• Accueil
  • > Recherche : honte au maroc

Maroc :le président du conseil municipal de la commune urbaine de Midelt M. Mohamed Hanini !!!filmé en flagrant délit de corruption!!!

13082010

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Chouha!!!…La honte!!!…

le président du conseil municipal de la commune urbaine de Midelt M. Mohamed Hanini !!!




Maroc:Abass El Fassi et ses amis sont un danger pour nous autres !

24032009

 Maroc:Abass El Fassi et ses amis sont un danger pour nous autres !  dans La face cachée 1237893906_1abibisssss%20fassi

La méprise, la traitrise, l’ignorance que l’on inflige aux plus faibles finira par se transformer en haine! Lorsque cette majorité de gens se révoltera,  Vous les makhzeniens, les égoïstes, les mafiaseux, les tueurs… lorsque ce jour arriveras vous chierez dans vos pantalons jusqu’à vos chaussures !! Honte à vous ! je pleure le peuple marocain… !

> ACHETEZ-MOI, je suis un vendu !<

Ici




Maroc:Rabat interdit les noms berbères

22022009

Maroc:Rabat interdit les noms berbères dans La face cachée 1235352284_1AMAZIGOPHOBIE 

Les Néerlandais marocains ne peuvent plus donner de nom berbère à leurs enfants selon les autorités marocaines. Ainsi l’identité islamique sera mise en avant. Cette semaine, le gouvernement marocain a envoyé à tous les ambassades et consulats une liste avec les noms interdits. On remarquera que, cette fois-ci, il s’agit de noms berbères.

La majeure partie des Marocains aux Pays-Bas est berbère. Ils sont maintenant forcés de donner un nom marocain musulman à leurs nouveau-nés. Le Maroc veut, de cette manière, préserver l’identité marocaine de ses sujets, ainsi que celle des Néerlandais marocain.

« Nous interdisons les noms berbères parce qu’ils sont contraire à notre identité et parce qu’ils ouvrent la porte à la diffusion de noms sans signification » déclare Idris Bajdi, haut fonctionnaire des Affaires Intérieures du Maroc.

Actuellement, les communes néerlandaises utilisent aussi une liste de noms « approuvés ». Les Néerlandais marocains doivent y choisir un nom lorsqu’ils vont déclarer leur enfant.

Les Néerlandais marocains ne sont pas contents de cette nouvelle mesure. Moussa Aynan, conseiller communal PvdA de Haarlem, considère la décision de Rabat comme une provocation. « Le Maroc met en oeuvre une islamisation aveugle du pays, de gens qui n’y habitent plus depuis longtemps et des Européens marocains qui n’y sont même pas nés.

En interdisant explicitement des noms berbères séculaires, le Maroc montre clairement quelle identité il veut avoir : arabe. Et les Berbères ne sont pas arabes ». Aynan y a lui-même été confronté lorsqu’il a voulu donner un nom non musulman à ses enfants.

Pour les Berbères, la décision est une preuve flagrante que la Maroc veut se débarrasser de la langue et de la culture berbère. Une politique qui, selon les critiques, est déjà à l’oeuvre depuis des années pour arabiser complètement le Maroc. Les militants berbères au Maroc y ont réagit vivement. Dans une déclaration au media arabe Al-Arabiya, le militant Ali Khadawi a déclaré que « que c’était une honte pour le Maroc » et la militante des droits de l’homme Rabeia al Zuheiri parle « d’une large forme de discrimination, de la marginalisation des régions berbères à l’interdiction des noms berbères ».

La membre PvdA de la Chambre, Samira Bouchibti, abonde dans ce sens « Nous devons nous débarrasser de cette liste de noms et de cette ingérence. Je veux moi-même pouvoir déterminer de quelle façon je veux appeler mon enfant. C’est de la discrimination ».

Pendant une rencontre du PvdA, le dirigeant du parti Wouters Bos a dit que les doubles passeports appartiennent aux Pays-Bas. Bouchibti « Quoique que Wouter Bos dise, il n’a pas de double nationalité obligée et ne sait donc pas ce que cela signifie dans la pratique ».

