• Accueil
  • > Recherche : police maroc

La  »Révolution du jasmin en Tunisie  »: un avertissement aux régimes autoritaires et corrompus:Maroc-Algerie-Egypte….etc

17012011

*Algérie : un homme meurt après s’être immolé par le feu

Un Algérien, qui s’était immolé samedi par le feu dans une ville proche de la frontière avec la Tunisie, a succombé dimanche à ses blessures. Trois autres de ses compatriotes ont tenté ces derniers jours d’en faire autant, à l’instar de Mohamed Bouaziz, le Tunisien de 26 ans dont l’immolation, le 17 décembre, a déclenché la révolte de ses compatriotes.

* Egypte: un homme s’immole par le feu devant l’Assemblée

Un homme s’est immolé par le feu lundi devant l’Assemblée du Peuple au Caire, a annoncé une source parlementaire, un geste qui rappelle celui d’un jeune Tunisien qui a déclenché les émeutes dans son pays.

L’homme s’est versé de l’essence sur le corps avant d’y mettre le feu, puis la police est intervenue pour éteindre les flammes, selon cette source qui parlait sous couvert de l’anonymat

A qui le tour ?




Maroc:Mosquées, sexe et mensonge :Scandales des imams marocains en France et en Belgique

20072009

Maroc:Mosquées, sexe et mensonge :Scandales des imams marocains en France et en Belgique  1248107699_abdeslam
L’imam d’Orange (France) : Riche proxénète

