Maroc :Répression de la presse

27112009

Maroc :Répression de la presse  dans La face cachée 1259356320

 

Le Maroc connait, depuis cet été, un important renforcement de la répression contre la liberté de la presse. Difficilement explicable, il a poussé deux syndicats de presse à former conjointement, le 12 novembre, une commission pour proposer une réforme du droit de la presse. Cette initiative est loin d’être la première, et il semble difficile pour la presse indépendante d’espérer accéder à une plus grande liberté dans un prochain avenir.

Un vent de désillusion semble souffler sur le Maroc. Peu de gens semblent au courant de l’initiative de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) et du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), les deux principaux organes représentatifs de la presse au Maroc, qui ont annoncé le 12 novembre la formation d’une commission conjointe pour proposer une réforme du droit de la presse. « Ce n’est pas la nouvelle du siècle », lâche Ahmed Benchemsi, le directeur de publication et directeur de la rédaction de l’hebdomadaire TelQuel, qui ne semble pas spécialement enthousiasmé par l’initiative, même si, pense-t-il, « ce ne peut être qu’une démarche à saluer ».

« Avalanche » de condamnations

Les préoccupations de la presse indépendante marocaine sont probablement plus terre-à-terre. Depuis juin, une vingtaine de condamnations se sont en effet succédées à l’encontre des journalistes, caricaturistes et organes de presse (voir encadré en fin d’article). « Nous sommes dans la continuité des atteintes contre la liberté de la presse observées ces 10 dernières années, explique Ahmed Benchemsi, mais il y a une accélération du rythme de ces dernières depuis quelques mois ». Pour le responsable de TelQuel, l’on est passé de « flambées » épisodiques de répression et d’intimidation à un véritable « basculement ». La situation serait même très grave : « Je ne crois pas me tromper en affirmant que les attaques subies les 3 derniers mois par les journalistes marocains sont plus graves et plus violentes que l’ensemble de ce que nous avons vécu depuis l’accession au trône de Mohamed VI, il y a 10 ans ».

L’augmentation du nombre de condamnations, pour un secteur en difficulté financière, a eu lieu sans qu’aucune modification législative ne soit effectuée. Ce serait donc bien le résultat d’une décision du pouvoir, auquel « la justice est inféodée » selon Ahmed Benchemsi. « Les raisons de cette avalanche de condamnations sont difficile à expliquer », déclare Soazig Dollet, responsable du bureau Maghreb et Moyen Orient de l’organisation Reporters sans frontières (RSF). « Peut-être est-ce lié à un entourage constitué de conseillers plus conservateurs, peut-être qu’on estime que le paravent démocratique n’est plus nécessaire », ajoute-t-elle. Ahmed Benchemsi partage cet avis : « Que se passe-t-il ? Bien malin qui pourra le dire avec certitude ». Soazig Dollet note que, jusqu’à récemment, les procès contre les articles et caricatures incriminés n’auraient pas eu lieu. « Les gens ne savent plus désormais où se situent les limites de la liberté de parole, où sont disposées les champs de mines », explique-t-elle.

Une réforme de la presse, contre « la logique de vengeance et d’intimidation ».

De l’avis de RSF, la principale réforme nécessaire est la dépénalisation du droit de la presse. Ahmed Benchemsi pense de même : « Un journaliste coupable de diffamation ou d’insulte doit être puni, mais de manière juste et proportionnée, avec toutes les garanties d’un jugement impartial et serein ». En second lieu, pour le directeur de la rédaction de TelQuel, les dommages et intérêts doivent être soumis à des critères précis et quantifiables. En résumé, il faut mettre fin à « la logique de vengeance et d’intimidation qui semble prévaloir au Maroc ». La dernière réforme de la presse, qui remonte à 2002, a été « alarmante », juge Soazig Dollet. La peine de prison pour outrage au roi est certes passée de 20 à 5 ans, mais la notion de diffamation a, d’un autre côté, été élargie à la religion islamique et à l’intégrité territoriale, c’est-à-dire à la question du Sahara occidental. Depuis, le monde journalistique se mobilise, sans grand succès pour lutter contre les excès du régime de Mohamed VI.

