• Accueil
  • > Recherche : alaouite maroc

Maroc:Yassine Belassal,le barça et le makhzen …

27102008

Maroc:Yassine Belassal,le barça et le makhzen … dans La face cachée 1225097922_radi 

Le makhzen  se croit plus sacré que Dieu lui meme!

Ces procès à la chaine pour outrage et manquement au respect dû  makhzen deviennent lassants.

Ici




Maroc :Quand le Barça mène en prison…

26102008

Maroc :Quand le Barça mène en prison… dans La face cachée 1225052243_yassin

Yassin Belassal

en prison car fan du Barça…

 

1225052302_bacra dans La face cachée

 

Le régime marocain et sa liberté d’expression toute relative ne sort pas grandi de cette terrible affaire. Depuis le 29 septembre, un lycéen de 18 ans connaît les affres de la prison et ce pour les 18 prochains mois. Son crime ? Avoir détourné la devise du pays maghrébin (Dieu, Patrie et Roi) pour la transformer en hommage au FC Barcelone (Dieu, Patrie et Barça) sur un tableau de salle de classe. Dénoncé par la direction du lycée, Yassin Belassal s’est vu inculpé d’outrage au Roi avant d’être incarcéré… Affligeant !

Apprécier le FC Barcelone peut causer de graves problèmes. Depuis le 29 septembre, Yassin Belassal est en prison. Ce lycéen marocain de 18 ans a eu le malheur d’étaler un peu trop son amour pour le club catalan, voyant l’enfer s’ouvrir sous ses pieds pour une simple blague.

Allah, Al Watan, Barça

Le jeune homme a transformé la devise nationale « Allah, Al Watan, Al Malik », à savoir « Dieu, Patrie et Roi », en « Allah, Al Watan, Barça » qui signifie, vous l’aurez compris, « Dieu, Patrie et Barça », inscrivant ce détournement à la craie sur un tableau de la salle de classe d’un lycée d’Aït Ourir, dans la région de Marrakech. Mais voilà, au Maroc, cela ne se fait pas et le message inoffensif de Yassin Belassal s’est transformé en cauchemar pour son auteur. Dénoncé par la direction de l’établissement, le fan du Barça a vu la gendarmerie débouler puis procéder à son arrestation le 20 septembre dernier, au motif d’outrage au Roi, Mohamed VI.

La spirale infernale est en marche pour Yassin Belassal. Le journal espagnol El Pais indique même que le jeune Maghrébin a eu droit à un semblant de procès, ne pouvant même pas faire appel à un avocat pour se défendre face à une justice loin d’être clémente. Preuve en est puisque le 29 septembre, le jeune homme a été condamné à 18 mois d’incarcération. Un an et demi d’emprisonnement que Yassin a déjà commencé à purger dans la prison de Boulmharez, trouvant place dans une cellule pleine à craquer, surpeuplée par les 80 personnes s’y trouvant déjà, à en croire la famille du Marocain, interrogé par le quotidien catalan El Periodico.

Liberté pour Yassin !

Dans un pays où la liberté d’expression est quelque peu mise à mal, où les rares parutions osant critiquer le pouvoir en place sont sujettes à censures et autres saisies, où les « dissidents » finissent dans les geôles royales pour avoir simplement émis critiques et doutes, la connivence entre la monarchie et les médias est très forte et rares sont les journaux à oser prendre position contre Mohamed VI et ses hommes. Récemment, le blogueur Mohamed Erraji avait été condamné à deux ans d’emprisonnement pour avoir critiqué la politique économique menée par le Roi et Fouad Mourtada avait écopé de trois ans de prison pour avoir créé un faux profil du Prince Moulay Rachid sur Facebook.

Dans ce contexte, Internet aura été le seul outil à relayer la triste information. Au-delà de l’Atlas et de Rabat, la nouvelle a suscité une vive émotion en Espagne et bien évidemment à Barcelone. De nombreux supporters blaugranas ont déjà monté des groupes de soutien, utilisant la visibilité qu’offre Facebook pour appeler à la libération de Yassin (« Salvem Iassín Belassal » soit Sauvons Yassin Belassal ou encore « SOLIDARITAT Yassin Belassal SEGUIDOR CULÉ » soit Solidarité avec Yassin Belassal, supporter du Barça). Le site lesdessousdusport.fr indique même qu’un blog de supporters barcelonais propose que Yassin Belassal soit fait membre honorifique du club catalan.

