• Accueil
  • > Recherche : corruption justice au maroc

Maroc: le makhzen a peur …

19012011

 Quand !

Quand les voleurs, les hypocrites et les traîtres gouvernent un pays…
Quand les libertés sont bafouées
 

Quand la trahison règne 

Quand la corruption la décadence et l´injustice devient système de gouvernement… 

Et quand les bouches sont muselées… 

Alors, il ne reste plus à faire que ce que la Tunisie et son peuple ont fait




Maroc:Questions pour un con…le jeu officiel du makhzen

9022009

Maroc:Questions pour un con...le jeu officiel du makhzen dans La face cachée 1234162590_Copie%20de%201%20questions%20pour%20un%20con

1: Salahdine Mezouar:Sinistre de l’economie et  le pillage des caisses… il dirge cette equipe tout en gardant un oeil sur les caisses vides de l’état.

2:Abdeouahed Radi:Sinistre de l’injustice et de la corruption

3:Taieb Fassi-Fihri:Sinistre de tous les problémes extérieurs

4:Yasmina Badou:Sinistre  des films «  » X »"




Maroc: !! Overdose !!

6022009

Maroc: !! Overdose !! dans La face cachée 1233963239_Overdose

Overdose ou surdose est un coma par surdosage qui peut entraîner la mort et dont les symptômes varient suivant le produit utilisé, dépresseur ou stimulant :exp: makhzen,corruption,injustice, police,gendarmerie,répression,Benslimane,Benmoussa, Laânigri, etc……….




Maroc :Les prisons marocaines ne valent pas mieux que Guantanamo

19112008

Maroc :Les prisons marocaines ne valent pas mieux que Guantanamo dans La face cachée 1227119319_Copie%20de%2031072320

Les prisons du Maroc de Mohammed VI sont aussi peu accueillantes que les bagnes de Hassan II. Témoignages accablants recueillis par l’association Attac-Maroc.

On connaissait la prison noire de Laayoune, au Sahara occidental, où s’entassent dans des conditions ignobles des sympathisants du mouvement séparatiste du Front Polisario. On connaissait aussi le centre de la DST de la ville de Temara qui, au lendemain des attentats de Casablanca du 16 mai 2003, a servi d’usine à torture contre des terroristes islamistes présumés souvent raflés au pif. Et maintenant, on connaît la prison d’Inezgane, dans la région du Souss, où sont embastillés des hommes et des femmes qui ont eu le tort de participer aux violentes manifestations de Sidi Ifni, en août dernier.

Cette ville côtière de 20 000 habitants du Sud du Maroc a connu les 7 et 8 juin 2008, puis les 18 et 19 août 2008 deux vagues de répression violente destinées à mater un mouvement social qui revendique une réelle politique de développement de la région ainsi qu’une extension et une amélioration des services publics.

Quatre de ces manifestants, dont deux militants de l’association Attac-Maroc, ont écrit une longue lettre où ils racontent leurs conditions de détention dignes du Moyen-Age. Ce courrier s’inscrit dans une campagne de communication d’Attac-Maroc, qui réclame « la libération des prisonniers d’Ifni ». Elle intervient au moment où le Makhzen marocain se gargarise de l’obtention d’un « statut avancé » avec l’Union Européenne. Une honte pour le royaume pas vraiment enchanté de Mohammed VI.

Bakchich reproduit dans son intégralité la lettre en date du 21 octobre 2008 des quatre détenus de la prison d’Inezgane qui ont eu le courage de témoigner.

De la prison d’Inezgane, nous vous adressons nos salutations militantes

Notre maintien en prison est la preuve flagrante de la démagogie qui se cache derrière le nouveau concept du pouvoir et le slogan de « l’ère nouvelle » [1]. Tout le bavardage et les applaudissements qui célèbrent la soi-disant amélioration des institutions pénitentiaires et de leur rôle éducatif et correctif ne sont que discours creux et mensonges, au regard de ce que vivent les détenus politiques et de droit commun dans la prison d’Inezgane.

