Maroc: la révolte des étudiants violemment réprimée

31052008

Maroc: la révolte des étudiants violemment réprimée dans La face cachée b4u2e2uypddrzly4obp3         cl1gtj04xsj4wy9n8n dans La face cachée

l’étudiant El Wali Kadimi  » Hopital Ibn Tofayl à Marrakech »

Depuis plus d’un mois, l’université de Marrakech est le théâtre d’affrontements entre police et étudiants en colère. Barricades contre bombes lacrymogènes, jets de pierres contre boucliers, cocktails molotovs contre balles en caoutchouc. Depuis plus d’un mois, l’Université Cadi-Ayyad de Marrakech (UCAM) connaît des troubles particulièrement violents. A plusieurs reprises, des étudiants y ont affronté les forces de l’ordre et, des deux côtés, les blessés sont nombreux. Les lieux, eux, portent encore les stigmates des combats: vitres brisées, bureaux détériorés, équipements brûlés. Le président de l’UCAM, Mohammed Marzak, résume en trois mots la situation: « tout a été détruit« .

Tout commence le soir du 25 avril. Une vingtaine d’étudiants est victime d’une intoxication alimentaire au restaurant de la cité universitaire de Marrakech. C’est l’étincelle qui met le feu aux poudres pour des jeunes ulcérés par leur « situation sociale critique« . Histoire de montrer leur solidarité avec les intoxiqués, près de 3000 jeunes, sur les 28 000 que compte l’université, marchent vers l’hôpital Ibn Toufail.

(Voir la vidéo, filmée avant l’arrivée des forces de l’ordre)

Vite cernés par la police, ils décident alors de revenir à la cité U, suivis de près par les forces de l’ordre. Mohammed (les prénoms des témoins cités dans l’article ont été changés), étudiant d’économie de 20 ans, raconte:

    « Plusieurs manifestants se sont organisés pour se protéger et se défendre des policiers. Ils ont élevé des barricades, ramassé des cailloux et préparé des cocktails molotovs.« 

Vers 23 heures, les premières pierres sont jetées sur les policiers, qui répliquent. Très violents, les combats durent presque toute la nuit. Ce n’est qu’à 4 heures du matin que la police quittera la cité universitaire, une trentaine de manifestants dans ses filets. Des deux côtés, le bilan est lourd: de nombreux blessés, plus ou moins graves, et presque quarante fourgonnettes carbonisées. Le lendemain, plus de la moitié des jeunes interpellés sont relâchés. Les autres devront attendre leur passage devant le tribunal le 9 mai pour obtenir une liberté provisoire.

Siège à la cité universitaire

Il n’en fallait pas plus pour que les manifestants y voient une victoire. Bien décidés à fêter la chose, les voilà de nouveau réunis le 12 mai. A l’appel d’une poignée d’entre eux, issue des courants marxiste-léninistes comme la « Voie démocratique basiste » ou « Annahj Addimocrati« , les étudiants se mettent d’accord pour « poursuivre la lutte » afin de faire entendre leurs revendications.

Cela fait plusieurs mois qu’ils réclament la revalorisation des bourses, l’amélioration des conditions de logement, la gratuité des repas et du transport pour certaines catégories d’étudiants, mais aussi le respect de la liberté syndicale et surtout le renvoi du doyen de la faculté de Droit. Il faut savoir que, sur les douze facultés de l’UCAM, l’immense majorité des manifestants est issue de celles de Droit et de Lettres.

Selon Mohamed Zainabi, du Reporter, « le président de l’université Cadi Ayyad qualifie d’irréalistes les revendications des protestataires, parce qu’elles sont, d’après lui, irréalisables puisque dépassant largement les compétences de l’université. » Pas de réponse de la part du ministre marocain de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Ahmed Akhchichen, qui affirme ne pas avoir « reçu de revendications à proprement parler.[...] On n’a aucun document écrit à ce sujet.« 

Rendez-vous est donc pris pour le 14 mai. Selon les témoignages, entre 1000 et 2000 étudiants marchent vers le rectorat, pour contraindre les responsables de l’université à entamer le dialogue sur les revendications. Le scénario est quasi identique à celui du 25 avril: encerclés par les forces de l’ordre, les manifestants se replient vers la cité universitaire.