1235352368_Goutte dans La face cachée 

Article original




Maroc:Chakib Benmoussa une crapule au Ministère de la Honte

13022009

Maroc:Chakib Benmoussa une crapule au Ministère de la Honte dans La face cachée 1234514372_poly%20

Chakib Benmoussa un Polytechnichien …Lauréat d’une grande école de dressage et éducation canine….

 




Maroc :Les prisons marocaines ne valent pas mieux que Guantanamo

19112008

Maroc :Les prisons marocaines ne valent pas mieux que Guantanamo dans La face cachée 1227119319_Copie%20de%2031072320

Les prisons du Maroc de Mohammed VI sont aussi peu accueillantes que les bagnes de Hassan II. Témoignages accablants recueillis par l’association Attac-Maroc.

On connaissait la prison noire de Laayoune, au Sahara occidental, où s’entassent dans des conditions ignobles des sympathisants du mouvement séparatiste du Front Polisario. On connaissait aussi le centre de la DST de la ville de Temara qui, au lendemain des attentats de Casablanca du 16 mai 2003, a servi d’usine à torture contre des terroristes islamistes présumés souvent raflés au pif. Et maintenant, on connaît la prison d’Inezgane, dans la région du Souss, où sont embastillés des hommes et des femmes qui ont eu le tort de participer aux violentes manifestations de Sidi Ifni, en août dernier.

Cette ville côtière de 20 000 habitants du Sud du Maroc a connu les 7 et 8 juin 2008, puis les 18 et 19 août 2008 deux vagues de répression violente destinées à mater un mouvement social qui revendique une réelle politique de développement de la région ainsi qu’une extension et une amélioration des services publics.

Quatre de ces manifestants, dont deux militants de l’association Attac-Maroc, ont écrit une longue lettre où ils racontent leurs conditions de détention dignes du Moyen-Age. Ce courrier s’inscrit dans une campagne de communication d’Attac-Maroc, qui réclame « la libération des prisonniers d’Ifni ». Elle intervient au moment où le Makhzen marocain se gargarise de l’obtention d’un « statut avancé » avec l’Union Européenne. Une honte pour le royaume pas vraiment enchanté de Mohammed VI.

Bakchich reproduit dans son intégralité la lettre en date du 21 octobre 2008 des quatre détenus de la prison d’Inezgane qui ont eu le courage de témoigner.

De la prison d’Inezgane, nous vous adressons nos salutations militantes

Notre maintien en prison est la preuve flagrante de la démagogie qui se cache derrière le nouveau concept du pouvoir et le slogan de « l’ère nouvelle » [1]. Tout le bavardage et les applaudissements qui célèbrent la soi-disant amélioration des institutions pénitentiaires et de leur rôle éducatif et correctif ne sont que discours creux et mensonges, au regard de ce que vivent les détenus politiques et de droit commun dans la prison d’Inezgane.

En ce qui concerne les cellules, il y en a de deux sortes :

— Les cellules de l’ancien quartier appelé « caserne ». Au nombre de 7, elles ont une surface de 6mx8m avec à l’intérieur une latrine et une douche d’1m chacune et un bat-flanc près de la porte que nous utilisons comme cuisine où nous posons un réchaud électrique sur lequel les prisonniers préparent leur repas. Cela signifie qu’il ne reste pour les prisonniers — dont le nombre atteint 86 par cellule — que 40m. Les prisonniers sont donc obligés de rester recroquevillés toute la journée (20h/24) ce qui provoque des douleurs dans les articulations, surtout celles des genoux. La sortie dans la cour ne dure que 2 heures le matin, de 9h à 11h, et 2h l’après-midi, de 14h30 à 16h30.

— Les cellules du nouveau quartier, appelé « quartier », ont une surface de 7mx5m avec une latrine d’1m. 68 prisonniers y sont entassés.

— Il y a aussi une autre cellule qui n’a d’infirmerie que le nom, où 16 lits superposés sont alignés sur 24m… et où sont regroupés 28 prisonniers diabétiques, asthmatiques, tuberculeux, sous dialyse, atteints de rhumatisme ou du sida.

— Le quartier des mineurs, appelé « Pipi » comprend 6 cellules de moins de 35 m où sont entassés plus de 400 prisonniers de 5 à 17 ans !!