En ce qui concerne les cellules, il y en a de deux sortes :

— Les cellules de l’ancien quartier appelé « caserne ». Au nombre de 7, elles ont une surface de 6mx8m avec à l’intérieur une latrine et une douche d’1m chacune et un bat-flanc près de la porte que nous utilisons comme cuisine où nous posons un réchaud électrique sur lequel les prisonniers préparent leur repas. Cela signifie qu’il ne reste pour les prisonniers — dont le nombre atteint 86 par cellule — que 40m. Les prisonniers sont donc obligés de rester recroquevillés toute la journée (20h/24) ce qui provoque des douleurs dans les articulations, surtout celles des genoux. La sortie dans la cour ne dure que 2 heures le matin, de 9h à 11h, et 2h l’après-midi, de 14h30 à 16h30.

— Les cellules du nouveau quartier, appelé « quartier », ont une surface de 7mx5m avec une latrine d’1m. 68 prisonniers y sont entassés.

— Il y a aussi une autre cellule qui n’a d’infirmerie que le nom, où 16 lits superposés sont alignés sur 24m… et où sont regroupés 28 prisonniers diabétiques, asthmatiques, tuberculeux, sous dialyse, atteints de rhumatisme ou du sida.

— Le quartier des mineurs, appelé « Pipi » comprend 6 cellules de moins de 35 m où sont entassés plus de 400 prisonniers de 5 à 17 ans !!

— Une cellule est réservée aux homosexuels, fermée par une porte en fer et disposant d’une petite fenêtre grillagée : elle ressemble à un cachot et se trouve effectivement près de 3 autres cachots qui sont des cellules sans ouvertures où l’on enferme les prisonniers que l’administration punit parce qu’ils n’ont pas obéi ou selon l’humeur du personnel administratif ou son désir de vengeance. C’est ce qui est arrivé au détenu politique Mohamed Hafid Iazza. Les pensionnaires de ces trois cachots et de la cellule pour homosexuels sont perpétuellement en bute à des insultes, des provocations, des moqueries et des humiliations de la part des gardiens et des autres détenus.

— Il y a aussi une autre cellule pour les fous et les malades mentaux qui se trouve elle aussi près des cachots. Ils sont au nombre de 40.

— Enfin, il y a le quartier des femmes qui seraient au nombre de 45, réparties en deux cellules plus une autre réservée aux femmes enceintes.

— Il y a 4 blocs de douches d’eau froide, disposant chacune de 6 pommeaux, ce qui est totalement insuffisant, ce qui pousse les détenus soit à prendre la douche froide dans les cellules soit à ne pas en prendre du tout. Il y a donc environ 1 400 prisonniers pour les 4 blocs de douches qui ne sont utilisables que pendant une heure de temps lors de la sortie à la cour. La majorité des prisonniers souffre de maladies de la peau, conséquence de la transpiration, du manque de douche, d’hygiène et des infections.

La prison d’Inezgane est connue pour être l’une des pires du Maroc. Il n’y a pas un seul médecin malgré la situation sanitaire déplorable des détenus. Ainsi, Hassan Talbi est parvenu à une situation critique du fait de la négligence de l’administration pénitentiaire. Un médecin, rattaché à la prison d’Aït Melloul vient une fois par semaine, bénévolement, le mercredi.

Cette situation remet en question les propos du ministre de la Santé, Yasmina Baddou, qui prétend que son ministère a déployé des efforts en faveur de la santé pénitentiaire alors qu’une prison de 1 400 détenus ne dispose même pas d’un médecin !

