu qui n’a ni eau ni toilettes, et où sont enchaînés pendant des jours, pieds et poings liés par des menottes, les prisonniers récalcitrants – le Moyen Age. Un jour, j’ai montré ce lieu infâme à mon avocat, le bâtonnier Jamaï, également président de l’Observatoire des prisons. « Ils n’ont pas le droit ! » s’est-il écrié.

Ici

 




Maroc: arrestation de 35 recruteurs pour Al-Qaïda en Irak et en Algérie

3072008

Maroc: arrestation de 35 recruteurs pour Al-Qaïda en Irak et en Algérie dans La face cachée jeapy1qhcengb8kkzj5

Chakib Benmoussa

( un autre fachi = un autre rigolo)

Trente-cinq personnes, qui recrutaient des volontaires pour le réseau islamiste Al-Qaïda en Irak et en Algérie, ont été arrêtées récemment par les services de sécurité marocains, a indiqué mercredi une source policière citée par l’agence Map.

« Ce réseau a recruté et convoyé une trentaine de candidats aux opérations kamikazes en Irak et trois volontaires pour combattre aux côtés des membres d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique » (AQMI), a ajouté cette source.

Les arrestations ont eu lieu dans plusieurs villes du royaume, selon la Map, qui ne précise pas la date des interpellations.

« Les suspects projetaient également des actes terroristes au Maroc », a également indiqué la source policière.

Il s’agit du troisième réseau islamiste officiellement démantelé au Maroc depuis le début de l’année. En février, la police avait annoncé l’arrestation de 36 personnes appartenant à un « réseau terroriste à soubassement jihadiste » dirigé par un Belgo-Marocain, Abdelkader Belliraj.

Le 19 mai, la police avait fait état du démantèlement d’un « réseau terroriste » de 11 personnes qui projetaient des attentats au Maroc et en Belgique et étaient en relation avec « avec des filières d’acheminement de volontaires en Irak et pour les camps d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, en Algérie ». Deux de ces personnes ont depuis été innocentées

AFP




Maroc: HWR demande l’arrêt des poursuites contre al-Jazira et un militant des droits de l’homme

1072008

Human Rights Watch (HRW) a appelé mardi les autorités marocaines à cesser les poursuites judiciaires contre le directeur d’al-Jazira à Rabat et un militant des droits de l’homme, accusés d’avoir propagé « des fausses informations » sur une opération policière. 

« Les autorités marocaines devraient chercher la vérité sur les larges abus commis par la police à Sidi Ifni et permettre une discussion ouverte sur cet incident au lieu d’user des lois repressives pour +tirer sur les messagers+ », a écrit dans un communiqué Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de cette ONG dont le siège est à New York.

Le procès contre Hassan Rachidi et contre le responsable du Centre marocain des droits humains (CMDR) à Sidi Ifni, Ibrahim Sebaa El Layl, devait s’ouvrir mardi matin à Rabat. Ils sont inculpés de « diffusion d’une fausse information et complicité ».

Ils avaient affirmé qu’une violente intervention policière à Sidi Ifni, une localité portuaire dans le sud du Maroc avait fait, le 7 juin, « entre un et cinq morts », ce que les autorités marocaines ont catégoriquement démenti.

Par ailleurs, M. Sebaa El Layl, qui a été arrêté le 27 juin, devait comparaître mardi après-midi devant un tribunal pour avoir répété ses accusations lors d’une conférence de presse du CMDR.

« Poursuivre en justice des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes pour la diffusion d’informations est incompatible avec l’engagement du Maroc à respecter la liberté d’expression (…) et rend plus difficile l’établissement de la vérité », a souligné Mme Whitson.

Ici




Maroc:Emeutes de Sidi Ifni

19062008

 Maroc:Emeutes de Sidi Ifni  dans La face cachée 1213850788_Copie de 1 emeutes

La police de Dar el Makhzen redoute de nouveaux incidents  à Sidi Ifni, d’ici la fin de la semaine.