En 2007, pourtant, des discussions avec le milieu du journalisme pour une réforme du code de la presse avaient approché d’un accord. « Hélas, depuis le changement de gouvernement, cette même année, le projet de refonte du code a été oublié par le gouvernement, trop occupé à réprimer », explique Ahmed Benchemsi. La revendication tient désormais plus de l’imprécation, tant le phénomène s’accentue. Entre 2007 et 2009, le Maroc est passé de la 106e à la 127e place du classement annuel de RSF sur la liberté de la presse. On est loin des quelques mois de l’éphémère « printemps marocain », parenthèse de liberté d’expression qui a suivi le décès du roi Hassan II, en juillet 1999.

puce-96d77 dans La face cachée13 novembre : Al Michaâl, hebdomadaire. Publication suspendue. Le directeur de publication, Idriss Chahtane, purge une peine de prison, quelqu’un doit donc le remplacer

puce-96d771er novembre : Taoufiq Bouachrine, directeur du quotidien Akhbar al-Youm etKhalid Gueddar, caricaturiste, 3 ans de prison avec sursis et 270 000 euros d’amendes pour chacun ;Akhbar al-Youm a été interdit définitivement, avant même la décision de justice La publication d’une caricature représentant Moulay Ismaïl, cousin du roi.

puce-96d7726 octobre : Ali Anouzla, directeur du quotidien Al Jarida Al Oula et Bouchra Eddou, journaliste Respectivement 1 an de prison avec sursis et 885 euros d’amende pour Ali Anouzla et 3 mois avec sursis et 455 euros d’amende pour Bouchra Eddou Un article sur l’asthme dont souffrirait Mohamed VI

puce-96d7725 octobre : El Pais, quotidien espagnol. Interdiction de diffusion de l’édition du jour La publication d’une caricature de Plantu, initialement parue dans Le Monde, et d’une autre de Khalid Gueddar, initialement paru dansAkhbar al-Youm.

puce-96d7722, 23 et 24 octobre  : Le Monde, quotidien français. Interdiction de diffusion, publication d’une caricature de Plantu et d’une autre de Khalid Gueddar, initialement paru dans Akhbar al-Youm.

puce-96d7718 octobre : Le Journal hebdomadaire, 250 000 euros de dommages et intérêts, comptes bancaires saisis pour « Diffamation » dans un article de 2006 sur le Front Polisario. Aboubakr Jamaï avait démissionné de la tête du journal en 2006, pour y revenir récemment.

puce-96d7715 octobre : Idriss Chahtane, directeur de Al Michaâl, ainsi que les journalistes Rachid Mhamid et Mustapha Hirane. 1 an de prison ferme pour Idriss Chahtane et trois mois fermes pour les deux journalistes, peine confirmée en appel le 10 novembre. Des articles sur l’asthme dont souffrirait Mohamed VI.

puce-96d774 août : Le Monde, quotidien français. Interdiction de diffusion Reprise d’un sondage sur l’avis (très positif) des Marocains sur le règne de Mohamed VI, initialement publié dans TelQuel et Nichane.

puce-96d771er août TelQuel et Nichane, hebdomadaires. Saisie des exemplaires et interdiction de diffusion. Publication d’un sondage sur l’avis (très positif) des Marocains sur le règne Mohamed VI.

puce-96d7730 juin : Economie & Entreprises, mensuel Amende de 550 000 euros « Diffamation » contre l’entreprise de meubles Primarios.

puce-96d7729 juin : Al Jarida Al Oula, Al Ahdat Al Maghribia etAl Massae, quotidiens Amende de 270 000 euros pour les trois journaux « Diffamation » contre le guide libyen Mouammar Kadhafi.




Maroc :Dix ans de régression…….. saisie des derniers numéros de « Telquel » et de « Nichane »”

2082009

Maroc :Dix ans de régression........ saisie des derniers numéros de « Telquel » et de « Nichane »” dans La face cachée 1249213084_1couv_371

Le dernier numéro saisi


Le makhze féodal reproche la publication d’un sondage sur le Roi dans « TelQuel » et bientôt dans le journal français « Le Monde ».

Pour justifier la saisie des deux magazines, à l’AFP (Agence France Presse), le ministre marocain de la communication a déclaré que « la monarchie au Maroc n’est pas en équation et ne peut faire l’objet d’un débat même par voie de sondage. » et a ajouté que « Si Le Monde publie ce sondage, il ne pourra être mis en vente au Maroc, c’est une question de cohérence ».

Que veulent dire les propos de ce ministre ?

que « Dieu » se réincarne en Roi du Maroc !!!!




Maroc: RSF « tire la sonnette d’alarme »

5092007

L’organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) affirme que le roi Mohammed VI porte la responsabilité de la récente dégradation de la liberté de la presse au Maroc. « Aujourd’hui, nous voulons tirer la sonnette d’alarme. Le Maroc est sur une pente dangereuse. Et vous en portez la responsabilité », affirme son sécrétaire général Robert Ménard, dans une lettre adressée au souverain, rendue publique aujourd’hui. Rappelant que le monarque avait affirmé en 2002 qu’il « ne pourrait y avoir d’essor et de développement pour l’avènement d’une presse de qualité sans l’exercice de la liberté d’expression », RSF estime que « vos promesses sont restées à l’état de promesses. Les chiffres et les faits attestent que votre engagement d’alors n’a pas été tenu ».
Selon cette organisation, depuis son arrivée sur le trône en juillet 1999, « pas moins de 34 organes de presse ont été censurés et 20 journalistes ont été condamnés à des peines de prison, en vertu du code de la presse, du code pénal ou encore de la loi antiterroriste« .