De son côté, le FC Barcelone et son président, Joan Laporta, n’ont pas encore réagi. Pourtant, le soutien de l’exécutif barcelonais ne serait pas de trop pour sortir Yassin Belassal de prison. Citoyens de France et de Navarre, mobilisons-nous pour libérer Yassin !

Ici

La justice marocaine libère un conducteur qui tué un homme en conduisant en état d’ivresse car le père est wali et incarcère un jeune sans recours !

1224835677_devise%203

Ici

Ces procès à la chaine pour outrage et manquement au respect dû  makhzen deviennent lassants.

L’appareil judiciaire marocain a besoin d’une remise à niveau. Un peu de formation continue ne leur fera pas de mal.

Il faut repenser tout le système du makhzen marocain.

Autrement dit, il faut repenser le pays tout entier.

Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme
Déclaration internationale des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU à Paris, le 10 décembre 1948.

Le Maroc est signataire de cette déclaration. Mais, selon toute vraissemblance, il ne s’en rappelle pas ou bien il s’est assis dessus!

Rappel:L’existence même du makhzen est bâtit sur la négation de ce principe




Maroc:Evolution ?

5102008

Maroc:Evolution ? dans La face cachée 1224058037_eee

Ici




Maroc: Les marocains ont faim

13062008

Maroc: Les marocains ont faim dans La face cachée jep9qaee6r2xxhdqtz0o

La faim gagne du terrain au Royaume de la corruption !

9i9amv4603cp93raxb dans La face cachée

un dîner royal chez  les alaouites !

pour eux le pouvoir d’achat global n’a pas diminué !…

 

 




Maroc: Bien Écouter Son Roi C’est…

13062008

Maroc: Bien Écouter Son Roi C'est... dans La face cachée dbu64lk3pstjziwmrtvb 

Aller A La Bonne École Du Mensonge !

Quand au fameux «  Commandeur de Croyants  », il n’y a que les marocains assez bêtes pour le croire ! 

Le mensonge a assez duré.

Un coup d’oeil par : Les “alaouites” ne sont pas des descendants du prophète




Maroc:Le mouvement ‘nationaliste’ arabe marocain a-t-il choisit l’étoile juive pour le drapeau marocain?

18052008

 Maroc:Le mouvement ‘nationaliste’ arabe marocain a-t-il choisit l’étoile juive pour le drapeau marocain? dans La face cachée 1210363634_mouvement_national_marocain

Voila deux vérités méconnues sur les deux symboles nationaux marocains (hymne et drapeau) qui peuvent choquer certains marocains habitués au discours du mouvement nationaliste:

 

La 1ere vérité : Le mouvement nationaliste arabe marocain et pendant la période coloniale a belle et bien choisie l’étoile juive à six branches pour le drapeau marocain, alors qu’aujourd’hui il fait de la lutte contre les juifs sa raison d’être et qualifie de crime les tentatives de création d’associations d’amitiés Israélo-Amazighs. Cette photo, prise à Tétouan, que la revue Telquel a la gentillesse de publier montre bien le drapeau avec une étoile juive au milieu. Sans oublier particulièrement la garde du mouvement nationaliste avec à leur coté l’armée coloniale qu’ils sont censé combattre.

 La 2éme vérité : L’hymne national actuel a été composé par un capitaine français et ses paroles n’ont été écrites qu’en 1969…

1210698200_Lire_la_suite dans La face cachée Ici

Un coup d’oeil: 1210698200_Lire_la_suite Ici

 




MAROC:le makhzen une tumeur cancéreuse mortelle

18042008

La tumeur en question est une augmentation pathologique de la corruption, d’un enrichissement disproportionné de la famille royale ainsi que de hauts fonctionnaires civils et militaires. Cette tumeur est due à une prolifération de l’analphabétisme, l’illettrisme, l’émigration, d’un manque d’engagement politique et de revendications socioculturelles fortes de la population.Le but de cette tumeur qu’est le Makhzen, c’est de cancériser le Maroc en le tenant dépendant de sa volonté. Car le Makhzen, système féodal qui n’a plus lieu d’être au 21ème siècle, a limité la population au seul niveau d’avoir le souci du lendemain : nourrir sa famille, se vêtir … les éléments basiques d’une vie décente.

Il est vrai que quand le lendemain n’est pas garanti sur des choses aussi simples que la nutrition, on est moins en crin à se révolter, militer etc… car les soucis sont autres. Le genre de souci qui vous paralyse et peu sont prêts à prendre le risque d’une balle perdue, d’un emprisonnement à vie qui pousserait au suicide.