— Une cellule est réservée aux homosexuels, fermée par une porte en fer et disposant d’une petite fenêtre grillagée : elle ressemble à un cachot et se trouve effectivement près de 3 autres cachots qui sont des cellules sans ouvertures où l’on enferme les prisonniers que l’administration punit parce qu’ils n’ont pas obéi ou selon l’humeur du personnel administratif ou son désir de vengeance. C’est ce qui est arrivé au détenu politique Mohamed Hafid Iazza. Les pensionnaires de ces trois cachots et de la cellule pour homosexuels sont perpétuellement en bute à des insultes, des provocations, des moqueries et des humiliations de la part des gardiens et des autres détenus.

— Il y a aussi une autre cellule pour les fous et les malades mentaux qui se trouve elle aussi près des cachots. Ils sont au nombre de 40.

— Enfin, il y a le quartier des femmes qui seraient au nombre de 45, réparties en deux cellules plus une autre réservée aux femmes enceintes.

— Il y a 4 blocs de douches d’eau froide, disposant chacune de 6 pommeaux, ce qui est totalement insuffisant, ce qui pousse les détenus soit à prendre la douche froide dans les cellules soit à ne pas en prendre du tout. Il y a donc environ 1 400 prisonniers pour les 4 blocs de douches qui ne sont utilisables que pendant une heure de temps lors de la sortie à la cour. La majorité des prisonniers souffre de maladies de la peau, conséquence de la transpiration, du manque de douche, d’hygiène et des infections.

La prison d’Inezgane est connue pour être l’une des pires du Maroc. Il n’y a pas un seul médecin malgré la situation sanitaire déplorable des détenus. Ainsi, Hassan Talbi est parvenu à une situation critique du fait de la négligence de l’administration pénitentiaire. Un médecin, rattaché à la prison d’Aït Melloul vient une fois par semaine, bénévolement, le mercredi.

Cette situation remet en question les propos du ministre de la Santé, Yasmina Baddou, qui prétend que son ministère a déployé des efforts en faveur de la santé pénitentiaire alors qu’une prison de 1 400 détenus ne dispose même pas d’un médecin !

Face à la propagation des maladies et à l’absence de soins, l’hospitalisation est affaire de relations et de corruption. Il en est de même pour les visites, l’accès aux cuisines ou à l’économat. Il n’y a pas de bibliothèque ni de terrain de sport, ni d’activité de loisirs. La vie des prisonniers se limite à manger et à dormir et à la consommation de drogues qui sont vendues librement et en quantité sous les yeux des responsable, du fait de la présence d’un baron de la drogue qui monopolise ce commerce dans la prison. Comme ont dit, créer le besoin crée l’offre et la demande et le sureffectif des prisonniers constitue un marché propice à toutes sortes de commerces qui commencent avec le « chef de chambre » et finit par l’administration : les prix de la place dans une cellule varient selon le quartier et l’emplacement dans la cellule.

Le quotidien de la vie du prisonnier c’est la répression, l’injustice, les pires formes de discrimination. La loi qui règne à la prison d’Inezgane est la loi du plus fort et du plus violent.

C’est dans cet enfer de la prison d’Inezgane que sont placés les prisonniers politiques. D’autres rapports détaillés suivront qui concerneront les différents « services » de la prison pour dévoiler l’ampleur de la sauvagerie qui règne dans la prison et illustre ce qu’est « la nouvelle ère ». Cette sinistre réalité nous pousse à lutter davantage. Nos bourreaux oublient que le fait de nous éloigner de nos camarades et de nos familles ne fait que renforcer davantage notre amour pour notre terre et pour nos familles, davantage notre conviction de la justesse de notre cause et de la légitimité de nos idées et de nos principes.

Nos salutations à tous les camarades et militants dans le combat, malgré la répression et les souffrances. Nous vaincrons.