« Ces atteintes répétées à la liberté de la presse sont source de stupeur et de consternation: ces condamnations n’honorent ni votre régime ni une justice qui apparaît à la botte des autorités. Vous ne pouvez à la fois expliquer que le Maroc est tourné vers l’avenir et la modernité, et traiter ainsi une presse sans laquelle il serait vain de parler de démocratie« , assure Robert Ménard.

Ahmed Benchemsi, directeur du magazine arabophone Nichane et de l’hebdomdaire francophone TelQuel, passe actuellement en procès pour « manquement au respect dû au roi« .

Dans un éditorial de Nichane rédigé début août en arabe dialectal, M. Benchemsi avait critiqué sur le mode de l’interpellation des propos du roi Mohammed VI lors de son discours du trône prononcé le 30 juillet, concernant les élections législatives du 7 septembre. Les deux journaux avaient été saisis.

Par ailleurs, un journaliste marocain a été condamné le 15 août pour la première fois depuis quatre ans à une peine de prison ferme. Le tribunal correctionnel de Casablanca avait infligé huit mois de prison ferme à Mustapha Hormat Allah, reporter à l’hebdomadaire Al Watan Al An, pour publication de « documents confidentiels » concernant la lutte antiterroriste. Le directeur de ce journal, Abderrahim Ariri, a écopé de six mois avec sursis.

« À ce moment précis de l’histoire de la presse marocaine, tout peut basculer, vers le meilleur comme le pire. Son destin demeure entre vos mains. Vous avez le pouvoir, et, nous osons encore lespérer, le désir, de protéger cette profession, d’oeuvrer à son émancipation et de l’aider à briser les digues qui entravent son épanouissement« , assure M. Ménard dans sa lettre.

Pour RSF, « les journalistes marocains ont largement contribué à l’écriture du chapitre nouveau de l’histoire du royaume que constituent vos années de pouvoir. Vous ne pouvez pas continuer à accepter qu’on les traite avec autant de mépris. Vous devez donc agir« , conclut le secrétaire général. (AFP – 05/09/2007)

Pour lire l’intégralité de la lettre de RSF à M6 :
« Votre Majesté, le commentaire est libre« 
 




Maroc:L’article qui secoue le Royaume Enchanté

6082007

Maroc:L'article qui secoue le Royaume Enchanté dans La face cachée 15823626

Et voilà l’article paru dans  » Nichane  » qui secoue le royaume enchanté ? au moment où il n’a jamais été aussi fragilisé. Il faut d’autres secousses sismiques comme ça pour qu’on puisse s’en débarasser et en finir, une fois pour toutes avec néo-Makhzen qui en train de prendre la place du Makhzen . Ce sont là des signes révélateurs de sa faiblesse et de sa paranoia!

Traduction du texte par Ayoub:

Majesté…Que dites-vous ?

