• Accueil
  • > Recherche : mohamed 6 makhzen

Maroc:L’abus du makhzen nuit gravement à la santé

7032009

Maroc:L'abus du makhzen nuit gravement à la santé dans La face cachée 1236421742_Copie%20de%20boussaid

Mohamed Boussaid : moitié homme, moitié femme

son programme:

10 millions de touristes en 2010

 




Maroc :Les prisons marocaines ne valent pas mieux que Guantanamo

19112008

Maroc :Les prisons marocaines ne valent pas mieux que Guantanamo dans La face cachée 1227119319_Copie%20de%2031072320

Les prisons du Maroc de Mohammed VI sont aussi peu accueillantes que les bagnes de Hassan II. Témoignages accablants recueillis par l’association Attac-Maroc.

On connaissait la prison noire de Laayoune, au Sahara occidental, où s’entassent dans des conditions ignobles des sympathisants du mouvement séparatiste du Front Polisario. On connaissait aussi le centre de la DST de la ville de Temara qui, au lendemain des attentats de Casablanca du 16 mai 2003, a servi d’usine à torture contre des terroristes islamistes présumés souvent raflés au pif. Et maintenant, on connaît la prison d’Inezgane, dans la région du Souss, où sont embastillés des hommes et des femmes qui ont eu le tort de participer aux violentes manifestations de Sidi Ifni, en août dernier.

Cette ville côtière de 20 000 habitants du Sud du Maroc a connu les 7 et 8 juin 2008, puis les 18 et 19 août 2008 deux vagues de répression violente destinées à mater un mouvement social qui revendique une réelle politique de développement de la région ainsi qu’une extension et une amélioration des services publics.

Quatre de ces manifestants, dont deux militants de l’association Attac-Maroc, ont écrit une longue lettre où ils racontent leurs conditions de détention dignes du Moyen-Age. Ce courrier s’inscrit dans une campagne de communication d’Attac-Maroc, qui réclame « la libération des prisonniers d’Ifni ». Elle intervient au moment où le Makhzen marocain se gargarise de l’obtention d’un « statut avancé » avec l’Union Européenne. Une honte pour le royaume pas vraiment enchanté de Mohammed VI.

Bakchich reproduit dans son intégralité la lettre en date du 21 octobre 2008 des quatre détenus de la prison d’Inezgane qui ont eu le courage de témoigner.

De la prison d’Inezgane, nous vous adressons nos salutations militantes

Notre maintien en prison est la preuve flagrante de la démagogie qui se cache derrière le nouveau concept du pouvoir et le slogan de « l’ère nouvelle » [1]. Tout le bavardage et les applaudissements qui célèbrent la soi-disant amélioration des institutions pénitentiaires et de leur rôle éducatif et correctif ne sont que discours creux et mensonges, au regard de ce que vivent les détenus politiques et de droit commun dans la prison d’Inezgane.

En ce qui concerne les cellules, il y en a de deux sortes :

— Les cellules de l’ancien quartier appelé « caserne ». Au nombre de 7, elles ont une surface de 6mx8m avec à l’intérieur une latrine et une douche d’1m chacune et un bat-flanc près de la porte que nous utilisons comme cuisine où nous posons un réchaud électrique sur lequel les prisonniers préparent leur repas. Cela signifie qu’il ne reste pour les prisonniers — dont le nombre atteint 86 par cellule — que 40m. Les prisonniers sont donc obligés de rester recroquevillés toute la journée (20h/24) ce qui provoque des douleurs dans les articulations, surtout celles des genoux. La sortie dans la cour ne dure que 2 heures le matin, de 9h à 11h, et 2h l’après-midi, de 14h30 à 16h30.

— Les cellules du nouveau quartier, appelé « quartier », ont une surface de 7mx5m avec une latrine d’1m. 68 prisonniers y sont entassés.

— Il y a aussi une autre cellule qui n’a d’infirmerie que le nom, où 16 lits superposés sont alignés sur 24m… et où sont regroupés 28 prisonniers diabétiques, asthmatiques, tuberculeux, sous dialyse, atteints de rhumatisme ou du sida.

— Le quartier des mineurs, appelé « Pipi » comprend 6 cellules de moins de 35 m où sont entassés plus de 400 prisonniers de 5 à 17 ans !!