L’histoire de l’imam marocain d’Orange est renversante. Depuis 20 ans, il fait venir des filles du Maroc qu’il force à la prostitution, se constituant, sur leur dos, une fortune impressionnante. Ce qui ne l’empêche pas de diriger « sa » mosquée et de présider les prières. Les Français appellent ça « le système Bahiad ». Bahiad, c’est le nom de l’imam marocain qui fait scandale cette semaine en France et plus précisément à Orange, le fief « historique » de l’extrême droite. Abdeslam Bahiad, 54ans, non seulement imam de son état, mais aussi président de l’association « Lumière de Dieu » qui gère la mosquée de la cité des Princes, vient d’être arrêté. Lui et ses trois fils – Abdelgafour, 24 ans, Omar, 31 ans, et Niky, 33 ans – qui lui servaient de lieutenants. Mais aussi une mère maquerelle, Drissia, 42 ans, personnage central qui a commencé au modeste grade de prostituée dans le « système Bahiad », avant de gravir les échelons et quelques autres prostituées. Soit une dizaine d’arrestations en tout… Ils sont accusés de prostitution, proxénétisme aggravé, filière d’immigration clandestine et blanchiment d’argent. Et les enquêteurs n’ont pas fini leurs investigations, selon la presse française. En quoi consiste l’affaire ? L’imam et honorable président de mosquée Abdeslam Bahiad -que tout le monde respectait dans la ville d’Orange et en qui les familles marocaines (voire maghrébines) plaçaient leur entière confiance au point de lui confier, parfois, le sort de leurs filles et proches restés au pays- était en fait un « Monsieur Claude », dirigeant un vaste réseau de prostitution entre le Maroc, son pays d’origine et la France, son pays d’accueil. C’est un prétendu homme de religion qui guidait les croyants sur la voie de Dieu, le jour et faisait commerce de chair humaine, la nuit. Une espèce de Docteur Jekyll-mister Hyde qui se complaisait dans sa schizophrénie depuis 20 ans. Et pour cause, elle lui rapportait gros ! Il s’était constitué un patrimoine immobilier comptant, selon les premières informations, quelque dix appartements à Orange, sa maison de 300 m2 dans laquelle il vit avec sa famille, des commerces, salons de coiffure et un café-bar « le France »… Ce qui étonne –un peu tardivement- les Français qui réalisent qu’ « un gars arrivé en France en 1968 et qui depuis n’a travaillé que neuf ans en tant qu’ouvrier agricole », n’a pas pu acquérir tout cela grâce à son travail. Le mode opératoire de Abdeslam Bahiad était simple et n’avait rien d’innovant. Il exploitait les illusions de jeunes Marocaines, âgées de 14 à 25 ans qui rêvaient d’Eldorado européen. Ces jeunes filles étaient approchées au Maroc. Parfois, leurs familles payaient cher pour voir partir leurs filles à qui étaient promis papiers en règle, travail, avenir brillant… Avec le temps, il avait aussi constitué sa petite mafia : autour de lui il y avait ses trois fils et l’ex-prostituée, devenue mère maquerelle, Drissia. C’est elle qui allait « recruter » les gamines chez elles et leur faisait faire le trajet Maroc-France, clandestinement, dans le coffre de sa voiture. Des dizaines de filles ont ainsi été « recrutées » suivant cette filière… Arrivées en France, elles se retrouvaient à Orange, logées dans les appartements de Bahiad, en attendant de subir le sort réservé à toutes : s’engager, de gré ou de force, dans la prostitution. Selon un enquêteur dont les propos ont été rapportés par la presse française, « certaines prostituées auditionnées ont affirmé avoir été violées et frappées par les trois fils. L’une d’elles qui était tombée enceinte, déclare même que l’un d’eux lui a donné de gros coups de poing dans le ventre jusqu’à ce qu’elle perde l’enfant ». Une fois « convaincues », les filles racolaient dans le bar « Le France » de Bahiad, situé – comble du comble – en face de la police municipale d’Orange. Elles effectuaient leurs passes dans les appartements de l’imam qui avait ses propres règles de « mac ». Ainsi, elles ne payaient pas de loyer, mais elles ne recevaient pas non plus l’argent que rapportaient leurs passes. L’une d’elles a raconté aux enquêteurs qu’elle touchait seulement, de temps à autre, cinq euros pour pouvoir téléphoner au Maroc. Bien sûr, la duplicité de l’imam Bahiad est consternante. C’est un supposé sauveur d’âmes qui fabriquait des âmes égarées ! Mais il est quand même étonnant que nul ne se soit douté de quoi que ce soit, pendant toutes ces années où d’innocentes rosières étaient transformées en filles de joie… Fort de cette myopie générale, Bahiad n’avait aucune raison de croire que son manège n’allait pas durer ad vitam… Le fait est que, depuis un an, la police judiciaire d’Avignon enquêtait sur cette affaire pour établir, de la manière la plus exacte possible, les tenants et aboutissants du trafic. Une enquête longue et minutieuse qui a enfin permis de donner un coup de pied dans la fourmilière. Notamment après avoir obtenu, entre autres, le témoignage de six prostituées de Bahiad. L’imam-faux jeton a-t-il senti venir le coup ? Selon certaines informations, il aurait vendu ces derniers mois une bonne partie de ces biens. La police judiciaire qui épluche actuellement ses comptes bancaires et ceux de ses complices, aurait trouvé de nombreux documents prouvant qu’il aurait récemment effectué des virements de liquidités au Maroc. Comment Bahiad, ses fils et Drissia ont-ils expliqué toute leur affaire aux autorités, pendant leurs auditions ? Qu’ont-ils dit ? Rien… Ils sont restés muets, n’avançant qu’un seul argument expliquant, selon eux, leur naufrage : « un complot des prostituées » !