Signataires

BARA Brahim, numéro d’écrou 81101

AGHARBI Hassan, numéro d’écrou 81934

RIFI Zakaria, numéro d’écrou 82034

OUHADANI Mohamed numéro d’écrou 80932

Ici




Maroc: Les échecs diplomatiques du makhzen

16112008

Maroc: Les échecs diplomatiques du makhzen  dans La face cachée 1226836164_item 

La militante sahraouie Aminetou Haidar reçoit le prix de la Fondation Robert F. Kennedy

New York, 13 nov 2008 (APS) – La militante sahraouie des droits de l’homme, Mme Aminetou Ali Ahmed Haidar, a reçu jeudi à New York, le prix de la Fondation Robert F. Kennedy Mémorial.La directrice juridique de cette organisation américaine, Mme Marselha Goncalves Margerin, a souligné avoir décerné ce prix à Aminetou Haidar, parmi les 120 candidats du monde entier, « pour faire connaître la cause sahraouie aux Etats-Unis ». A son actif, on retient également le « prix spécial de Castellfelds » 2008 (Barcelone), et toujours en Espagne, le prix « Juan Maria Banderas » obtenu en mai 2006, tout comme celui du « Club des 25″.La même année, la militante sahraouie recevait le prix « Freedom awards 2006″, décerné par la fondation américaine « Defense forum foundation ». Mme Haidar a déjà obtenu plusieurs autres distinctions dont le prix « Silver Rose 2007″, décerné chaque année par l’organisation internationale « Solidar » pour récompenser les actions exceptionnelles d’individus et d’organisations qui se battent pour la justice sociale.

Née au Sahara occidental en 1967, cette militante des droits de l’homme qui a eu un rôle clé dans plusieurs campagnes organisées pour libérer des prisonniers politiques sahraouis en lutte pacifique pour leur droit à l’autodétermination, a été arrêtée, emprisonnée, torturée à plusieurs reprises par les forces marocaines occupant son pays.
En 1987  ,elle a été arrêtée et détenue sans motif et sans jugement dans plusieurs centres de détention, avant d’être libérée en

1991.


En tournée dans de nombreux pays, elle avait alerté l’opinion publique et politique internationale, ainsi que les médias, de la situation « préoccupante » de son pays face à l’occupation coloniale marocaine.
Elle avait également évoqué l’Intifada pacifique de son peuple, la qualifiant d’ »expression de la détermination d’un peuple qui ne supporte plus le joug colonial ».Malgré « le cordon répressif installé par les autorités marocaines » depuis l’occupation du Sahara Occidental en 1975, l’ »action des défenseurs sahraouis des droits de l’homme a réussi à briser le mur du silence, en dévoilant au monde les graves atteintes aux droits humains », a-t-elle souligné lors d’une tournée en France décrivant « le vent de révolte » lorsque le 21 mai 2005 à El Aaiun, l’ »Intifada s’est déclenchée suite au transfert d’un prisonnier sahraoui à Agadir ».Ce prisonnier « avait rejeté la nationalité marocaine qu’on nous impose, et rejeté sa carte d’identité », a-t-elle précisé.

« La réponse policière marocaine fut encore plus violente. Aux forces de police se sont joints les Groupes urbains de sécurité (GUS), véritables escadrons de la mort ainsi que d’autres corps de répression », a-t-elle témoigné.

Les forces de répression marocaines ont saccagé des dizaines de maisons de citoyens sahraouis. Ce soulèvement s’est étendu rapidement au sud du Maroc, où vit une population sahraouie importante, ainsi que dans les centres universitaires où étudient des jeunes sahraouis, eux aussi violemment réprimés, a-t-elle affirmé, dans différents forums tenus en région parisienne.

« La parole, trente ans confisquée, s’est libérée, a souligné Mme Aminetou Haidar qui « garde beaucoup d’espoir que la lutte du peuple sahraoui se poursuive pour l’organisation d’un référendum qui mette fin à cette souffrance ».
Très écoutée lors de différents forums consacrés à la cause sahraouie, Mme Haidar, a longuement décrit « le lot de souffrances, de répression, de brimades que subit quotidiennement le peuple sahraoui » et exposé des photographies-témoignages sur « les horreurs commises par les forces de répression marocaines ».

