• Accueil
  • > La face cachée
  • > Maroc:le doberman Chakib Benmoussa destitue le maire PJD de Meknès, Aboubakr Belkora, pour non corruption

Maroc:le doberman Chakib Benmoussa destitue le maire PJD de Meknès, Aboubakr Belkora, pour non corruption

4 02 2009

Maroc:le doberman Chakib Benmoussa destitue le maire PJD de Meknès, Aboubakr Belkora, pour non corruption dans La face cachée 1233738636_Copie%20de%201MAIRE%20MEKHNESS%20

  le makhzen ne veut pas de non-corrompus dans son administration… 

 


Actions

Informations



4 réponses à “Maroc:le doberman Chakib Benmoussa destitue le maire PJD de Meknès, Aboubakr Belkora, pour non corruption”

  1. 4 02 2009
    hamou (06:47:16) :

    pauvre maroc et son roi……..
    RABAT MONTE UNE OPÉRATION DE SÉRIE B POUR TENTER DE DISCRÉDITER LE POLISARIO
    Quand Mohamed VI s’improvise scénariste !
    L’histoire racontée par l’agence de presse officielle de Sa Majesté est tellement rocambolesque que l’on se demande si le Maroc n’aurait pas mieux fait de faire appel à Spielberg. À moins que le Makhzen ne se soit dit que plus la couleuvre est grosse, plus elle a de chance d’être avalée. Une histoire absolument hallucinante a été « racontée » par l’agence de presse marocaine officielle la MAP. Elle a trait à une sorte de western, dans lequel les gentils sont les troupes de Sa Majesté, traquant partout le crime, et ne pratiquant pas du tout la culture et le trafic de drogue, traquant au contraire ceux qui s’y adonnent. Et les méchants, bien sûr, sont de grands trafiquants de drogue tous membres du Polisario qui, après une course poursuite et des échanges de tirs (avec des armes de guerre s’il-vous-plait !) se réfugient bien entendu de l’autre côté de la frontière… en Algérie. Les méchants, qui se déplaçaient au volant de trois jeeps et d’une moto, transportaient des quantités énormes de drogue et de cigarettes de contrebande. Bon, l’histoire, ou le scénario, est très riche en détails croustillants. La presse de Sa Majesté s’est bien entendu empressée de s’en emparer. Les journaux, agissant sur instruction (pardon, sur information) ne se sont pas gênés pour qualifier le Polisario de « trafiquant de drogue », ne se gênant pas non plus de voir chez les Algériens une sorte de complicité tacite. Trêve de balivernes. Même un enfant de quatre ans ne croirait pas à un pareil conte de fée. Comment se fait-il que les soldats de Sa Majesté, plus précisément le « valeureux » 10ème bataillon de surveillance des frontières, n’aient pu se procurer aucune preuve relative à une si grosse affaire ? Aucun trafiquant n’a été neutralisé, ni fait prisonnier. Les véhicules, avec leurs marchandises, non plus, n’ont pu être récupérés. Ce qui choque, le plus, c’est que les scénaristes, ou en tous cas les acteurs, auraient pu laisser de côté une partie de leur propre drogue, celle qu’ils destinent au monde entier, pour la verser comme pièce à conviction, histoire de tenter d’accréditer une historiette aussi farfelue. Il est évident que ce montage vise deux objectifs principaux, sinon trois. Le premier consiste bien entendu à tenter de faire oublier le terrible scandale lié à une affaire de trafic de drogue à Nador. Cette affaire, qui continue de faire couler force encre et salive, a concerné pas moins de 94 personnes, dont de nombreux officiers des Forces royales marocaines, Gendarmerie et douanes. L’affaire, qui touche à un vaste réseau transnational de trafic de drogue a mi à nu ce fait établi : ce sont bel et bien les officiers des Forces royales marocaines qui protègent, contrôlent et gèrent la culture et la vente du cannabis au Royaume chérifien. La seconde raison liée à ce montage absolument alambiqué tient du fait qu’il fallait discréditer le Polisario. Ce dernier, en effet, n’en finit pas d’engranger des victoires diplomatiques sur les forces coloniales marocaines dont la position est devenue tout simplement intenable vis-àvis de l’opinion internationale. La troisième raison, en quelque sorte liée à la première, concerne le fait que des pressions onusiennes sont exercées sur le Maroc afin de revenir incessamment à la table des négociations. Il est regrettable, ce disant, que le Maroc en arrive à utiliser des méthodes aussi basses pour perpétuer sa politique du fait accompli, basée sur le colonialisme et le trafic de drogue exercé à très grande échelle…

    Répondre

  2. 4 02 2009
    av (13:45:39) :

    Apparement

    Le ministre de l’intérieur benmoussa qui décide comment dépenser les recettes de la commune comme à Marrakech ou des milliards vont dans le bien être des étrangers.

    bensmoussa appelle il faut faire un festival avec la liste des artistes étrangers et combien à les payer les invités.

    Et puis la corruption..

    Tout c’est l’affaire du PD.

    Répondre

  3. 27 06 2009
    agent DST (17:07:14) :

    mes fréres,mes seours les marocains

    je suis un agent de la sécurité du territoire,…………Ha ! Ha ! Ha ……

    Répondre

  4. 2 09 2010
    toufik (19:05:42) :

    j’ai tjrs réver de maroc comme un pays unique au monde , mais je me suis trampé c un pays ou en ecrase la dignité le courage seule ls lecheurs de botte et voleurs peuvent y vivre ; je détéste tout le monde qui vie ; a koi sert la vie si on doit vivre comme ds esclave et mourire comme des poules ; j’éspére q’un trembelemt de terre pourra raser cette putain de blade de la carte de monde , on mérrite pas d’ y vivre

    Répondre

Répondre à av Annuler la réponse.




ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...