Face à la propagation des maladies et à l’absence de soins, l’hospitalisation est affaire de relations et de corruption. Il en est de même pour les visites, l’accès aux cuisines ou à l’économat. Il n’y a pas de bibliothèque ni de terrain de sport, ni d’activité de loisirs. La vie des prisonniers se limite à manger et à dormir et à la consommation de drogues qui sont vendues librement et en quantité sous les yeux des responsable, du fait de la présence d’un baron de la drogue qui monopolise ce commerce dans la prison. Comme ont dit, créer le besoin crée l’offre et la demande et le sureffectif des prisonniers constitue un marché propice à toutes sortes de commerces qui commencent avec le « chef de chambre » et finit par l’administration : les prix de la place dans une cellule varient selon le quartier et l’emplacement dans la cellule.

Le quotidien de la vie du prisonnier c’est la répression, l’injustice, les pires formes de discrimination. La loi qui règne à la prison d’Inezgane est la loi du plus fort et du plus violent.

C’est dans cet enfer de la prison d’Inezgane que sont placés les prisonniers politiques. D’autres rapports détaillés suivront qui concerneront les différents « services » de la prison pour dévoiler l’ampleur de la sauvagerie qui règne dans la prison et illustre ce qu’est « la nouvelle ère ». Cette sinistre réalité nous pousse à lutter davantage. Nos bourreaux oublient que le fait de nous éloigner de nos camarades et de nos familles ne fait que renforcer davantage notre amour pour notre terre et pour nos familles, davantage notre conviction de la justesse de notre cause et de la légitimité de nos idées et de nos principes.

Nos salutations à tous les camarades et militants dans le combat, malgré la répression et les souffrances. Nous vaincrons.

Signataires

BARA Brahim, numéro d’écrou 81101

AGHARBI Hassan, numéro d’écrou 81934

RIFI Zakaria, numéro d’écrou 82034

OUHADANI Mohamed numéro d’écrou 80932

Ici




Maroc occupé: La poudrière marocaine

9092008

Maroc occupé: La poudrière marocaine dans La face cachée jvtdx3yfzgwgb6pjzwyl 

Elle s’appelle Zahra, elle a vingt ans, elle est étudiante à l’Université de Marrakech. Pour avoir participée à une marche de protestation, elle a été battue par la police, emprisonnée avec des centaines de ses camarades dans le sinistre commissariat de la Place Jamaâ El Fna (visitée quotidiennement par des millier de touristes) et sauvagement torturée. Les policiers l’ont obligé à rester nue pendant des jours, devant ses camarades alors qu’elle avait ses menstruations. Pour protester contre ce traitement, Zahra a entamé une grève de la faim et s’est retrouvé dans le coma. Sa vie ne tient plus qu’à un fil.

Est-ce que quelqu’un en Europe, a entendu parler de cette jeune étudiante ? Est-ce que nos médias ont cité le cas tragique de Zahra ? Pas un mot. Pas un mot non plus sur cet autre étudiant, Abdelkebir El Bahi, qui a été jeté du troisième étage par la police et est condamné à vivre dans un fauteuil roulant le reste de ses jours, parce qu’en tombant, il s’est brisé la colonne vertébrale.

Aucune information non plus sur ces 18 autres étudiants de Marrakech, compagnons de Zahra qui, afin de protester contre leurs conditions de détention dans la prison de Bulmharez, ont aussi entamé une grève de la faim depuis le 11 juin 2008. Certains ne peuvent plus se lever, plusieurs crachent du sang, d’autres sont en train de perdre la vie, ils sont dans le coma et doivent être hospitalisés.
Tout cela se passe dans l’indifférence et le silence général. Seules les familles ont manifesté leur solidarité. Ce qui a été considéré comme un geste de rébellion et ils ont été odieusement roués de coups.

Tout ceci ne se passe pas dans un pays lointain comme le Tibet, la Colombie ou l’Ossétie du Sud. Mais à seulement quatorze kilomètres de l’Europe. C’est un état que des millions de touristes européens viennent visiter chaque année et dont le régime bénéficie dans nos médias et de la part de nos propres dirigeants politiques, d’une extraordinaire tolérance et mansuétude.