— Une cellule est réservée aux homosexuels, fermée par une porte en fer et disposant d’une petite fenêtre grillagée : elle ressemble à un cachot et se trouve effectivement près de 3 autres cachots qui sont des cellules sans ouvertures où l’on enferme les prisonniers que l’administration punit parce qu’ils n’ont pas obéi ou selon l’humeur du personnel administratif ou son désir de vengeance. C’est ce qui est arrivé au détenu politique Mohamed Hafid Iazza. Les pensionnaires de ces trois cachots et de la cellule pour homosexuels sont perpétuellement en bute à des insultes, des provocations, des moqueries et des humiliations de la part des gardiens et des autres détenus.

— Il y a aussi une autre cellule pour les fous et les malades mentaux qui se trouve elle aussi près des cachots. Ils sont au nombre de 40.

— Enfin, il y a le quartier des femmes qui seraient au nombre de 45, réparties en deux cellules plus une autre réservée aux femmes enceintes.

— Il y a 4 blocs de douches d’eau froide, disposant chacune de 6 pommeaux, ce qui est totalement insuffisant, ce qui pousse les détenus soit à prendre la douche froide dans les cellules soit à ne pas en prendre du tout. Il y a donc environ 1 400 prisonniers pour les 4 blocs de douches qui ne sont utilisables que pendant une heure de temps lors de la sortie à la cour. La majorité des prisonniers souffre de maladies de la peau, conséquence de la transpiration, du manque de douche, d’hygiène et des infections.

La prison d’Inezgane est connue pour être l’une des pires du Maroc. Il n’y a pas un seul médecin malgré la situation sanitaire déplorable des détenus. Ainsi, Hassan Talbi est parvenu à une situation critique du fait de la négligence de l’administration pénitentiaire. Un médecin, rattaché à la prison d’Aït Melloul vient une fois par semaine, bénévolement, le mercredi.

Cette situation remet en question les propos du ministre de la Santé, Yasmina Baddou, qui prétend que son ministère a déployé des efforts en faveur de la santé pénitentiaire alors qu’une prison de 1 400 détenus ne dispose même pas d’un médecin !

Face à la propagation des maladies et à l’absence de soins, l’hospitalisation est affaire de relations et de corruption. Il en est de même pour les visites, l’accès aux cuisines ou à l’économat. Il n’y a pas de bibliothèque ni de terrain de sport, ni d’activité de loisirs. La vie des prisonniers se limite à manger et à dormir et à la consommation de drogues qui sont vendues librement et en quantité sous les yeux des responsable, du fait de la présence d’un baron de la drogue qui monopolise ce commerce dans la prison. Comme ont dit, créer le besoin crée l’offre et la demande et le sureffectif des prisonniers constitue un marché propice à toutes sortes de commerces qui commencent avec le « chef de chambre » et finit par l’administration : les prix de la place dans une cellule varient selon le quartier et l’emplacement dans la cellule.

Le quotidien de la vie du prisonnier c’est la répression, l’injustice, les pires formes de discrimination. La loi qui règne à la prison d’Inezgane est la loi du plus fort et du plus violent.

C’est dans cet enfer de la prison d’Inezgane que sont placés les prisonniers politiques. D’autres rapports détaillés suivront qui concerneront les différents « services » de la prison pour dévoiler l’ampleur de la sauvagerie qui règne dans la prison et illustre ce qu’est « la nouvelle ère ». Cette sinistre réalité nous pousse à lutter davantage. Nos bourreaux oublient que le fait de nous éloigner de nos camarades et de nos familles ne fait que renforcer davantage notre amour pour notre terre et pour nos familles, davantage notre conviction de la justesse de notre cause et de la légitimité de nos idées et de nos principes.

Nos salutations à tous les camarades et militants dans le combat, malgré la répression et les souffrances. Nous vaincrons.

Signataires

BARA Brahim, numéro d’écrou 81101

AGHARBI Hassan, numéro d’écrou 81934

RIFI Zakaria, numéro d’écrou 82034

OUHADANI Mohamed numéro d’écrou 80932

Ici




Maroc :Prix Mohammed VI des droits de l’Homme

31102008

Maroc :Prix Mohammed VI des droits de l'Homme dans La face cachée 1225444448_droit%20%20homme 

Makhzenien et militant des droits de l’homme !

De qui se moque-t-on?

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Ainsi va le « nouveau règne » des droits  de l’homme.