La mise à niveau des imams : Un programme est lancé…

Il tombe à pic, ce programme de mise à niveau des imams lancé la semaine dernière par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq. C’est un programme lancé le 27 juin pour un coût de 200 millions de DH et qui bénéficiera à quelque 45.000 imams du Maroc. Bien sûr, il ne s’inscrit pas dans le cadre de la lutte contre les scandales des imams marocains à l’étranger, mais dans celui de la réforme du champ religieux, initiée ces deux dernières années, pour tenter de remédier aux déviances des salafistes, takfiristes et autres extrémistes religieux. Néanmoins, il est axé sur la mise à niveau des imams et cet effort n’est assurément pas superflu ! Lors d’un point de presse qu’il a organisé, à l’occasion du lancement de ce programme, le ministre a expliqué que 1.500 encadrants superviseront cette opération –la première du genre- dans l’ensemble des communes rurales et urbaines. L’opération de formation des imams, lancée dans le cadre de « la charte des Oulémas » s’assigne pour objectifs, d’une part, de doter les imams des compétences nécessaires qui les habiliteraient à s’acquitter comme il se doit de leur mission et, d’autre part, de mettre en place un encadrement religieux approprié à la société marocaine. Une société attachée à ses valeurs et à son identité. Le coup d’envoi de l’application de la charte des Oulémas, à travers le programme de mise à niveau des imams des mosquées, avait été donné par le message royal adressé à la première session ordinaire de l’année 2009 du Conseil supérieur des Oulémas de Rabat. Le ministre a bien souligné que ce programme était obligatoire pour tous les imams. Mise à niveau, mais aussi mesures d’accompagnement. Il s’agit d’améliorer les conditions matérielles des imams et les conditions d’entretien des mosquées Le ministre a, dans ce sens, rappelé qu’une enveloppe budgétaire d’un montant de 250 millions de dirhams est venue s’ajouter, depuis janvier 2009, aux 150 millions de dirhams déjà alloués aux imams. Les rencontres s’inscrivant dans le cadre de ce programme ont été lancées le 27 juin dans 1.500 centres de formation sous la supervision du conseil supérieur des oulémas au sein des mosquées et se poursuivront dans toutes les régions du Royaume à raison de deux rencontres par mois (le premier et le troisième samedi de chaque mois). Le programme est axé sur les constantes de la nation. Entre autres : le rite des adeptes de la sounna et de la communauté, la foi achâarie, le rite malékite, le souffisme sounni, les attributions des imams et les fonctions religieuses, d’enseignement et sociales de la mosquée…

Anvers (Belgique) : L’imam violeur

Violer une femme, puis une deuxième et en plus dans une moquée. Il faut être satan pour le faire. Mais non, c’est un imam marocain qui l’a fait en Belgique. Dans le district de Wilrijk, dans la ville flamande d’Anvers en Belgique, les habitants sont encore sous le choc. Les musulmans parmi eux le sont encore davantage, surtout les ressortissants d’origine marocaine. Parce que c’est dans ce district que l’imam marocain A.B, 54 ans, a violé deux femmes dans la mosquée même où il officiait. C’est sa seconde victime qui l’a dénoncé. Juste après avoir été abusée sexuellement par l’imam, la jeune victime est allée voir son avocate et lui a tout raconté. Elle a confié avoir été invitée par l’imam à le suivre dans une chambre jouxtant le lieu de prière, sous prétexte qu’il allait lui expliquer le discours religieux qu’il venait de prononcer. Sauf qu’après à peine quelques phrases, c’est au corps de la jeune fille que le quinquagénaire a commencé à s’intéresser. Perdant la raison, il a vite fait d’en disposer, de force, pour satisfaire son désir sexuel. A peine cette affaire a-t-elle été portée à la connaissance de la police qu’elle s’est ébruitée. Du coup, un sit-in a été organisé devant la mosquée de Wilrijk pour empêcher l’imam de continuer à y présider la prière. C’est alors qu’une autre victime s’est déclarée. Elle s’est plainte à la police d’avoir été aussi abusée par le même imam. C’était en 2004. Alors âgée de 25 ans et venant à peine de divorcer, cette autre jeune femme est allée voir l’imam pour lui parler de ses problèmes. Prétendant vouloir l’exorciser d’un diable qui l’aurait envoûté, celui qui devait être son sauveur l’a droguée pour pouvoir prendre tout son temps d’assouvir son plaisir sexuel. La jeune femme avait d’abord eu peur de parler de ce qui lui était arrivé. Mais en apprenant qu’elle était tombée enceinte, elle a porté plainte. Or, son affaire n’a pas été prise au sérieux et son dossier a été classé. Elle avait confié aux enquêteurs que l’imam lui avait proposé 500 euros pour la convaincre d’avorter. La victime est revenue à la charge en 2006, après la naissance de son bébé. Cette fois-ci l’imam a été convoqué puis relâché. Mais c’est en faisant une deuxième victime qu’il est tombé. Là des tests ADN ont été ordonnés et prouvé sa paternité du bébé de sa première victime. Lors de son procès, le religieux a reconnu qu’il avait eu une relation sexuelle avec sa première victime seulement et qu’il était le père de son enfant, mais il assure que la femme était consentante. Selon lui, lorsqu’il est apparu qu’il ne voulait pas quitter sa propre épouse, les deux femmes se sont entendues pour conspirer contre lui. Il a alors plaidé non coupable. Cependant, le tribunal a estimé les témoignages des deux femmes dignes de foi et jugé que le religieux avait abusé de son autorité et de la confiance que sa fonction inspirait à ses victimes. Il l’a condamné à 42 mois de prison ferme. L’imam devra aussi indemniser les deux femmes à raison de 5.000 euros pour la première et 3.000 euros pour la seconde, à titre de dommage moral. Certains de ceux qui ont suivi cette affaire estiment que le coupable s’en est plutôt bien tiré.