Cependant, depuis un an, les protestations du peuple marocain se multiplient : révoltes urbaines contre la cherté de la vie et insurrections paysannes contre les abus. Les émeutes les plus sanglantes se sont déroulées le 7 juin à Sidi Ifni lors d’une manifestation silencieuse contre le chômage, qui a été réprimée avec une telle brutalité qu’une véritable insurrection s’est produite avec des barricades dans les rues, des incendies de bâtiments et des tentatives de lynchages d’une autorité publique. La réplique des autorités a été une répression d’une violence démesurée. En plus des dizaines de blessés et des arrestations (dont celle de Brahim Bara, du comité local d’Attac), Malika Jabbar, de l’organisation marocaine des droits de l’homme a dénoncé « les viols de femmes » (2) et la chaîne d’informations arabe, Al Jazeera, a parlé de « un à cinq morts ».

Les autorités ont nié. Elles ont proposé une « version officielle » des faits et toutes les informations qui ne correspondaient pas à cette version ont été sanctionnées. Une commission parlementaire a enquêté sur les événements mais ses conclusions ont seulement servi, comme d’habitude, à étouffer l’affaire.

Les espoirs nés il y a neuf ans avec la montée sur le trône du jeune roi Mohamed VI se sont dissipés. Si des touches de gattopardisme ont modifié l’aspect de la façade, l’édifice en lui-même avec ses sinistres caves et ses passages secrets, est resté le même. Les timides avancées en matière de libertés n’ont pas transformé la structure du pouvoir politique : le Maroc continue d’être le royaume de l’arbitraire, une monarchie absolue dans laquelle son souverain est le chef véritable du pouvoir exécutif. Et pour déterminer le résultat des dernières élections, en dernier ressort, la couronne a non seulement nommé les principaux ministres mais les a aussi renommé « ministres de la souveraineté ».

Rien n’a changé non plus en ce qui concerne la structure de la propriété. Le Maroc continue d’être un pays féodal où une dizaine de familles, presque toute proches du trône, contrôlent (grâce à l’héritage, le népotisme, la corruption, le vol –la cleptocratie- et la répression) les principales richesses.

Actuellement l’économie se porte bien, avec une croissance du PIB de 6,8 % prévue en 2008 (3), due en particulier aux millions d’émigrants et aux transferts des devises qui constituent les principaux revenus, cumulés au tourisme et aux exportations de phosphates. Mais les pauvres sont de plus en plus pauvres. Les inégalités n’ont jamais été aussi grandes, le climat de frustration aussi palpable. Et l’explosion de nouvelles révoltes sociales n’a jamais été aussi imminente.

Parce qu’il existe une formidable vitalité de la société civile, un associationnisme très actif et audacieux ne craint pas de défendre les droits et les libertés. La plupart de ces associations sont laïques, d’autres sont islamistes. Un islamisme qui se nourrit de la grande frustration sociale et qui est, de fait, la première force au niveau politique. Le mouvement Al Adl Ual Ijsan (non reconnu mais toléré) dirigé par le cheik Yassin et qui n’a pas participé aux élections, avec le Parti de la Justice et du Développement (PJD), qui a récolté le plus de voix aux dernières élections de septembre 2007, dominent largement la carte politique. Mais il ne leur est pas permis de gouverner.

Ce qui a poussé un groupe minoritaire à choisir la voie de la violence et du terrorisme. Les autorités les combattent avec une main de fer, avec le soutien intéressé de l’Union Européenne et des USA (4). C’est cette alliance objective qui les conduit à se couvrir les yeux devant les violations des droits de l’homme qui continuent à être commis au Maroc. C’est comme si les chancelleries occidentales disaient à Rabat : en échange de votre lutte contre l’islamisme, nous vous pardonnons tout, même votre lutte contre la démocratie.