Le président du Conseil consultatif marocain des droits de l’Homme (CCDH, public) a annoncé aujourd’hui à El Ayoun, chef-lieu du Sahara occidental, la création d’un « Prix Mohammed VI des droits de l’Homme » qui sera décerné pour la première fois le 10 décembre 2008.« Ce prix est ouvert à la compétition dans toutes les régions du Maroc, y compris au Sahara », a déclaré à l’AFP Ahmed Herzenni, président du CCDH au deuxième jour d’une rencontre sur les droits de l’Homme au Sahara occidental à El Ayoun.Créé en 1990, le CCDH a été chargé par le roi marocain de régler les dossiers des atteintes graves aux droits de l’Homme durant les années de plomb (1960-1999) et de développer la culture de ces droits au Maroc.La rencontre d’El Ayoun a été marquée par l’absence de représentants d’Amnesty International et de l’organisation américaine Human Rights Watch.
« Je regrette leur absence, on a besoin de leurs points de vue, de leurs critiques. Nous aurions préféré qu’ils constatent de visu nos efforts pour promouvoir les droits de l’Homme au Sahara », a dit à l’AFP M. Herzenni.

Le président du CCDH avait déclaré mercredi que lors des débats, « il n’y aura pas de lignes rouges, à part celle du séparatisme ».

L’une des associations pro-indépendantistes, non reconnues, le Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’Homme (Codesa), a accusé les autorités marocaines de « bafouer le droit des défenseurs sahraouis des droits de l’Homme à créer des associations », dans un comuniqué diffusé à El Ayoun.

« Il n’y aura pas de développement socio-économique au Sahara tant qu’il n’y a pas de respect des droits de l’Homme », a déclaré de son côté à l’AFP Mahmoud Iguilid, représentant à El Ayoun de l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).
Ici 

CCDH:une coquille vide …à la botte du pouvoir makhzenien .




Maroc :Quand le Barça mène en prison…

26102008

Maroc :Quand le Barça mène en prison… dans La face cachée 1225052243_yassin

Yassin Belassal

en prison car fan du Barça…

 

1225052302_bacra dans La face cachée

 

Le régime marocain et sa liberté d’expression toute relative ne sort pas grandi de cette terrible affaire. Depuis le 29 septembre, un lycéen de 18 ans connaît les affres de la prison et ce pour les 18 prochains mois. Son crime ? Avoir détourné la devise du pays maghrébin (Dieu, Patrie et Roi) pour la transformer en hommage au FC Barcelone (Dieu, Patrie et Barça) sur un tableau de salle de classe. Dénoncé par la direction du lycée, Yassin Belassal s’est vu inculpé d’outrage au Roi avant d’être incarcéré… Affligeant !

Apprécier le FC Barcelone peut causer de graves problèmes. Depuis le 29 septembre, Yassin Belassal est en prison. Ce lycéen marocain de 18 ans a eu le malheur d’étaler un peu trop son amour pour le club catalan, voyant l’enfer s’ouvrir sous ses pieds pour une simple blague.

Allah, Al Watan, Barça

Le jeune homme a transformé la devise nationale « Allah, Al Watan, Al Malik », à savoir « Dieu, Patrie et Roi », en « Allah, Al Watan, Barça » qui signifie, vous l’aurez compris, « Dieu, Patrie et Barça », inscrivant ce détournement à la craie sur un tableau de la salle de classe d’un lycée d’Aït Ourir, dans la région de Marrakech. Mais voilà, au Maroc, cela ne se fait pas et le message inoffensif de Yassin Belassal s’est transformé en cauchemar pour son auteur. Dénoncé par la direction de l’établissement, le fan du Barça a vu la gendarmerie débouler puis procéder à son arrestation le 20 septembre dernier, au motif d’outrage au Roi, Mohamed VI.

La spirale infernale est en marche pour Yassin Belassal. Le journal espagnol El Pais indique même que le jeune Maghrébin a eu droit à un semblant de procès, ne pouvant même pas faire appel à un avocat pour se défendre face à une justice loin d’être clémente. Preuve en est puisque le 29 septembre, le jeune homme a été condamné à 18 mois d’incarcération. Un an et demi d’emprisonnement que Yassin a déjà commencé à purger dans la prison de Boulmharez, trouvant place dans une cellule pleine à craquer, surpeuplée par les 80 personnes s’y trouvant déjà, à en croire la famille du Marocain, interrogé par le quotidien catalan El Periodico.

Liberté pour Yassin !