Elle a également dénoncé « le mur de la honte » de 2.700 kilomètres érigé par les forces marocaine et qui, parsemé de 3 millions de mines antipersonnel, « sépare les familles sahraouies, qui de ce fait, vivent ainsi un drame psychologique » et signalé l’ »accélération depuis 3 ans de la politique de colonie de peuplement » appliquée au Sahara Occidental.

La militante sahraouie a également évoqué « les fosses communes, le napalm, le phosphate blanc dont ont usé les autorités marocaines pour réprimer toute velléité de résistance à l’occupation ».

« Malgré tout cela, le peuple sahraoui reste toujours attaché à l’exercice de son droit à l’autodétermination », a-t-elle constamment fait valoir, rappelant que « ce droit, est la seule condition pour que tout cela cesse définitivement. (SPS)

http://www.dailymotion.com/video/k40NxUefpddE8OQhVo

Un manipulateur makhzenien chauffe  la  salle

http://www.dailymotion.com/video/k6ctssmu1t7gRms2Ii

La face cachée de  la makhzenocratie marocaine




Maroc:Mohamed Erraji un blogueur en prison pour manque de respect au Makhzen

8092008

Maroc:Mohamed Erraji un blogueur en prison pour manque de respect au Makhzen dans La face cachée v789dw0c6vpv714kuv 

Mohamed Erraji est poursuivi pour « manquement au respect du au Roi » et risque la prison. A cause de cet article  en arabe qu’il a publié le 3 septembre sur Hespress .

Voici son traduction  en français :

Le roi encourage le peuple à l’assistanat

Le roi se baladait comme d’habitude en voiture et avec lui son fils ainé le prince héritier. Au rond point le roi s’arrêta devant le policier chargé  de réguler la circulation et demanda à son fils, âgé de cinq ans, s’il veut être policier quand il serait grand. Au lieu du fils du roi, c’est le policier qui répond en disant qu’il souhaite que le prince hériter accèdera au trône de ses glorieux ancêtres. Puis le policier se fend d’éloges  du roi. Le roi a bien entendu apprécié ce qu’a dit le policier et en retour il lui a fait immédiatement d’un cadeau d’une Grima [agrément d’exploitation d’un taxi ].   Le roi en question est Mohamed VI.

Si cette histoire, rapportée par le journal Al Jareda Al Aoula, est véridique, les Marocains doivent de rendre compte qu’il n’y aura pas de changement même si on attend l’ère de Hassan III.

Force est de reconnaître que ce qui a détruit notre pays et lui a valu des rangs honteux dans les classements mondiaux, c’est l’économie de rentiers  qui profite aux nantis et non au peuple.  Bien sûr on n’a pas besoin ici des gros mots de politiciens pour définir ce qu’est l’assistanat. Ca signifie tout simplement  s’approprier injustement les droits des autres. Il en va des agréments des transports, les GRIMA, que le roi distribue aux citoyens qui demandent son aide dans des lettres écrites de la même façon qu’un mendiant implore la charité des passants. Les états qui respectent leurs citoyens  ne font pas d’eux des mendiants qui implorent la charité du glorieux trône mais construisent pour eux des usines et des industries à même de leur permettre de gagner leurs vies avec dignité et respect. A supposé, ce qui est bien entendu n’est pas le cas, que ces agréments ne sont distribués qu’à ceux qui les méritent des pauvres et laissés pour compte, il n’en demeure pas moins que ceci n’honore pas du tout le citoyen marocain. L’emploi, la santé et l’enseignement sont des droits  garantis par la constitution et l’Etat se doit d’assurer aux citoyens des conditions de vie dignes au lieu de l’humilier de cette façon.

Mais encore, le roi ne peut  attribuer ces agréments à son bon vouloir sans contrôle ni supervision en les offrant à quiconque lui fasse un éloge. Car ceci contribue à fabriquer des armées de courtisans  qui au lieu de gagner leurs vies à la sueur de leurs fronts le font en débitant des acclamations et des éloges souvent non crédibles.  Le roi encourage ainsi son peuple à l’assistanat.