Par B.Amrani et M.Zainabi http://www.lereporter.ma/index.php?option=com_content&view= article&id=2438:scandales-des-imams-marocains-en-france-et-en-belgique–mosquees-sexe-et-mensonges&catid=54:dossier&Itemid =172




Maroc :Féminisation du makhzen

25022009

Maroc :Féminisation du makhzen 1235563512_Copie%20de%20POLICE%20MAROCAINE 

Elles ont été baptisées « Filles du Makhzen ».




Maroc: Abdelilah Benkirane, chef du parti islamiste PJD

8022009

Maroc: Abdelilah Benkirane, chef du parti islamiste PJD 1234086146_benkirane%20pjd 

Feu d’artifice au programme.

Abdelilah Benkirane… l’ex-informateur de la police secrète marocaine.




Maroc: !! Overdose !!

6022009

Maroc: !! Overdose !! 1233963239_Overdose

Overdose ou surdose est un coma par surdosage qui peut entraîner la mort et dont les symptômes varient suivant le produit utilisé, dépresseur ou stimulant :exp: makhzen,corruption,injustice, police,gendarmerie,répression,Benslimane,Benmoussa, Laânigri, etc……….




Maroc: Les échecs diplomatiques du makhzen

16112008

Maroc: Les échecs diplomatiques du makhzen  1226836164_item 

La militante sahraouie Aminetou Haidar reçoit le prix de la Fondation Robert F. Kennedy

New York, 13 nov 2008 (APS) – La militante sahraouie des droits de l’homme, Mme Aminetou Ali Ahmed Haidar, a reçu jeudi à New York, le prix de la Fondation Robert F. Kennedy Mémorial.La directrice juridique de cette organisation américaine, Mme Marselha Goncalves Margerin, a souligné avoir décerné ce prix à Aminetou Haidar, parmi les 120 candidats du monde entier, « pour faire connaître la cause sahraouie aux Etats-Unis ». A son actif, on retient également le « prix spécial de Castellfelds » 2008 (Barcelone), et toujours en Espagne, le prix « Juan Maria Banderas » obtenu en mai 2006, tout comme celui du « Club des 25″.La même année, la militante sahraouie recevait le prix « Freedom awards 2006″, décerné par la fondation américaine « Defense forum foundation ». Mme Haidar a déjà obtenu plusieurs autres distinctions dont le prix « Silver Rose 2007″, décerné chaque année par l’organisation internationale « Solidar » pour récompenser les actions exceptionnelles d’individus et d’organisations qui se battent pour la justice sociale.

Née au Sahara occidental en 1967, cette militante des droits de l’homme qui a eu un rôle clé dans plusieurs campagnes organisées pour libérer des prisonniers politiques sahraouis en lutte pacifique pour leur droit à l’autodétermination, a été arrêtée, emprisonnée, torturée à plusieurs reprises par les forces marocaines occupant son pays.
En 1987  ,elle a été arrêtée et détenue sans motif et sans jugement dans plusieurs centres de détention, avant d’être libérée en

1991.