Dans un pays où la liberté d’expression est quelque peu mise à mal, où les rares parutions osant critiquer le pouvoir en place sont sujettes à censures et autres saisies, où les « dissidents » finissent dans les geôles royales pour avoir simplement émis critiques et doutes, la connivence entre la monarchie et les médias est très forte et rares sont les journaux à oser prendre position contre Mohamed VI et ses hommes. Récemment, le blogueur Mohamed Erraji avait été condamné à deux ans d’emprisonnement pour avoir critiqué la politique économique menée par le Roi et Fouad Mourtada avait écopé de trois ans de prison pour avoir créé un faux profil du Prince Moulay Rachid sur Facebook.

Dans ce contexte, Internet aura été le seul outil à relayer la triste information. Au-delà de l’Atlas et de Rabat, la nouvelle a suscité une vive émotion en Espagne et bien évidemment à Barcelone. De nombreux supporters blaugranas ont déjà monté des groupes de soutien, utilisant la visibilité qu’offre Facebook pour appeler à la libération de Yassin (« Salvem Iassín Belassal » soit Sauvons Yassin Belassal ou encore « SOLIDARITAT Yassin Belassal SEGUIDOR CULÉ » soit Solidarité avec Yassin Belassal, supporter du Barça). Le site lesdessousdusport.fr indique même qu’un blog de supporters barcelonais propose que Yassin Belassal soit fait membre honorifique du club catalan.

De son côté, le FC Barcelone et son président, Joan Laporta, n’ont pas encore réagi. Pourtant, le soutien de l’exécutif barcelonais ne serait pas de trop pour sortir Yassin Belassal de prison. Citoyens de France et de Navarre, mobilisons-nous pour libérer Yassin !

Ici

La justice marocaine libère un conducteur qui tué un homme en conduisant en état d’ivresse car le père est wali et incarcère un jeune sans recours !

1224835677_devise%203

Ici

Ces procès à la chaine pour outrage et manquement au respect dû  makhzen deviennent lassants.

L’appareil judiciaire marocain a besoin d’une remise à niveau. Un peu de formation continue ne leur fera pas de mal.

Il faut repenser tout le système du makhzen marocain.

Autrement dit, il faut repenser le pays tout entier.

Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme
Déclaration internationale des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU à Paris, le 10 décembre 1948.

Le Maroc est signataire de cette déclaration. Mais, selon toute vraissemblance, il ne s’en rappelle pas ou bien il s’est assis dessus!

Rappel:L’existence même du makhzen est bâtit sur la négation de ce principe




Maroc: Verdict jeudi du blogueur Mohamed Erraji condamné pour avoir critiqué le makhzen

17092008

Le blogueur et le roi 

Maroc: Verdict jeudi du blogueur Mohamed Erraji condamné pour avoir critiqué le makhzen dans La face cachée 1s6njvh6kq69r46wc31j

La Cour d’appel d’Agadir a décidé mardi de mettre en délibéré pour jeudi l’affaire du blogueur Mohamed Erraji




Maroc :Mohamed Erraji un bloggeur Marocain derrière les barreaux

9092008

Maroc :Mohamed Erraji un bloggeur Marocain derrière les barreaux dans La face cachée wmsdvujlshfppd7lrlm

Blogueurs marocains, unissez-vous !

Et surtout, soyez nombreux !

 pour que la liberté d’opinion ne soit pas qu’une vaine expression !

Le makhzen intensifie la répression contre les blogueurs

dans le but d’étouffer toute contestation.

كلنا سجناء

Image de prévisualisation YouTube

 كلنا راجي

Image de prévisualisation YouTube

الحرية لمحمد الراجي




Maroc:Mohamed Erraji un blogueur en prison pour manque de respect au Makhzen

8092008

Maroc:Mohamed Erraji un blogueur en prison pour manque de respect au Makhzen dans La face cachée v789dw0c6vpv714kuv 

Mohamed Erraji est poursuivi pour « manquement au respect du au Roi » et risque la prison. A cause de cet article  en arabe qu’il a publié le 3 septembre sur Hespress .

Voici son traduction  en français :

Le roi encourage le peuple à l’assistanat

Le roi se baladait comme d’habitude en voiture et avec lui son fils ainé le prince héritier. Au rond point le roi s’arrêta devant le policier chargé  de réguler la circulation et demanda à son fils, âgé de cinq ans, s’il veut être policier quand il serait grand. Au lieu du fils du roi, c’est le policier qui répond en disant qu’il souhaite que le prince hériter accèdera au trône de ses glorieux ancêtres. Puis le policier se fend d’éloges  du roi. Le roi a bien entendu apprécié ce qu’a dit le policier et en retour il lui a fait immédiatement d’un cadeau d’une Grima [agrément d’exploitation d’un taxi ].   Le roi en question est Mohamed VI.