Sauf que, cette fois, les policiers sont en surnombre. Avec de vieux lits, des poubelles, les étudiants tentent de leur barrer l’entrée de la cité U. Ils leur jettent des pierres, certains des cocktails molotovs, d’autres encore mettent le feu aux barricades. La police riposte: bombes lacrymogènes et balles en caoutchouc pleuvent sur le bâtiment.

« Torture au commissariat »

Au bout de trois heures de combats acharnés, les forces de l’ordre parviennent enfin à pénétrer dans la cité U. Youssef, étudiant de 22 ans, témoigne de la violence des policiers:

    « Ils ont forcé les portes de nombreuses chambres et ont tout cassé à l’intérieur. Des recherches universitaires ont été perdues, des affaires personnelles et précieuses ont disparu.« 

Ce que confirme Amine, membre de l’Union nationale des étudiants marocains (UNEM), un des deux syndicats universitaires du Maroc:

    « De l’argent, des ordinateurs portables ont été volés, des bureaux détruits, des vitres brisées, des télés cassées.« 

Une partie des locaux de l’administration de la cité universitaire a aussi été incendiée. Les étudiants accusent les policiers, l’université rejettent la faute sur les manifestants. Un café, jouxtant les lieux, a lui aussi été saccagé. Dans les deux camps, les blessés sont nombreux. Un policier, assailli par cinq ou six étudiants cagoulés et armés de barres de fer, n’a eu la vie sauve que parce qu’il a tiré en l’air avec son arme à feu. Selon notre confrère du Reporter, « certains responsables [des forces de l'ordre] affirment que l’intervention policière visait essentiellement la protection des riverains de tout acte de sabotage. D’ailleurs, notent-ils, des actes de vandalisme ont été enregistrés aux alentours du lieu des manifestations.« 

Pour Omar Arbib, le rapport de force était vraiment déséquilibré. Ce membre de l’association marocaine des droits humains (AMDH) dresse un bilan sombre de cette journée de combats:

    « En tout, près de trois cents étudiants ont été blessés par la police, dont quarante grièvement. Certains doivent leur blessures aux affrontements avec les policiers, mais d’autres ont été torturés pendant leur séjour au commissariat. La rumeur parlait même d’un mort côté étudiant. Pendant les incidents, l’un d’entre eux est tombé -ou a été poussé- du troisième étage de la cité universitaire. En fait, il est vivant mais sa moelle épinière a été touchée. Il se trouve toujours à l’hôpital aujourd’hui.« 

Ce militant des droits humains s’inquiète aussi de l’état de santé de nombreux étudiants:

    « Beaucoup souffrent de fractures en tout genre, mais ils restent chez eux, refusent d’aller à l’hôpital, de peur d’être interpellés par la police.« 

« Une année mouvementée » à venir

En tout, près de trois cents jeunes ont été arrêtés le 14 mai, plusieurs autres le lendemain. La plupart d’entre eux a été relâchée. Aujourd’hui, dix-huit restent encore en prison. Un premier groupe de sept sera jugé le 2 juin, les onze autres attendent encore la date de leur jugement.

Ces derniers seront poursuivis « pour crimes graves« , accusés de « destruction de biens publics, d’outrage et de violence à l’encontre des forces de l’ordre« . En guise de preuves, le président de l’université, Mohammed Marzak, a montré aux journalistes marocains des photos d’armes blanches, de cocktails molotovs et même des bombonnes de gaz piégées. Chez les étudiants, personne n’a confirmé l’existence de ces dernières.

Un comité de soutien aux jeunes emprisonnés a été créé et leurs familles ont organisé un sitting devant le tribunal de première instance où ils doivent être jugés. Ils ont entamé une grève de la faim afin d’être considérés comme des détenus politiques. Des étudiants d’Agadir ont aussi manifesté leur soutien à leur camarades marrakchis.