Mais que se passe-t-il donc à Sidi Ifni??? 
 




Maroc: Emeutes Sidi Ifni : information officielle version makhzen

13062008

Maroc: Emeutes Sidi Ifni : information officielle version makhzen dans La face cachée rngme92bdob5jpsx0mye

 

Pour la première fois dans l’histoire du Royaume Enchanté, la Compagnie mobile d’intervention – l’équivalent des CRS en France – a débarqué par la mer, en renfort des forces de police, pour mater les émeutiers !….

Il y a quelque chose de pourri au Royaume Enchanté…pauvreté,prostitution,corruption , pédophilie, et mendicité;ce pays est le cuba français d’avant Castro!

Un coup d’oeil par : Ici




Maroc:Répression sauvage et brutale à Sidi Ifni

11062008

« Allo, il y a une descente
de différents corps de police
3000 ou plus
ils dévastent les maisons
frappent tout ce qui bouge..
ça dure depuis 4h du matin »
je descends dare dare à l’amdh
téléphone à droite et à gauche
les informations sont là
grande répression policière
des arrestations
du vol aussi
les portables,l’argent, les bijoux
tout y passe
ceci se pase à sidi ifni
les ait baamrane
la tribu résistante
qui a payé de son sang
l’indépendance du pays!!!
pourquoi cette hargne??
les habitants ont un cahier revendicatif
qui malgré les soi-disant « semblant de dialogue’
n’a pas été exaucé..
marginalisée..
cette ville..
le chômage y connaît de grandes proportions
-comme un peu partout dans ce pays-
un ras le bol général
des marches de protestation
des sit-in
walou
on n’a pas envie de les entendre!!!!
la population décida alors d’organiser
un grand sit-in près du port
pour se faire enfin entendre
la réaction des autorités:
ce carnage
bombes lacrymogenes..
bastonnades
on parle même
de morts
de viols……….
ceci se passe
alors qu’on nous casse la tête
par des slogans »nouvelle ère »
« développement »
la ville est assiégée
les nouvelles sont rares
nous devons réagir

À qui on ment

« et bien,on a essayé avec tous les moyens
de leur faire prendre raison
pas moyen..
on a du intervenir!! »
voilà en gros
ce que disent
ceux qu’on fait passer à la télé
pour justifierl’injustifiable!!!!
en supposant
en essayant d’être de bonne foi
chose pas vraiment facile
car c dans notre peau
qu’on l’ a expérimenté
le mensonge!!
en supposant que c l’affaire
de quelques jeunes
qui bloquaient le port!!!*
il a fallu plus de 6000 , je ne sais même plus comment les appeler!!
il a fallu que le général
de sinistre renommée
descende à tiznit!!!!
il a fallu assiéger la ville
interdire qu’on en sorte
ou qu’on y entre
frapper tout ce qui bouge
voler des portables
voler des bijoux
violer l’intimité des foyers
créer une atmosphère d’apocalypse dans la ville??
c pas un peu gros???
quelques jeunes
selon la télé!!!
et toute une armada
pour les déloger
du port!!!!!
misère, répressioon et mensonge

Par Samira Kinani




Maroc: La tension tounours vive à Sidi Ifni

11062008

Quatre jours après la dispersion par la police de jeunes manifestants à Sidi Ifni, la tension restait vive. Les protestataires ont bloqué le port de pêche pour protester contre leur marginalisation économique et sociale dans cette petite ville du sud marocain. L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) a affirmé que les forces de sécurité avaient pris à partie des habitants de Sidi Ifni dans la rue et même à domicile, faisant état de violences, de viols, de vols et d’insultes. Des témoins ont également vu des policiers, armé de matraques et apputés par des chiens, intervenir violemment, tuant et blessant certains manifestants. Mais le gouvernement a démenti cette version des faits. « A Ifni, les événements ont pris un tour plus dramatique qu’ailleurs parce que certaines personnes, des extrémistes, ont voulu politiser la crise« , a déclaré le ministre marocain des Communications, Khalid Naciri.

Ici







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...