Si cette histoire, rapportée par le journal Al Jareda Al Aoula, est véridique, les Marocains doivent de rendre compte qu’il n’y aura pas de changement même si on attend l’ère de Hassan III.

Force est de reconnaître que ce qui a détruit notre pays et lui a valu des rangs honteux dans les classements mondiaux, c’est l’économie de rentiers  qui profite aux nantis et non au peuple.  Bien sûr on n’a pas besoin ici des gros mots de politiciens pour définir ce qu’est l’assistanat. Ca signifie tout simplement  s’approprier injustement les droits des autres. Il en va des agréments des transports, les GRIMA, que le roi distribue aux citoyens qui demandent son aide dans des lettres écrites de la même façon qu’un mendiant implore la charité des passants. Les états qui respectent leurs citoyens  ne font pas d’eux des mendiants qui implorent la charité du glorieux trône mais construisent pour eux des usines et des industries à même de leur permettre de gagner leurs vies avec dignité et respect. A supposé, ce qui est bien entendu n’est pas le cas, que ces agréments ne sont distribués qu’à ceux qui les méritent des pauvres et laissés pour compte, il n’en demeure pas moins que ceci n’honore pas du tout le citoyen marocain. L’emploi, la santé et l’enseignement sont des droits  garantis par la constitution et l’Etat se doit d’assurer aux citoyens des conditions de vie dignes au lieu de l’humilier de cette façon.

Mais encore, le roi ne peut  attribuer ces agréments à son bon vouloir sans contrôle ni supervision en les offrant à quiconque lui fasse un éloge. Car ceci contribue à fabriquer des armées de courtisans  qui au lieu de gagner leurs vies à la sueur de leurs fronts le font en débitant des acclamations et des éloges souvent non crédibles.  Le roi encourage ainsi son peuple à l’assistanat.

Ceci fait des Marocains un peuple sans dignité, qui vit sur les dons et les offrandes alors qu’on n’a pas besoin de quelqu’un qui ait pitié de nous mais de quelqu’un qui assure le  partage des richesses du pays d’une manière équitable. Songez au président algérien  qui disait que contrairement aux marocains lui ne distribue pas la soupe de ramadan aux pauvres mais des clés d’appartements meublés.  Et même si on sait que marocains et algériens vivent la même situation il convient quand bien même que les responsables marocains méditent ce que dit le président Bouteflika et arrêtent de se comporter avec nous comme si nous étions des minables mendiants à la merci de la moquerie des amis et des ennemies.

Lors la finale de la coupe du trône du football opposant le MAS de Fès et l’équipe des FAR , l’entraîneur Rachid Taoussi a endossé ses habits d’homme sans scrupules en offrant au prince Moulay Rachid qui présidé la rencontre un cadeau sous forme de maillot de foot.  Le maillot a été mets dans un sac et plusieurs lettres de demande d’aide à destination du prince y ont été glissées.   Après cela qu’on ne vient pas s’interroger pourquoi le sport marocain dans toutes ses disciplines vit des crises successives.  Si même les sportifs, censés savoir que gagner sa vit se fait à la sueur de son front , considèrent qu’il n’y a aucune raison de travailler dur pour gagner dignement du moment que la charité d’un membre de la famille royale peut assurer un revenu constant pour toute une vie.  Sans trimer et sans souffrir.

Toujours à propos des sportifs, il est à noter que beaucoup de chanceux anciens joueurs possèdent des agréments de transport qu’ils louent pour des millions  alors qu’ils ne les méritent pas.  Il y en a même qui possèdent des milliers d’hectares de terres agricoles comme cadeau pour avoir « honorer » le Maroc dans les manifestations internationales.  Comme Hicham El Guerrouj  qui s’est fait attribué de larges terrains agricoles fertiles dans la région de Berkane

 Cette politique de l’Etat envers ses enfants est une maladie chronique qui a besoin d’un remède rapide.  N’importe quel sportif qui entre en compétition le fait en premier  pour intérêt personnel et  ce n’est qu’après qu’il pense à faire honneur à la nation. Preuve en est que plus de 300 sportifs marocains se sont fait naturalisés dans d’autres pays et courent désormais sous d’autres couleurs . Non pas parce qu’ils sont moins patriotes mais parce qu’ils ont découvert que leur avenir est incertain s’ils continuent à conquérir pour le drapeau marocain.