Ceci fait des Marocains un peuple sans dignité, qui vit sur les dons et les offrandes alors qu’on n’a pas besoin de quelqu’un qui ait pitié de nous mais de quelqu’un qui assure le  partage des richesses du pays d’une manière équitable. Songez au président algérien  qui disait que contrairement aux marocains lui ne distribue pas la soupe de ramadan aux pauvres mais des clés d’appartements meublés.  Et même si on sait que marocains et algériens vivent la même situation il convient quand bien même que les responsables marocains méditent ce que dit le président Bouteflika et arrêtent de se comporter avec nous comme si nous étions des minables mendiants à la merci de la moquerie des amis et des ennemies.

Lors la finale de la coupe du trône du football opposant le MAS de Fès et l’équipe des FAR , l’entraîneur Rachid Taoussi a endossé ses habits d’homme sans scrupules en offrant au prince Moulay Rachid qui présidé la rencontre un cadeau sous forme de maillot de foot.  Le maillot a été mets dans un sac et plusieurs lettres de demande d’aide à destination du prince y ont été glissées.   Après cela qu’on ne vient pas s’interroger pourquoi le sport marocain dans toutes ses disciplines vit des crises successives.  Si même les sportifs, censés savoir que gagner sa vit se fait à la sueur de son front , considèrent qu’il n’y a aucune raison de travailler dur pour gagner dignement du moment que la charité d’un membre de la famille royale peut assurer un revenu constant pour toute une vie.  Sans trimer et sans souffrir.

Toujours à propos des sportifs, il est à noter que beaucoup de chanceux anciens joueurs possèdent des agréments de transport qu’ils louent pour des millions  alors qu’ils ne les méritent pas.  Il y en a même qui possèdent des milliers d’hectares de terres agricoles comme cadeau pour avoir « honorer » le Maroc dans les manifestations internationales.  Comme Hicham El Guerrouj  qui s’est fait attribué de larges terrains agricoles fertiles dans la région de Berkane

 Cette politique de l’Etat envers ses enfants est une maladie chronique qui a besoin d’un remède rapide.  N’importe quel sportif qui entre en compétition le fait en premier  pour intérêt personnel et  ce n’est qu’après qu’il pense à faire honneur à la nation. Preuve en est que plus de 300 sportifs marocains se sont fait naturalisés dans d’autres pays et courent désormais sous d’autres couleurs . Non pas parce qu’ils sont moins patriotes mais parce qu’ils ont découvert que leur avenir est incertain s’ils continuent à conquérir pour le drapeau marocain.

Ainsi Hicham El Guerrouj ne  mérite pas les terres que l’Etat lui a attribuées parce que tout d’abord il a déjà accumulé beaucoup de millions en gagnant des médailles dans les meetings  parce que ensuite la fédération lui verse une rémunération sous forme de salaire   et parce que enfin ce que Hicham El Guerrouj a fait pour le Maroc était de son devoir attendu que c’est le Maroc qui lui a offert des équipements, l’a nourrit et logé pendant sa préparation , lui a payé des billets d’avion et des chambres d’hôtels…. Encore une fois servir la nation est un devoir de tous et celui qui n’apprécie pas cela n’a qu’à chercher une autre nationalité au lieu de s’approprier injustement les terres de l’Etat.

Et soit dit en passant, savez-vous que quand la Suisse, un des pays les plus riches au monde, a voulu honorer Roger Federer, le champion qui a hissé le drapeau helvétique des dizaines de fois dans divers manifestations internationales, la fédération suisse ne lui a pas attribué des hectares de  terres agricoles ni des agréments de transports  ni même un petit terrain , mais elle s’est contenté de lui offrir comme petit cadeau  une vache croisée. Et bien entendu c’est à la charge du tennisman de nourrir la vache.

Les pays développés sont arrivés là où ils sont , non pas  en étant complaisants  avec certains de leurs citoyens  mais en le traitant dans le cadre de la loi égale pour tous . Non pas en distribuant les richesses du pays aux chanceux comme ça se fait chez nous, mais en le mettant au profit de tous sans distinction. Et c’est ça qui nous manque au Maroc pour mettre fin aux égarements de sa politique boiteuse.