Le Makhzen est tel un désherbant qui veut assécher les racines, greffer sa propagande et rabaisser au rang de citoyens de seconde zone la grande majorité du peuple, suivant aveuglement sa doctrine et ayant peur de la répression.

Changer et ne plus être sous l’emprise du Makhzen c’est partir, et s’en aller c’est traverser la méditerranée sans conditions d’âge et de sexe car au fond tout le monde veut s’enfuir. A chaque tumeur son hémorragie, celle des marocains est l’émigration.

Où sont donc les infrastructures, les hôpitaux, les écoles et universités qui manquent tant dans ce pays ? Où est donc la rétribution de l’engagement de nos aïeux dans la libération du pays ? Etc…

Tant de questions sans fin qui restent sans réponses puisque les marocains ignorent tout de leur passé, ils n’honorent même pas le sacrifice de ceux qui ont eu le courage de prendre les armes et de combattre l’ennemi chez lequel une partie d’eux vit aujourd’hui.

Ils honorent un Roi qui commence tous ses discours par « Cha3biya l3aziz… », un pantin pour les grandes puissances occidentales qui convient pour l’instant, à croire que le Maroc est encore sous l’emprise du protectorat. Un Makhzen qui gave ses oies avec la rétrospective royale chaque jour au journal télévisé répétant sans cesse qu’il descend du prophète et qu’il est celui qui voit grand et qui fait tout pour ce pays.

Quelle est au juste la légitimité de ce pouvoir ? Celui d’un Roi alaouite descendant du prophète !! Nous sommes des millions à descendre du prophète voire des centaines de million, est ce que pour autant nous avons le droit d’une quelconque autorité sur celui qui ne l’est pas…

Il n’y a pas de changement sans révolution et de révolution sans pertes humaines. Ce qu’il manque aux marocains, c’est le courage dont ont su faire preuve ceux d’antan mais s’en souviennent ils donc ?

Outre les belles plages, des paysages magnifiques, de la bonne cuisine… voici la réalité du Maroc, celle d’un pays où la populasse pourtant lasse de la précarité, ne peut décider librement et démocratiquement de son sort et celui de ses enfants.

Ceux qui arrivent à s’organiser, militer etc… finissent par être manipulé soit de l’intérieur, soit de l’extérieur. Pire, même la corruption aide à les neutraliser car tout s’achète au Maroc. L’honneur et la fierté ne sont plus depuis que cette tumeur de Makhzen a prostitué la si belle femme vertueuse et pudique qu’était le Maroc, cela y a fort longtemps mais on s’en souvient plus car la maladie nous a fait perdre l’esprit.

source: forum   arrif.com




Maroc:Mohamed Eddaou Siraj: le SG du syndicat de la presse agressé à Rabat

4042008

Le secrétaire général du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a été agressé mardi soir à Rabat, par deux inconnus qui l’ont blessé à la tête avec une barre de fer, déplore un communiqué du SNPM transmis mercredi à la PANA à Rabat.

Mohamed Eddaou Siraj, qui quittait une réunion au siège du syndicat, en plein centre de la capitale alaouite, a été attaqué par deux individus qui l’ont frappé avec une barre de fer avant de prendre la fuite, détaille le communiqué.

Le SNPM a appelé les ministères de la Justice et de l’Intérieur à ouvrir immédiatement une enquête pour élucider les circonstances de cette agression.

Au début du mois de février, le directeur du quotidien « Al-Massae », Rachid Nini, avait été victime d’une agression perpétrée par des inconnus à la gare ferroviaire de Rabat, où il a été blessé à la main, rappelle-t-on.

Poursuivi pour diffamation par quatre procureurs, Rachid Ninni a été condamné le 25 mars dernier, en première instance à verser 545.000 euros de dommages et intérêts aux plaignants, ainsi qu’une amende de 11.000 euros à la Trésorerie générale.
 




Maroc:Les élites du Royaume Enchanté

30032008

Le Maroc est une des sociétés les plus inégalitaires, pouvoir et richesses sont concentrés entre les mains d’un petit nombre de familles. Ces familles sont issues de trois grands groupes :

Les chorfas: «  

 qui se disent descendants du Prophète et forment une sorte d’aristocratie

 Les oulémas :

les oulémas qui interprètent les textes religieux et appuient sur influence sur l’analphabétisme d’une bonne partie du petit peuple.

 Les commerçants:

 pour certains devenus des hommes d’affaires.