Ainsi Hicham El Guerrouj ne  mérite pas les terres que l’Etat lui a attribuées parce que tout d’abord il a déjà accumulé beaucoup de millions en gagnant des médailles dans les meetings  parce que ensuite la fédération lui verse une rémunération sous forme de salaire   et parce que enfin ce que Hicham El Guerrouj a fait pour le Maroc était de son devoir attendu que c’est le Maroc qui lui a offert des équipements, l’a nourrit et logé pendant sa préparation , lui a payé des billets d’avion et des chambres d’hôtels…. Encore une fois servir la nation est un devoir de tous et celui qui n’apprécie pas cela n’a qu’à chercher une autre nationalité au lieu de s’approprier injustement les terres de l’Etat.

Et soit dit en passant, savez-vous que quand la Suisse, un des pays les plus riches au monde, a voulu honorer Roger Federer, le champion qui a hissé le drapeau helvétique des dizaines de fois dans divers manifestations internationales, la fédération suisse ne lui a pas attribué des hectares de  terres agricoles ni des agréments de transports  ni même un petit terrain , mais elle s’est contenté de lui offrir comme petit cadeau  une vache croisée. Et bien entendu c’est à la charge du tennisman de nourrir la vache.

Les pays développés sont arrivés là où ils sont , non pas  en étant complaisants  avec certains de leurs citoyens  mais en le traitant dans le cadre de la loi égale pour tous . Non pas en distribuant les richesses du pays aux chanceux comme ça se fait chez nous, mais en le mettant au profit de tous sans distinction. Et c’est ça qui nous manque au Maroc pour mettre fin aux égarements de sa politique boiteuse.

Quand le prince héritier régnera un jour et verra comment son père a distribué dons et offrandes aux gens pour le moindre mot d’éloge et d’acclamation, il gouvernera  sans doutes en suivant la même logique. En conséquence on n’a qu’à ajourner nos rêves d’un Maroc de justice   et d’égalité des chances jusqu’au règne du roi Mohamed VII  qui arrivera après celui de Hassan III, l’actuel prince héritier.

Le blog personnel de Erraji

Un site de solidarité avec Erraji : www.Helperraji.com

Page de solidarité sur Facebook

Le royaume enchanté bafoue régulièrement les droits humains élémentaires, dont celui de pouvoir s’exprimer librement, sous le couvert fallacieux de  la sacralité.




Maroc: Ensemble, tout devient possible!

7082008

Maroc: Ensemble, tout devient possible!  dans La face cachée 5b53g1nqiks5t8fchh07 

Mohamed VI crée son propre parti

Notre priorité sera de tout mettre en oeuvre pour que les marocains aient toujours envie de se parler, de se comprendre, de travailler ensemble…..

 les conditions sont réunies en vue de rapprocher le makhzen et  le peuple!…

Tous ensemble pour un Maroc qui  recule !




Maroc:Mohamed VI le makhzen absolu

6082008

Maroc:Mohamed VI le makhzen absolu   dans La face cachée vty7zooevej4uhukbgx2

e3jo5fz9qigfwseajl6m dans La face cachée

ks4apc0vtnc1leo633

Cérémonie d’allégeance (La Beïâ), Fès 31/08/2008

Un régime makhzénien unique au monde qui n’est pas encore sorti des ténèbres moyenâgeux.




Maroc: Le PJD veut réformer avec le roi

29072008

Maroc: Le PJD veut réformer avec le roi dans La face cachée wy4emse66f5x6nt41b 

Abdelilah Benkirane

 

Le chef du Parti de la justice et du développement (PJD), le principal mouvement islamiste légal de l’opposition au Maroc, s’est prononcé mercredi en faveur des réformes constitutionnelles permettant de limiter la corruption et les abus de pouvoir dans les hautes sphères du pouvoir. Abdelilah Benkirane, qui a succédé le week-end dernier à la tête du PJD à Saad Eddine Osmani, tenu pour responsable du score décevant du parti aux législatives de 2007, a déclaré vouloir travailler avec le roi Mohamed VI, et non contre lui, à une limitation des abus imputés au Makhzen, l’élite dirigeante du royaume. « Il y a corruption, distribution de privilèges et des tas de choses regrettables du même genre. Nous pensons que Sa Majesté est convaincue que les conditions politiques sont réunies pour de vraies réformes« , a dit Abdelilah Benkirane.

Ici







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...