En tournée dans de nombreux pays, elle avait alerté l’opinion publique et politique internationale, ainsi que les médias, de la situation « préoccupante » de son pays face à l’occupation coloniale marocaine.
Elle avait également évoqué l’Intifada pacifique de son peuple, la qualifiant d’ »expression de la détermination d’un peuple qui ne supporte plus le joug colonial ».Malgré « le cordon répressif installé par les autorités marocaines » depuis l’occupation du Sahara Occidental en 1975, l’ »action des défenseurs sahraouis des droits de l’homme a réussi à briser le mur du silence, en dévoilant au monde les graves atteintes aux droits humains », a-t-elle souligné lors d’une tournée en France décrivant « le vent de révolte » lorsque le 21 mai 2005 à El Aaiun, l’ »Intifada s’est déclenchée suite au transfert d’un prisonnier sahraoui à Agadir ».Ce prisonnier « avait rejeté la nationalité marocaine qu’on nous impose, et rejeté sa carte d’identité », a-t-elle précisé.

« La réponse policière marocaine fut encore plus violente. Aux forces de police se sont joints les Groupes urbains de sécurité (GUS), véritables escadrons de la mort ainsi que d’autres corps de répression », a-t-elle témoigné.

Les forces de répression marocaines ont saccagé des dizaines de maisons de citoyens sahraouis. Ce soulèvement s’est étendu rapidement au sud du Maroc, où vit une population sahraouie importante, ainsi que dans les centres universitaires où étudient des jeunes sahraouis, eux aussi violemment réprimés, a-t-elle affirmé, dans différents forums tenus en région parisienne.

« La parole, trente ans confisquée, s’est libérée, a souligné Mme Aminetou Haidar qui « garde beaucoup d’espoir que la lutte du peuple sahraoui se poursuive pour l’organisation d’un référendum qui mette fin à cette souffrance ».
Très écoutée lors de différents forums consacrés à la cause sahraouie, Mme Haidar, a longuement décrit « le lot de souffrances, de répression, de brimades que subit quotidiennement le peuple sahraoui » et exposé des photographies-témoignages sur « les horreurs commises par les forces de répression marocaines ».

Elle a également dénoncé « le mur de la honte » de 2.700 kilomètres érigé par les forces marocaine et qui, parsemé de 3 millions de mines antipersonnel, « sépare les familles sahraouies, qui de ce fait, vivent ainsi un drame psychologique » et signalé l’ »accélération depuis 3 ans de la politique de colonie de peuplement » appliquée au Sahara Occidental.

La militante sahraouie a également évoqué « les fosses communes, le napalm, le phosphate blanc dont ont usé les autorités marocaines pour réprimer toute velléité de résistance à l’occupation ».

« Malgré tout cela, le peuple sahraoui reste toujours attaché à l’exercice de son droit à l’autodétermination », a-t-elle constamment fait valoir, rappelant que « ce droit, est la seule condition pour que tout cela cesse définitivement. (SPS)

http://www.dailymotion.com/video/k40NxUefpddE8OQhVo

Un manipulateur makhzenien chauffe  la  salle

http://www.dailymotion.com/video/k6ctssmu1t7gRms2Ii

La face cachée de  la makhzenocratie marocaine




Maroc:La barbouze marocaine et la princesse hollandaise

14102008

Maroc:La barbouze marocaine et la princesse hollandaise 1224057391_Copie%20de%20kidsmj6

Dans son édition du 23 septembre, le quotidien espagnol El Pais raconte la belle histoire de Re Lemhaouli, espion marocain perdu au pays des princesses hollandaises. Digne d’un roman !

C’était en février dernier à Rotterdam et c’était pour la bonne cause. Assis au premier rang, Re Lemhaouli trône entre la princesse Maxima des Pays-Bas et le très calviniste ministre de la Jeunesse et de la Famille, André Rouvoet. Tous trois assistent à une remise de diplômes à 57 jeunes immigrés qui, après avoir connu l’échec scolaire, ont été remis dans le droit chemin par Lemhaouli qui leur a permis de travailler comme bagagistes ou manutentionnaires à l’aéroport de Rotterdam. La princesse a tellement apprécié le programme de réinsertion de ce Néerlandais d’origine marocaine qu’elle a décidé de le parrainer en baptisant son projet « Projet Maxima ». La classe !