Aujourd’hui, à la cité U, le calme règne tandis qu’à l’université, les cours ont repris. Prévus début juin, les examens ont été reportés à la mi-juillet et les rattrapages en septembre. Reste qu’aucune des revendications des étudiants n’a abouti. Amine, membre de l’UNEM, prédit donc une « année mouvementée » aux responsables universitaires à partir de septembre prochain:

    « Nos revendications sont à la fois politiques, syndicales, pédagogiques et matérielles. La situation sociale de nombreux étudiants est critique, nos droits sont bafoués. Tant que l’État ne réformera pas le système universitaire, les étudiants ne lâcheront rien.« 

Source : Rue89




Le Népal se proclame une république

30052008

Le Népal se proclame une république  dans La face cachée

Le drapeau national népalais brandi devant le palais royal de Katmandou, le 29 mai 2008

Des milliers de Népalais ont fêté dans la nuit de mercredi à jeudi l’abolition de la monarchie et l’avènement de la République fédérale démocratique, célébrant par des chants et des danses leur passage du statut de sujets à celui de citoyens.

Symbole de la fin de la seule monarchie hindouiste au monde, le drapeau royal de la dynastie des Shah qui règnait depuis 240 ans sur ce pays de 28 millions d’habitants a été retiré du palais de Katmandou jeudi.

le roi Gyanendra perdra tous ses  privilèges à l’exception de ses droits d’un citoyen. Le Palais  royal Narayanhity à Katmandou sera transformé en musée national ou utilisé à des fins nationaux.  




Tous fichés

30052008

http://www.dailymotion.com/video/x4sn31

Tous fichés par Arte

Video 2/5Tous fichés dans La face cachée tVideo 3/5t dans La face cachée - Video 4/5t - Video 5/5t

le fichage systématisé est presqu’abouti : les technologies sont désormais suffisamment avancées pour permettre aux élites de réaliser ce rêve ancestral sinon antédiluvien…

“Tous fichés” est une vidéo qui liste toutes les “avancées” dans ce domaine et explique en quoi cette dérive pourrait, en tout innocence, menacer la liberté de l’Humanité toute entière…

A chacun/e de se forger sa propre opinion.




Maroc: واش دخول الحمام بحال خروجو؟

30052008

Image de prévisualisation YouTube

Maroc: واش دخول الحمام بحال خروجو؟  dans La face cachée 1210698200_Lire_la_suiteIci

قصارة ساخنة مع شيخات المغرب في الحمام




Maroc:Marocains avec ou sans le makhzen

30052008

Maroc:Marocains avec ou sans le makhzen dans La face cachée 1212110993_makhzen3 

Finalement la vie serait assez simple … n’est ce pas ?




Hassan Id Balkkasm : Il y a un vrai problème amazigh au Maroc

28052008

Interview de Hassan Id Balkkasm, membre de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones

f31f426b62edd493f8e43449012cabea.jpgFin avril, le Parti démocrate amazigh marocain (PDAM) est dissout par ordre de la justice marocaine. Une décision très mal prise par nombre d’associations de défense des droits des Amazighs qui ne cessent de pointer du doigt l’Etat marocain pour ses manquements envers la communauté berbère du pays. Hassan Id Balkassm, membre permanent des Nations Unies sur les questions autochtones (UNPFII) et avocat marocain, a défendu le PDAM et parle d’un « vrai problème amazigh au Maroc » même si les progrès commencent à faire leur chemin.

La décision de justice fin avril de faire disparaître le Parti démocrate amazigh marocain (PDAM) a relancé la question du statut conféré aux Amazighs (ou Berbères) du Maroc. Hassan Id Balkassm, membre permanent des Nations Unies sur les questions autochtones (UNPFII) et de l’Institut Royal de la Culture Amazigh au Maroc (IRCAM), parle d’un « vrai problème amazigh au Maroc » tout en soulignant les efforts entrepris par son pays depuis 2001. Afrik.com a souhaité avoir son avis d’expert sur la question.

Afrik.com : A combien s’élève le nombre d’Amazighs au Maroc ?

Hassan Id Balkassm : Il n’y a pas vraiment de statistiques qui prennent en compte la composante berbère au Maroc. Mais tout le monde est d’accord pour dire la majorité des Marocains sont Amazighs. Cependant, beaucoup ne parlent plus la langue. Selon un recensement de 2004, seul 28% des Amazighs sont berbèrophones. Les recensements n’intéressent pas le gouvernement.