Quand le prince héritier régnera un jour et verra comment son père a distribué dons et offrandes aux gens pour le moindre mot d’éloge et d’acclamation, il gouvernera  sans doutes en suivant la même logique. En conséquence on n’a qu’à ajourner nos rêves d’un Maroc de justice   et d’égalité des chances jusqu’au règne du roi Mohamed VII  qui arrivera après celui de Hassan III, l’actuel prince héritier.

Le blog personnel de Erraji

Un site de solidarité avec Erraji : www.Helperraji.com

Page de solidarité sur Facebook

Le royaume enchanté bafoue régulièrement les droits humains élémentaires, dont celui de pouvoir s’exprimer librement, sous le couvert fallacieux de  la sacralité.




MAROC:Yasmina Baddou,Nawal El Moutawakil,Nouzha Skali MEPRISENT le peuple marocain qui souffre …

8052008

 MAROC:Yasmina Baddou,Nawal El Moutawakil,Nouzha Skali MEPRISENT le peuple marocain qui souffre ... dans La face cachée 1210265266_les 3 connes

La honte faite au peuple

Aucune nation digne de ce nom ne peut tolérer ça !…

Mais où est passée la voix des marocains , des marocaines ?

Quel peuple sommes-nous? …




Maroc:Nouvel incendie à Casablanca: 3 ouvriers morts enfermés dans leur atelier

28042008

Trois ouvriers ont péri dans l’incendie d’un atelier de matelas où ils étaient enfermés, à Casablanca, dans la nuit de dimanche à lundi, vingt-quatre heures après un incident meurtrier identique dans la capitale économique du Maroc.Un responsable des pompiers a affirmé à l’AFP que les trois ouvriers, âgés de 18 à 24 ans, dormaient dans l’atelier de 12m2 situé au rez-de-chaussée d’un immeuble, dans l’est de Casablanca, lorsque le feu s’est déclaré.

« Ils ont tenté d’ouvrir la porte mais elle était fermée de l’extérieur et nous avons dû la défoncer mais c’était trop tard, ils étaient morts carbonisés », a-t-il ajouté.

Les causes de l’incendie n’ont pas encore déterminées. L’intervention rapide de la protection civile a permis d’évacuer le voisinage et de circonscrire l’incendie, selon une source préfectorale.

Samedi, 55 personnes avaient trouvé la mort dans l’incendie d’une usine de matelas et de fabrication de meubles à Casablanca, car les propriétaires avaient également fermé les issues pour empêcher le coulage.

Lundi matin, des pompiers détruisaient la façade de l’immeuble de quatre étages pour tenter de retrouver des corps.

Une centaine de femmes licenciées d’une usine avoisinante ont manifesté sur les lieux du sinistre en criant à l’adresse du roi: « Commandeur des croyants, Venez voir comment se comportent les profiteurs et les malfaiteurs », faisant allusion aux chefs d’entreprise.

La presse marocaine affichait lundi son indignation.

Sous le titre « Hogra » (Injustice), l’éditorialiste du Soir (indépendant) affirme: « Cet incendie est la goutte qui fera déborder le vase de la contestation sociale (…) car après avoir attenté à leurs droits à un logement décent, à une couverture médicale et à leur pouvoir d’achat… c’est à leur droit à la vie qu’on porte atteinte aujourd’hui ».

« Qui est donc responsable de cet affreux gâchis? De ce drame inhumain insoutenable? La rapacité, l’appât du gain, la pression de la concurrence, les règles folles du marché, le laisser-aller, le manque de professionnalisme, la corruption des organes territoriaux de surveillance, le libéralisme triomphant, le mépris des hommes… », s’interroge « Aujourd’hui le Maroc » (indépendant) ajoutant toutefois qu’il « n’est pas juste d’emblée, à la légère, d’incriminer les industriels marocains ».

AFP

Honte à tous ces patrons voyoux, incultes ,corrompus, à l’image des dirigents makhzeniens corrompus du Royaume Enchanté!




Maroc:bientôt le cirque des remaniements ?

23042008

Maroc:bientôt le cirque des remaniements ?  dans La face cachée 24733507_p

 

 à la place  de Abass El Fassi ,  le prototype   même de la honte, le digne héritier des voleurs( Affaire Al Najat) et la progéniture de l’humiliation….

 A quand la fin de tout ce cirque???







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...