Carambouille diplomatique et exfiltration discrète

Sans doute la belle l’ignorait-elle mais, à cette époque déjà, Re Lemhaouli, 38 ans, était pisté par l’AIVD, les services secrets néerlandais. Il faut dire que son CV est des plus attirants pour un service étranger : en plus de ses activités à mi-temps de GO pour jeunes immigrés, il officie comme sergent dans la police qu’il a intégré à 19 ans, après son bac. Et, en tant que policier, il a accès à toutes sortes d’informations sur l’immigration marocaine aux Pays-Bas. Ce détail n’a pas échappé à la Dged, les services secrets marocains, toujours très soucieux, comme leurs confrères algériens et tunisiens, de garder l’œil sur leurs ressortissants à l’étranger. Toujours est-il que l’AIVD a fait part des conclusions de son enquête à la direction de la police néerlandaise qui a discrètement expulsé Lemhaouli en juillet pour « faute grave ». En parallèle, La Haye a couiné auprès de Rabat et les deux agents marocains déguisés en diplomates qui avaient recruté le sergent ont regagné leur « mère-patrie » sans tarder.

1224057494_spion-ff501

L’ancien espion de sa Majetski

L’affaire serait restée méconnue si des journalistes de la télévision publique néerlandaises n’y avaient fourré leur nez. Sur le plateau de l’émission Nova, ils ont fait venir Fouad el Haji, conseiller municipal à Rotterdam. Lequel, grand bavard, a relaté comment lui, et bien d’autres Néerlandais d’origine marocaine occupant des postes de responsabilité, ont été approchés par les services secrets du royaume enchanté du Maroc. « C’est habituel », a-t-il raconté aux téléspectateurs éberlués. « Vous êtes invités à des galas et traités avec toutes les attentions du monde. Avant que vous ne vous en rendiez compte, vous êtes dans un avion en partance pour le Maroc. Lorsque vous visitez le pays, on vous dorlote encore plus ». Autre révélation du conseiller municipal : l’immigré et futur espion est incité à acheter une résidence secondaire « dans le plus beau pays » du monde et, au besoin, on lui en trouve une bon marché, pour qu’il ne perde pas ses attaches avec le royaume.

Les révélations de l’émission Nova ont vite fait d’obliger le ministre des Affaires étrangères néerlandais, Maxime Verhagen, de s’expliquer devant le Parlement où les députés de la majorité (travaillistes et chrétiens démocrates) ont demandé au gouvernement de tirer les oreilles de l’ambassadeur du Maroc à La Haye. L’extrême droite de Geert Wilders a, elle, carrément exigé son expulsion si Rabat ne présentait pas ses excuses.

Mais le dindon de cette histoire d’espionnage qui a tourné au vinaigre reste le pauvre Re Lemhaouli. La divulgation de son passé d’espion lui a fait perdre son nouveau boulot de moniteur de jeunes immigrés désœuvrés. Qui plus est, le ministère de la Justice a annoncé que le procureur, qui a renoncé à le poursuivre dans un premier temps, ré-ouvre l’enquête. Si procès il y a, l’ex-espion risque d’être déchu de sa nationalité néerlandaise. Mais pas de la marocaine. C’est toujours ça de sauvé.

Pour creuser le sujet : Ici




Maroc occupé: La poudrière marocaine

9092008

Maroc occupé: La poudrière marocaine jvtdx3yfzgwgb6pjzwyl 

Elle s’appelle Zahra, elle a vingt ans, elle est étudiante à l’Université de Marrakech. Pour avoir participée à une marche de protestation, elle a été battue par la police, emprisonnée avec des centaines de ses camarades dans le sinistre commissariat de la Place Jamaâ El Fna (visitée quotidiennement par des millier de touristes) et sauvagement torturée. Les policiers l’ont obligé à rester nue pendant des jours, devant ses camarades alors qu’elle avait ses menstruations. Pour protester contre ce traitement, Zahra a entamé une grève de la faim et s’est retrouvé dans le coma. Sa vie ne tient plus qu’à un fil.

Est-ce que quelqu’un en Europe, a entendu parler de cette jeune étudiante ? Est-ce que nos médias ont cité le cas tragique de Zahra ? Pas un mot. Pas un mot non plus sur cet autre étudiant, Abdelkebir El Bahi, qui a été jeté du troisième étage par la police et est condamné à vivre dans un fauteuil roulant le reste de ses jours, parce qu’en tombant, il s’est brisé la colonne vertébrale.