 Ces trois groupes pratiquent une assez stricte endogamie (les trois quarts des mariages sont encore « arrangés » par les familles) et monopolisent les hauts postes de l’administration contribuant à bloquer un système dont ils profitent largement. Ce sont les mêmes qui sont nommés à la tête des entreprises publiques ou s’offre des mandats électifs dans les partis politiques que contrôle le Palais. 

 Cette petite élite protège ses privilèges et mène une vie coupée du Maroc réel dans des villas-palais gardées comme des coffres-forts dans des quartiers réserver.

« Pouvoir, richesse et prestige sont concentrés entre les mains d’une minorité de familles dirigeantes. Pour conserver ces privilèges et défendre leur rang, elles se reproduisent à l’identique en utilisant les ressources de la tradition : filiations patriarcales, mariages de convenance et alliances économiques. De cette organisation à base familiale, émergent des hommes riches, instruits mais avides de puissance. Tous sont héritiers, les uns de la fortune, les autres de la noblesse. Placés à la tête des institutions de l’État, des organisations patronales, des associations sportives et philanthropiques, ils possèdent tous les pouvoirs. Sans créer une classe, ils s’associent pour former une unité de pouvoir qui domine la société. Qui sont ces hommes ? Comment accèdent-ils au pouvoir politique et économique ? Comment exercent-ils ce pouvoir sur les hommes et les institutions ? Bénéficient-ils réellement d’une autonomie d’action et de jugement ? Ou sont-ils simplement formés par l’État pour servir des intérêts supérieurs comme ceux des multinationales ? Ali Benhaddou propose des réponses basées sur une étude rigoureuse de la formation historique et sociologique des élites marocaines. Il explique la manière dont elles se recrutent au sein des grandes familles aristocratiques. Il analyse le processus de leur organisation, depuis les mariages d’affaires jusqu’à l’exercice du pouvoir économique. Il développe leur conception de l’administration des entreprises, du libéralisme, du management de la pauvreté et des ressources humaines. Il nous invite enfin à découvrir l’univers protégé des élites qui se replient dans les espaces clos des établissements de loisir et qui se barricadent dans les quartiers chics de la métropole marocaine. »

Les élites du royaume

par Ali Benhaddou 

Les chorfas: «  L’arnaque  à la marocaine ! « 

J’étais surpris un jour d’apprendre qu »ils ont des cartes spéciales délivrées par le makhzen,cette carte leur permet d’acceder a des services innombrables avec des avantages particuliers dans tous les domaines ….heureusement que le prophéte Mohamed n’ait pas eu d’enfants male .

Voir aussi

 




Maroc:Retour aux années de plomb ?

20032008

Maroc . L’ombre de la période la plus noire de la monarchie alaouite plane au-dessus de Rabat.

La situation marocaine se dégrade dangereusement. Arrestations de militants politiques, associatifs et syndicaux, procès biaisés, intimidations, tortures… Alors, forcément, les souvenirs des années de plomb resurgissent. En 1999, l’arrivée de Mohamed VI au pouvoir, après la noire période Hassan II, avait ouvert l’espoir d’un « printemps marocain ». Mais les bourgeons se sont bien vite refermés. « Les espoirs se sont vite évanouis dès les premières attaques contre la presse critique », explique Amine Khamlichi, coordinateur du Comité international pour la libération des détenus du 1er mai au Maroc, même s’il se refuse à comparer les deux époques.

Ces derniers mois, dix militants de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) ont été incarcérés pour « rassemblement non autorisé », dont Mohamed Bougrine, « prisonnier des trois rois », soixante-treize ans, de santé précaire. Ou encore : Ahmed Nasser, un vieil homme de quatre-vingt-quatorze ans, handicapé mental et physique, condamné à trois ans de prison pour injures à un policier. Il décédera dans sa geôle « dans des conditions inhumaines », précise Amine Khamlichi.

À chaque fois, les juges retiennent une « atteinte aux valeurs sacrées du royaume » au terme de simulacres de procès.

Au regard des derniers événements, des organisations françaises, associations, syndicats (SUD-Solidaires, FSU) et partis politiques (PCF, Verts), réunis à Paris au siège de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France), tirent la sonnette d’alarme. Elles ont décidé de mettre en place « un collectif de vigilance ». Un texte unitaire est en préparation. « Un rassemblement devrait avoir lieu à la fin du mois devant l’ambassade du Maroc », a annoncé Amine Khamlichi, à la sortie de la réunion. Et toutes les parties prenantes d’insister sur la nécessité de « sensibiliser l’opinion publique sur ce qui se passe au Maroc ».

Laurent Tourneux

Sce: Ici







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...