• Accueil
  • > Recherche : mohamed bougrine

Maroc:Mohamed Bougrine Le militant ,le rebelle…. enfin libre !

6042008

 

Maroc:Mohamed Bougrine Le militant ,le rebelle.... enfin libre ! dans La face cachée Bourgrine3

Au Maroc, la Justice est inexistante en tant qu’institution indépendante digne de ce nom  : elle est complètement injuste, corrompue, partiale, archaïque, incompétente, et qui ne fait qu’obéir aux consignes  du makhzen…

Mohamed Bougrine est  véritablement le seul et unique modèle politique vivant au Royaume Enchanté.

 




Maroc:Mohamed Bougrine prisonnier des trois rois pour atteinte aux valeurs sacrées du « royaume »

28032008

Maroc:Mohamed Bougrine prisonnier des trois rois pour atteinte aux valeurs sacrées du

Le Centre marocain des droits de l’homme (CMDH)a demandé à Abdelouahid Radi, ministre de la Justice, qu’il intervienne au plus vite auprès des autorités carcérales afin qu’elles autorisent le transfert à l’hôpital du détenu septuagénaire, Mohamed Bougrine. L’organisation craint en effet que son état de santé critique ne se dégrade plus encore.




Maroc:Retour aux années de plomb ?

20032008

Maroc . L’ombre de la période la plus noire de la monarchie alaouite plane au-dessus de Rabat.

La situation marocaine se dégrade dangereusement. Arrestations de militants politiques, associatifs et syndicaux, procès biaisés, intimidations, tortures… Alors, forcément, les souvenirs des années de plomb resurgissent. En 1999, l’arrivée de Mohamed VI au pouvoir, après la noire période Hassan II, avait ouvert l’espoir d’un « printemps marocain ». Mais les bourgeons se sont bien vite refermés. « Les espoirs se sont vite évanouis dès les premières attaques contre la presse critique », explique Amine Khamlichi, coordinateur du Comité international pour la libération des détenus du 1er mai au Maroc, même s’il se refuse à comparer les deux époques.

Ces derniers mois, dix militants de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) ont été incarcérés pour « rassemblement non autorisé », dont Mohamed Bougrine, « prisonnier des trois rois », soixante-treize ans, de santé précaire. Ou encore : Ahmed Nasser, un vieil homme de quatre-vingt-quatorze ans, handicapé mental et physique, condamné à trois ans de prison pour injures à un policier. Il décédera dans sa geôle « dans des conditions inhumaines », précise Amine Khamlichi.

À chaque fois, les juges retiennent une « atteinte aux valeurs sacrées du royaume » au terme de simulacres de procès.

Au regard des derniers événements, des organisations françaises, associations, syndicats (SUD-Solidaires, FSU) et partis politiques (PCF, Verts), réunis à Paris au siège de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France), tirent la sonnette d’alarme. Elles ont décidé de mettre en place « un collectif de vigilance ». Un texte unitaire est en préparation. « Un rassemblement devrait avoir lieu à la fin du mois devant l’ambassade du Maroc », a annoncé Amine Khamlichi, à la sortie de la réunion. Et toutes les parties prenantes d’insister sur la nécessité de « sensibiliser l’opinion publique sur ce qui se passe au Maroc ».

Laurent Tourneux

Sce: Ici




8 septembre : Appel à rassemblement devant l’Ambassade et les Consulats du Maroc

26082007

La répression s’abat à nouveau sur le peuple marocain, rappelant les sinistres années du règne de Hassan II. Lors d’une récente allocution, le roi Mohamed VI vantait pourtant les « acquis démocratiques » de son pays.

Or, depuis le 1er mai 2007, les arrestations et les condamnations se multiplient, preuve qu’il y a loin des paroles à la réalité des faits. La liberté d’expression n’existe toujours pas, dans un même pays où toute revendication est interdite dès lors qu’elle met en cause l’autorité royale.

Suite aux arrestations du 1er mai, Attac France a demandé à rencontrer l’Ambassadeur du Maroc en France. Nous n’avons reçu à ce jour aucune réponse, tandis que les condamnations de militants sont chaque fois alourdis par les Cours d’appel.

Le 7 septembre prochain, auront lieu les élections législatives marocaines. C’est l’occasion de réaffirmer notre exigence de libération de tous les détenus politiques et l’annulation des poursuites judiciaires contre les manifestants [1].

Nous vous invitons à nous rejoindre au lendemain des élections, et à manifester le samedi 8 septembre devant l’ambassade du Maroc à Paris et les divers consulats en France.

Attac France, Toulouse, le 26 août 2007

 

[1] Mohamed Yousfi , membre d’ATTAC Maroc, secrétaire général du groupe local de Beni Mellal a été condamné en appel à 1 an de prison ferme avec Abderrahmane Aji, Abass Abassi, Mohamed Fadel, Timor Aziz, Amrar Ismail, Nabid Cherki, Brahim Ahensal, Abdelkbir Rabaoui et Mohamed Bougrine, âgé de 72 ans, condamné en appel à trois ans de prison. Tous sont membres de l’AMDH. Mais aussi : à Agadir, El Mehdi El Berbouchi, dix-neuf ans, syndicaliste ouvrier agricole et Abderrahim Karrad, vingt-cinq ans, ont été condamnés à 2 ans de prison ferme et 10.000 dirhams d’amende. Cinq militants (membres de l’AMDH et de l’ANDCM) de Ksar El-Kebir ont été condamnés en appel à 4 ans de prison ferme.




Maroc:Mohamed Bougrine, 72 ans l’eternel prisonnier politique :EMPRISONNE PAR LES TROIS ROIS

7082007

Image de prévisualisation YouTube

 

Mohamed Bougrine, 72 ans, un an de prison ferme pour « atteinte aux valeurs sacrées du Royaume ».

Maroc:Mohamed Bougrine, 72 ans l'eternel prisonnier politique :EMPRISONNE PAR LES TROIS ROIS  dans La face cachée 15837735







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...