Aucune information non plus sur ces 18 autres étudiants de Marrakech, compagnons de Zahra qui, afin de protester contre leurs conditions de détention dans la prison de Bulmharez, ont aussi entamé une grève de la faim depuis le 11 juin 2008. Certains ne peuvent plus se lever, plusieurs crachent du sang, d’autres sont en train de perdre la vie, ils sont dans le coma et doivent être hospitalisés.
Tout cela se passe dans l’indifférence et le silence général. Seules les familles ont manifesté leur solidarité. Ce qui a été considéré comme un geste de rébellion et ils ont été odieusement roués de coups.

Tout ceci ne se passe pas dans un pays lointain comme le Tibet, la Colombie ou l’Ossétie du Sud. Mais à seulement quatorze kilomètres de l’Europe. C’est un état que des millions de touristes européens viennent visiter chaque année et dont le régime bénéficie dans nos médias et de la part de nos propres dirigeants politiques, d’une extraordinaire tolérance et mansuétude.

Cependant, depuis un an, les protestations du peuple marocain se multiplient : révoltes urbaines contre la cherté de la vie et insurrections paysannes contre les abus. Les émeutes les plus sanglantes se sont déroulées le 7 juin à Sidi Ifni lors d’une manifestation silencieuse contre le chômage, qui a été réprimée avec une telle brutalité qu’une véritable insurrection s’est produite avec des barricades dans les rues, des incendies de bâtiments et des tentatives de lynchages d’une autorité publique. La réplique des autorités a été une répression d’une violence démesurée. En plus des dizaines de blessés et des arrestations (dont celle de Brahim Bara, du comité local d’Attac), Malika Jabbar, de l’organisation marocaine des droits de l’homme a dénoncé « les viols de femmes » (2) et la chaîne d’informations arabe, Al Jazeera, a parlé de « un à cinq morts ».

Les autorités ont nié. Elles ont proposé une « version officielle » des faits et toutes les informations qui ne correspondaient pas à cette version ont été sanctionnées. Une commission parlementaire a enquêté sur les événements mais ses conclusions ont seulement servi, comme d’habitude, à étouffer l’affaire.

Les espoirs nés il y a neuf ans avec la montée sur le trône du jeune roi Mohamed VI se sont dissipés. Si des touches de gattopardisme ont modifié l’aspect de la façade, l’édifice en lui-même avec ses sinistres caves et ses passages secrets, est resté le même. Les timides avancées en matière de libertés n’ont pas transformé la structure du pouvoir politique : le Maroc continue d’être le royaume de l’arbitraire, une monarchie absolue dans laquelle son souverain est le chef véritable du pouvoir exécutif. Et pour déterminer le résultat des dernières élections, en dernier ressort, la couronne a non seulement nommé les principaux ministres mais les a aussi renommé « ministres de la souveraineté ».

Rien n’a changé non plus en ce qui concerne la structure de la propriété. Le Maroc continue d’être un pays féodal où une dizaine de familles, presque toute proches du trône, contrôlent (grâce à l’héritage, le népotisme, la corruption, le vol –la cleptocratie- et la répression) les principales richesses.

Actuellement l’économie se porte bien, avec une croissance du PIB de 6,8 % prévue en 2008 (3), due en particulier aux millions d’émigrants et aux transferts des devises qui constituent les principaux revenus, cumulés au tourisme et aux exportations de phosphates. Mais les pauvres sont de plus en plus pauvres. Les inégalités n’ont jamais été aussi grandes, le climat de frustration aussi palpable. Et l’explosion de nouvelles révoltes sociales n’a jamais été aussi imminente.