Pourquoi ?

Chaque Etat-nation indépendant qui se crée veut se doter d’une identité et donc d’une langue, d’une culture, d’une religion et c’est tout. Au Maroc, la religion officielle est l’islam et la langue de l’administration est l’arabe classique. Hors celle-ci n’est parlée que par les élites. Le Maroc, comme beaucoup d’Etats, a copié le modèle jacobin en France qui veut que le français soit la langue officielle. Au détriment des langues régionales comme le corse ou l’occitan.

Le PDAM a été frappé d’interdiction fin avril. Quelle a été votre réaction suite à cette décision de justice ?

Une nouvelle loi-cadre régissant les partis politiques interdit leur constitution « sur une base linguistique, religieuse, culturelle, ethnique ». Une loi qui semble avoir été créée expressément contre le PDAM alors que celui-ci n’adoptait aucune position raciste : il était ouvert à tous les Marocains. J’ai été l’un des avocats de la défense du PDAM car je considère que le droit de participer à la vie politique ne peut être séparé du droit à participer à la vie culturelle. Les militants amazighs veulent intégrer la vie politique. Ils ne participent pas assez à l’exercice du pouvoir. Si rien ne change, ils vont rester comme ils sont aujourd’hui.

De quoi aurait peur le pouvoir marocain ?

Le gouvernement actuel considère qu’une organisation politique des Amazighs peut devenir une grande force et influencer les autres partis. Hormis l’interdiction du PDAM, la loi-cadre n’a strictement rien changé sur le statut des partis car la majorité de ceux qui existent ont des bases linguistiques, culturelles et religieuses dans leurs statuts. Le ministère de l’Intérieur présente des requêtes : qu’il le fasse. Mais qu’il aille jusqu’au bout…

Peut-on parler d’un problème amazigh au Maroc ?

Bien sûr. La discrimination est toujours là. Actuellement, plusieurs procès sont en cours contre une quarantaine de militants amazighs arrêtés en janvier dernier. La plupart d’entre eux ont été relâchés mais certains ont eu des peines de prison qui vont de un à six ans. Et la Constitution ne reconnaît toujours pas la langue et la culture amazigh. Certes, des programmes d’intégration de la langue existent au niveau de l’enseignement primaire mais elles ne marchent pas bien. Il n’y a pas assez de moyens pour former les enseignants. Certains le sont par l’IRCAM pendant une quinzaine de jours. Pas assez ! Il y a une volonté d’introduire la langue dans les discours officiels du roi, mais il n’y a pas assez d’intégration.

De nombreuses associations critiquent l’IRCAM, crée par décision du roi, pour son manque d’indépendance. Etant membre de l’IRCAM, considérez-vous l’institut comme obsolète ?

Non, c’est un acquis pour le monde amazigh car elle s’engage dans la standardisation, la formalisation et la promotion de la langue. Des programmes de formation commencent à se mettre en place doucement mais sûrement. Mais l’institution seule n’est pas suffisante pour faire le travail de l’ensemble et notamment du ministère de l’Education nationale. L’IRCAM a par exemple préparé les manuels scolaires mais le ministère n’a pas suivi.

Est-ce une question de moyens ou de volonté politique ?

Les deux. La raison officielle est qu’il n’y a pas de moyens financiers non seulement pour l’amazigh mais aussi pour l’ensemble de l’Education nationale. Je n’exclus pas qu’il y ait une raison officieuse. L’IRCAM travaille sur la base de la loi et du discours du roi. Mais le problème concerne la politique d’assimilation en vigueur dans les institutions qui ne veulent pas promouvoir la langue et la culture amazigh. C’est le cas notamment du ministère de l’Intérieur et de manière général du gouvernement actuellement dominé par l’Istiqlal.

La situation des Amazighs va-t-elle en se dégradant ?