Auteur:Ignacio Ramonet

Traduit par Isabelle Rousselet

 

http://www.monde-diplomatique.es/isum/Main?ISUM_Portal=1




Maroc: Le PJD veut réformer avec le roi

29072008

Maroc: Le PJD veut réformer avec le roi dans La face cachée wy4emse66f5x6nt41b 

Abdelilah Benkirane

 

Le chef du Parti de la justice et du développement (PJD), le principal mouvement islamiste légal de l’opposition au Maroc, s’est prononcé mercredi en faveur des réformes constitutionnelles permettant de limiter la corruption et les abus de pouvoir dans les hautes sphères du pouvoir. Abdelilah Benkirane, qui a succédé le week-end dernier à la tête du PJD à Saad Eddine Osmani, tenu pour responsable du score décevant du parti aux législatives de 2007, a déclaré vouloir travailler avec le roi Mohamed VI, et non contre lui, à une limitation des abus imputés au Makhzen, l’élite dirigeante du royaume. « Il y a corruption, distribution de privilèges et des tas de choses regrettables du même genre. Nous pensons que Sa Majesté est convaincue que les conditions politiques sont réunies pour de vraies réformes« , a dit Abdelilah Benkirane.

Ici




Maroc:L’armée marocaine se déleste de gradés barbus

12052008

Maroc:L’armée marocaine se déleste de gradés barbus dans La face cachée 1210501297_ALLAH AKBAR 

Une trentaine de gradés marocains ont été mis en retraite anticipée en raison de leurs penchants islamistes. Et toutes les bidouilles administratives sont bonnes pour les renvoyer dans leurs pénates.

C’est une question récurrente en Europe : quel est le taux de pénétration des barbus au sein de l’armée marocaine ? Si le royaume de Mohammed VI se garde bien de disserter sur le sujet, il n’en reste pas moins qu’il tente d’effectuer régulièrement le ménage. Sympathisants du mouvement islamiste Justice et Bienfaisance (dont plusieurs femmes de gradés font partie), militaires pratiquant scrupuleusement la prière en dépit de la fermeture des salles de prières dans les casernes depuis les attentats de Casablanca de 2003, militaires ayant à un moment donné eu des contacts avec des djihadistes… Tout y passe et qu’importe le grade.

Ainsi, récemment, une trentaine de gradés jugés un peu trop barbus auraient été révoqués ou mis en retraite anticipée. Et ce aussi bien dans les armées de terre, de l’air que de la marine. « Une réunion chapeautée par le 5è bureau (sécurité militaire) a eu lieu il y a environ quatre mois. Il y avait des responsables de la Dged (équivalent marocain de la Dgse), de la gendarmerie royale et des différentes inspections de l’armée de terre, de l’air, de la marine ou encore des forces auxiliaires. Les hommes du 5ème bureau sont arrivés avec une liste de noms de militaires qui pratiquaient des activités considérées comme limites. C’est par exemple le cas de se lever la nuit pour prier ou de donner régulièrement de l’argent aux pauvres [1] » témoigne l’un des gradés concernés.

Retraite anticipée

Pour les mettre sur la touche, l’armée marocaine a trouvé la parade : les pousser vers la retraite anticipée. Pour un officier, celle-ci peut-être obtenue après vingt et un ans de service. Mais si c’est l’officier lui-même qui la demande, il touchera une solde moins avantageuse que si c’est l’armée qui effectue la démarche par le biais d’une réforme « médicale » ou « disciplinaire ». Pour le militaire, la différence est de taille. Ainsi, un commandant qui gagne environ 10 000 dirhams par mois en service touchera aux alentours de 5 000 dirhams s’il demande à partir en retraite anticipée contre 7 000 dirhams si l’armée se débarrasse de lui par ce biais.

Histoire d’acheter la paix sociale dans les casernes, l’armée a bien sûr choisi la seconde option, quitte à faire cracher les caisses de retraite. Et dans un grand élan de générosité, le royaume a même « proposé » à ses gradés barbus étant à quelques mois de pouvoir prétendre à une retraite anticipée de rentrer chez eux immédiatement.