« vous allez me trouvez, fidèle peuple, toujours face aux assauts contre l’utilité des élections et des partis politiques nationaux » C’est ainsi qu’a parlé Mohamed 6 le 30 Juillet dernier, lors de son discours du trône. Et Sa Majesté a encore ajouté : « l’essence des élections ne réside pas dans la confrontation à propos des orientations majeures de la nation, qui est matière de consensus national [..] , et nous serons le garant de leur continuité, même si les conditions changent, car c’est ainsi que nous voyons la monarchie nationale ». Si vous ne comprenez pas, relisez lentement, tout est clair : sa majesté vous dit « les orientations majeures de la nation » c’est à lui, et c’est encore lui « qui est le garant de leur continuité même si les conditions changent » car c’est ainsi « sa vision de la monarchie ». En ce qui concerne la course électorale entre les partis (et maintenant je développe ce que j’ai compris) , elle ne représente que le moyen de l’exécution des ces « orientations majeures », à propos desquelles il n’y a pas de retour, ni de discussion car elle consiste en un « consensus national ». Le message est reçu 5 sur 5, oui mon Seigneur. Toutefois, celui qui dit que les partis ne servent à rien (sauf pour appliquer les orientations royales) a parfaitement raison, et les élections non plus ne servent à rien, car leur but n’est pas le choix de certaines orientations par rapport à d’autres (pour rappel, cela est le principe des élections dans un régime démocratique). Est ce que Mohamed 6 se rend il compte que ce système politique qu’il promeut ouvertement est la raison d’apparition des « visions nihilistes » (comme il le dit) qui doutent de l’intérêt des élections ? Est ce qu’il se rend compte que ce système politique qu’il promeut bloque l’évolution démocratique de ce pays ? A vrai dire, c’est possible [qu’il s’en rende compte NDR]… parce que lui même nous promet un « rendez vous » dans ce discours pour « aller vers un assainissement institutionnel et graduel, un changement total et meilleur ( ??) » Wayli ? [Ah bon ?... NDT] De quel « assainissement institutionnel » ??? Est ce le changement constitutionnel que demandent les militants démocrates depuis le décès de Hassan 2 , dont le but est de réduire les pouvoirs du roi au profit des groupements élus ? A vrai dire, si cela est le changement dont parle sa Majesté, cela ne peut être que le bienvenu ! Nous en avons besoin effectivement ! Et la meilleure preuve en est ce qu’a dit le roi dans ce discours même : « Je voudrais insister que le système que nous avons choisi est celui d’une monarchie exécutive, qui ne se réduit pas à une notion ou une séparation des institutions exécutif, législatif et juridictionnelle, mais la monarchie marocaine traditionnelle ». Suivez bien : Sa Majesté nous dit que dans notre système, les trois pouvoirs exécutif, législatif et juridictionnel sont séparés, mais « la monarchie exécutive ne se réduit pas à une notion ou séparation des pouvoirs ». En d’autres termes, les trois pouvoirs sont séparés, mais quand ils sont regroupés dans les mains du roi (qu’il utilise tous les trois pour rappel) , il n’y a plus de séparation [de pouvoirs] : au contraire, ça se mélange « belbiaane » comme disent les casablancais [C’est une vraie accumulation, et le roi devient ainsi juge et parti. Il nous faut ici rappeler que la séparation des pouvoirs, comme l’avait élaboré le philosophe français Montesquieu, considéré comme le père de la démocratie moderne, de par sa disposition, le pouvoir arrête le pouvoir : ainsi le parlement surveille le gouvernement, qui est soumis au pouvoir juridictionnel, surtout si on enfreint la loi. Si les pouvoirs sont concentrés au sein d’une même personne, il n’y a plus de surveillance, ni rien du tout. Est ce que quelqu’un se surveille [se limite ses propres pouvoirs NDT] lui même ? Alors ainsi, nous pouvons nommer tout cela « la monarchie marocaine traditionnelle » … qui n’a absolument aucun lien avec la démocratie, pensez y , vous qui avez rédigé le discours du trône, et vous qui l’avez lu devant 30 millions de sujets fidèles … si vous acceptez cette insolence d’un seul [parmi ces sujets NDT].




Maroc: Le retour aux années 70

6082007

Maroc: Le retour aux années 70 dans La face cachée 15820633

Une Marocaine lit l’hebdomadaire Nichane, à Rabat le 6 août 2007

 

Aprés TelQuel ,Nichane et Al Watan al An !……A qui le tour ?

L’imprimerie Idéale à Casablanca a bloqué l’édition du magazine  » Journal Hebdomadaire  » en attendant l’accord du ministère de la Communication. Interrogé par l’AFP, le patron de l’imprimerie Youssef Ajana a confirmé avoir envoyé au ministère de la Communication un exemplaire du Journal Hebdomadaire. « Etant en vacances, j’ai demandé à un de mes adjoints de présenter ce numéro pour conseil et par précaution au ministère afin de voir si ce qui est publié est conforme à la loi », a-t-il expliqué.

la série est inquiétante !

Voilà qui me rappelle soudain, les années de plomb, les émeutes, les disparitions, la pratique infamante de la torture,les arrestations musclées et des années de prison ferme pour « atteinte aux valeurs sacrées du Royaume enchanté ».

L’information sera-t-elle libre un jour au Royaume enchanté ?




Maroc: La foire a la censure au Royaume enchanté

5082007

Le gouvernement marocain a ordonné samedi la saisie des deux hebdomadaires Nichane et TelQuel (indépendants) dirigés par le même journaliste Ahmed Benchemsi pour « manquement au respect dû au roi », a-t-on indiqué de source officielle à Rabat.

Maroc: La foire a la censure au Royaume enchanté dans La face cachée Mohammed%206%20(7)

Plus rien ne m’etonne !…..C’est la foire a la censure au Royaume enchanté.

Dans un premier temps, le Premier ministre a annoncé samedi dans un communiqué la saisie de l’hebdomadaire arabophone Nichane pour manquement au respect dû au roi et pour « des expressions contraires à la morale ».

Dans la soirée, le ministère de l’Intérieur a de son côté ordonné la saisie de l’hebdomadaire francophone TelQuel invoquant comme seule cause de la saisie le non respect du roi.

 

15779889 dans La face cachée

Cet acte de censure ne peut aller sans nous rappeler une période noire que nous avons bien voulu croire, un instant, révolue!……







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...