Parce qu’il existe une formidable vitalité de la société civile, un associationnisme très actif et audacieux ne craint pas de défendre les droits et les libertés. La plupart de ces associations sont laïques, d’autres sont islamistes. Un islamisme qui se nourrit de la grande frustration sociale et qui est, de fait, la première force au niveau politique. Le mouvement Al Adl Ual Ijsan (non reconnu mais toléré) dirigé par le cheik Yassin et qui n’a pas participé aux élections, avec le Parti de la Justice et du Développement (PJD), qui a récolté le plus de voix aux dernières élections de septembre 2007, dominent largement la carte politique. Mais il ne leur est pas permis de gouverner.

Ce qui a poussé un groupe minoritaire à choisir la voie de la violence et du terrorisme. Les autorités les combattent avec une main de fer, avec le soutien intéressé de l’Union Européenne et des USA (4). C’est cette alliance objective qui les conduit à se couvrir les yeux devant les violations des droits de l’homme qui continuent à être commis au Maroc. C’est comme si les chancelleries occidentales disaient à Rabat : en échange de votre lutte contre l’islamisme, nous vous pardonnons tout, même votre lutte contre la démocratie.

Auteur:Ignacio Ramonet

Traduit par Isabelle Rousselet

 

http://www.monde-diplomatique.es/isum/Main?ISUM_Portal=1




Maroc: deux ans de prison pour un blogueur manquant de respect au roi

9092008

Maroc: deux ans de prison pour un blogueur manquant de respect au roi i3no1m0gklg32lf9981

Un  blogueur marocain a été condamné lundi par un tribunal d’Agadir (sud) à deux ans de prison pour « manquement au respect dû au roi », a-t-on appris auprès de sa famille.

 

Arrêté vendredi par la police, Mohamed Erraji est d’accusé d’avoir diffamé le roi dans un article intitulé « le roi encourage le peuple à la paresse », publié sur le journal électronique marocain Hespress, selon sa famille.

Dans ce texte, Mohamed Erraji critique le roi Mohammed VI qui, selon lui, « encourage son peuple à la paresse » en distribuant des faveurs notamment des licences de transport aux citoyens qui arrivent à l’approcher.

« Mohamed Erraji a été incarcéré à la prison d’Inzeggane après avoir été condamné par le tribunal de première instance à deux ans de prison ainsi qu’à une amende de 5.000 dirhams » (430 euros), a déclaré à l’AFP son frère Hussein.

La famille du prévenu a indiqué qu’elle solliciterait de l’aide auprès d’une organisation de défense des droits de l’Homme, en prévision d’un procès en appel.

Sce : le monde




Maroc:un « dangereux réseau terroriste » actif dans plusieurs villes aurait été démantelé

29082008

Maroc:un  

Les services de sécurité marocains ont démantelé un « dangereux réseau terroriste » de 15 personnes, baptisé « Fath Al Andalous », qui planifiait des attentats au Maroc, a indiqué vendredi la police marocaine.

Ce réseau qui évoluait dans plusieurs villes du royaume détenait des produits chimiques et du matériel électronique « entrant dans la fabrication des explosifs », a ajouté la police citée par l’agence marocaine Map.

« Les membres de cette structure, baptisée +Fath Al Andalous+, planifiaient la perpétration d’attentats au Maroc et avaient tissé des liens opérationnels avec des extrémistes étrangers inféodés à l’organisation Al Qaïda », a-t-on ajouté de même source.

Les personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire seront présentées à la justice « pour répondre de leurs actes », a-t-on ajouté. Leur identité n’a pas été précisée.

Le nom du réseau présumé, « Fath Al Andalous » (conquête de l’Andalousie) fait référence à cette région méridionale de l’Espagne d’où les musulmans ont été chassés à la fin du XVe siècle.

Ayman al-Zawahiri, le numéro 2 d’Al Qaïda, avait appelé le 20 septembre 2007 à la « récupération de l’Andalousie » dans un message vidéo à l’adresse des peuples du Maghreb.

Depuis les attentats sanglants du 16 mai 2003 à Casablanca, qui avaient fait 45 morts, les autorités marocaines ont annoncé avoir démantelé de nombreuses « cellules terroristes ».

Le dernier en date fut celui du Belgo-marocain Abdelkader Belliraj, arrêté en février dernier. Ses 33 membres présumés comparaîtront le 16 octobre prochain devant le tribunal antiterroriste de Salé, près de Rabat.

AFP







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...