[1] Au vu de l’incurie et de la corruption des pouvoirs publics marocains, les activités de bienfaisance sont souvent le fait de mouvements islamistes.

Ici




Maroc:Younes Fennich les malheurs d’un caid écrivain trop honnête

6052008

 Maroc:Younes Fennich les malheurs d'un caid écrivain trop honnête dans La face cachée 1210046824_Copie de ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff

Younes Fennich fait partie de ces marocains qui se sont brûlés les doigts en voulant combattre un système infecté de corruption et d’injustice.

 Le Royaume Enchanté le mérite-il ?

يونس فنيش…رجل السلطة الذي قال لا

Pour en savoir plus : cliquez ici , ici, ici




MAROC:Pétition: Mobilisation de soutien pour le caid Younes Fennich

3052008

MAROC:Pétition: Mobilisation de soutien pour le caid Younes Fennich dans La face cachée 24569712_p

Une pétition circule sur le net adressée au ministre de la Justice Marocaine Abdelwahed Radi pour soutenir Youness Fenich dans son combat contre la corruption .
N’hésitez à signer la pétition pour la campagne liberté pour Youness Fennich
- liberté de lutter contre la corruption ,
- liberté d’écrire la vérité ,d’informer sur la corruption…..etc
En marginalisant Younes Fennich le makhzen ne veut pas seulement protéger les corrompus .Ils cherchent à intimider tous ceux qui, à l’avenir, voudront savoir comment fonctionne le système makhzenien et la toile d’araignée de la corruption.
Chaque signature sera un acte civique qui protège la liberté de choisir d’être un homme incorruptible.

Pour signer directement la pétition en ligne

cliquez ici

Bon courage…A plus

Ecrit par a-hani  dans :http://fennich.blogs.nouvelobs.com/

Toutes les informations concernant le soutien à l’écrivain et caid Younes Fennich  sont sur http://fennich.blogs.nouvelobs.com/

Voir aussi : Ici

L’ ecrivain et caid Younes Fennich s’explique sur Selwane.TV

Partie 1

http://video.google.com/videoplay?docid=5787034030419979302

 

Partie 2

http://video.google.com/videoplay?docid=7126027618127620472

L ‘ ecrivain  et  caïd Youness Fennich dans son  calvaire  avec le  makhzen .

Image de prévisualisation YouTube

Campagne pour libérer Younes Fennich des coupeurs de têtes.

24337525_p dans La face cachée

Soutenons Younes Fennich pour son courage face à un corps infecté de corruption et d’injustice

Lettre à RSF

Pour ce qui est de la censure !

Le makhzen utilise la censure du net pour avoir encore plus de pouvoir sur les citoyens… endormir le peuple… museler toute forme de liberté de pensée et d’expression… museler toute forme de contestation…..etc

 le blog de Fennich Younes http://3006.aceblog.fr/ a été censuré et après le blogs de « Sniper Hood », anonyme, mais qui s’était juré de défendre le caïd Fennich a été censuré aussi: http://3007.aceblog.fr/ . Et après, le blog http://amical.blog.fr/ , anonyme aussi, qui s’était juré de défendre l’honnêteté et la compétence a été censuré aussi, et après le blog http://sauvegarde.blogs.nouvelobs.com/ qui s’était juré de sauvegarder les billets qui risquaient d’être censurés a été censuré à son tour etc. etc… ( par facteur malheureux)

Le site www.activcontact.com réservé au livre « Parole de caïd  »  a été censuré aussi.

Trop c’est trop….! soutenez ce blog http://fennich.blogs.nouvelobs.com/, faites qu’il ne meure pas
Comment conserver intégralement son blog?
Une solution consiste à utiliser un aspirateur de site web comme « HTTRack Website Copier », c’est un logiciel gratuit que vous pouvez télécharger ici : http://www.httrack.com/ , et qui va vous permettre de faire une copie de votre site sur votre disque dur.