Ceux qui disent que rien n’a changé sur le long terme ont tout faux. Si on compare la situation d’aujourd’hui et celle qui prévalait avant 2001 (date de création de l’IRCAM, ndlr), il y a eu de grands progrès faits au Maroc. Il est le premier pays à changer la situation de la langue amazigh et son statut a vraiment progressé. Les Amazighs sont aujourd’hui plus fiers qu’hier d’afficher leur identité. Cependant, il reste encore beaucoup à faire comme leur reconnaître des droits politiques.

En se dotant d’un Haut-Commissariat à l’Amazighité (HCA) et en reconnaissant l’amazigh comme langue nationale dans la Constitution, l’Algérie est t-elle mieux placée que le Maroc ? Et quelle situation dressez-vous des Berbères en Afrique du Nord ?

L’Algérie est sur la bonne voie… Mais si on compare l’IRCAM au HCA, l’IRCAM a plus de moyens et de chercheurs. La confusion règne encore en Algérie au sein du HCA. Par exemple, la graphie de l’amazigh est le tifinagh que l’IRCAM a choisi. En revanche, trois graphies sont en vigueur (caractère latin, arabe et tifinagh) en Algérie et les autorités n’ont toujours pas pris de décision à ce sujet. Concernant la Tunisie et l’Egypte, ils ne s’intéressent pas à eux et la Libye a simplement déclaré que ceux qui s’identifient à l’identité amazigh sont des agents d’Israël.

Peut-on parler d’une unité berbère en Afrique ?

Cela relève de l’utopie de certains militants amazighs comme ceux de Tamazgha qui rêvent comme les militants pour un Maghreb arabe. Il n’y a ni coordination entre Amazighs ni stratégie politique. En revanche, l’autonomie et le fédéralisme sont la clé de l’avenir en Afrique du Nord mais ne sont pas faciles à réaliser. Mais le fédéralisme va de pair avec la démocratie.

Comment la question des Amazighs est portée sur la scène internationale ?

Les Nations Unies ont récemment adopté la déclaration des Nations Unies sur le droit des peuples autochtones. Elle est très importante car elle traite la question de l’autonomie et le droit à l’autodétermination pour les peuples du monde entier. Des recommandations ont même été préparées. Etant non contraignantes, à charge aux Etats de les appliquer ou non.

Sce:Ici

Pour plus d’informations :

- Le site de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones

- Le site de l’Institut Royal de la Culture Amazigh au Maroc (IRCAM)




Maroc:Quatre morts dans un accident de la route

28052008

Quatre personnes ont été tuées dans  un accident de la route survenu mardi près d’El Hajeb, sur la  route menant à Khénifra, au centre du Maroc.      Selon des sources de la gendarmerie et de la protection civile, l’accident s’est produit lorsqu’un camion est entré en collision  frontale avec une voiture légère qui venait en sens inverse. 

     Les victimes, tous passagers du véhicule léger, ont été  évacués vers la morgue de l’hôpital Mohammed V de Meknès. 

     Cet accident serait dû au non-respect du code de la route et à l’inadvertance.

 

Quatre morts et deux blessés dans un accident de la route survenu lundi  dans la province de Settat.

Maroc:Quatre morts dans un accident de la route  dans La face cachée 1210698200_Lire_la_suite les accidents de la route et la corruption




Maroc:Mission sur Mars

27052008

Maroc:Mission sur Mars dans La face cachée 1211044560_mars

Trouver la vie sur Mars sans le makhzen, la sonde Phoenix commence son ambitieuse mission.




Maroc:Les gardiens du temple « Makhzenien »

27052008

Maroc:Les gardiens du temple « Makhzenien »  dans La face cachée 1xfq1gqjy8wafel0feq

 

Le premier souci de celui qui se prétend gardien du temple est d’avoir toujours la mort présente à l’esprit, chaque jour et chaque nuit, du matin du premier jour de l’année jusqu’à la nuit du Nouvel An.




Maroc:Jus de fruits 100% Makhzen… à base de fruits concentrés …

27052008

Maroc:Jus de fruits 100% Makhzen... à base de fruits concentrés ... dans La face cachée 16501682

Aimant les jus de fruits frais , je tente en vain, via le mixer, d’en faire . Cependant, ce n’est pas du jus, mais du Makhzen. Pourriez vous me dire comment faire afin que ce soit vraiment du jus . Merci







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...