Voici la marche à suivre:
- 1 Tu lances le pgm
-2 Tu cliques sur suivant
-3 Tu donnes un nom à ton projet (par ex: save blog)
-4 Tu selectionne un répertoire parent
-5 Tu laisses par défaut le champs action (Copie automatique de site web)
-6 Tu saisies dans le champs Adresse web l’URL de ton blog exp:(http://www.thepetition.eu/petition/petition.php?-7 Tu cliques sur suivant
-8 Tu ne changes rien et cliques sur Terminer.
Pour contourner la censure, il faut changer l’ adresse ip…
Tout est expliqué sur ce site…
http://sutter.fabrice.free.fr/perso/anonyme.htm
Si la page ne s’affiche pas essayez d’aller sur ce site si dessous, et introduisez y l’adresse.
http://anonymouse.org/anonwww.html
Et si ça ne marche pas non plus, changez de pays…….IoI
Essayez de travailler en proxies !! normalement l’avantage est double : contourner la censure et on n’est pas « détectable » !!!

Pour les amateurs de livres de Younes Fennich

- Parole de caïd :
http://www.laguerredesmots.com/LireOeuvre/index.html?o=2051&liste=categories

- Maroc et Marocains :
http://www.laguerredesmots.com/LireOeuvre/index.html?o=2062&liste=categories




Maroc:Nouvel incendie à Casablanca: 3 ouvriers morts enfermés dans leur atelier

28042008

Trois ouvriers ont péri dans l’incendie d’un atelier de matelas où ils étaient enfermés, à Casablanca, dans la nuit de dimanche à lundi, vingt-quatre heures après un incident meurtrier identique dans la capitale économique du Maroc.Un responsable des pompiers a affirmé à l’AFP que les trois ouvriers, âgés de 18 à 24 ans, dormaient dans l’atelier de 12m2 situé au rez-de-chaussée d’un immeuble, dans l’est de Casablanca, lorsque le feu s’est déclaré.

« Ils ont tenté d’ouvrir la porte mais elle était fermée de l’extérieur et nous avons dû la défoncer mais c’était trop tard, ils étaient morts carbonisés », a-t-il ajouté.

Les causes de l’incendie n’ont pas encore déterminées. L’intervention rapide de la protection civile a permis d’évacuer le voisinage et de circonscrire l’incendie, selon une source préfectorale.

Samedi, 55 personnes avaient trouvé la mort dans l’incendie d’une usine de matelas et de fabrication de meubles à Casablanca, car les propriétaires avaient également fermé les issues pour empêcher le coulage.

Lundi matin, des pompiers détruisaient la façade de l’immeuble de quatre étages pour tenter de retrouver des corps.

Une centaine de femmes licenciées d’une usine avoisinante ont manifesté sur les lieux du sinistre en criant à l’adresse du roi: « Commandeur des croyants, Venez voir comment se comportent les profiteurs et les malfaiteurs », faisant allusion aux chefs d’entreprise.

La presse marocaine affichait lundi son indignation.

Sous le titre « Hogra » (Injustice), l’éditorialiste du Soir (indépendant) affirme: « Cet incendie est la goutte qui fera déborder le vase de la contestation sociale (…) car après avoir attenté à leurs droits à un logement décent, à une couverture médicale et à leur pouvoir d’achat… c’est à leur droit à la vie qu’on porte atteinte aujourd’hui ».

« Qui est donc responsable de cet affreux gâchis? De ce drame inhumain insoutenable? La rapacité, l’appât du gain, la pression de la concurrence, les règles folles du marché, le laisser-aller, le manque de professionnalisme, la corruption des organes territoriaux de surveillance, le libéralisme triomphant, le mépris des hommes… », s’interroge « Aujourd’hui le Maroc » (indépendant) ajoutant toutefois qu’il « n’est pas juste d’emblée, à la légère, d’incriminer les industriels marocains ».

AFP

Honte à tous ces patrons voyoux, incultes ,corrompus, à l’image des dirigents makhzeniens corrompus du Royaume Enchanté!







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...