• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 avril 2008

Maroc:Une justice corrompue, la Loi…de la jungle.

9042008

Maroc:Une justice corrompue, la Loi...de la jungle. dans La face cachée justice

 

Le Maroc est malade de sa justice, un secret de Polichinelle. Les Marocains, les premiers concernés vivent cette réalité au quotidien. Les experts de la Banque mondiale, du FMI ou de l’Union européenne constatent eux également l’étendue de la pandémie.

Les évasions successives de certains barons de drogue, à Salé et Kénitra, n’ont jamais été examinées avec la transparence et l’honnêteté requises dans ce genre de faits graves. Les autorités compétentes sévissent à l’aveuglette en présentant à la vindicte des gardiens de prison comme les seuls et uniques responsables des évasions.

Le cas de Mohamed Ouazzani, alias Nini, n’a pas dérogé d’un iota à cette sacro-sainte loi. Des boucs émissaires envoyés sans ménage en prison. Le seuil toléré par les enquêtes officielles a été atteint. L’affaire est vite oubliée.

Par ailleurs, les conditions de travail dans les pénitenciers sont déplorables, toutes les prisons ne sont au même niveau que celle de Salé. Chaque ministre qui atterrit au département de la Justice présente en grande pompe son plan d’action pour la modernisation de l’espace carcéral au Maroc. Et puis rien. Les ministres se succèdent et les conditions pourrissent. Le reliquat s’aggrave.

Le propre Abdelouahed Radi n’a pas échappé à la règle. Le 26 décembre dernier, à la Chambre des Conseillers, il affirmait élaborer un plan de réformes pénitentiaires visant à solutionner les maux dont souffrent les prisons. Un ambitieux plan qui a vite disparu de la scène, laissant la place aux habituels laisser-aller. 

En parfait connaisseur des incuries, il détaillait devant les Conseillers certains chiffres qui résument le déficit des ressources humains à l’Administration Pénitentiaire qui emploie 5000 fonctionnaires y compris les gardiens. Le Maroc, et selon toujours les propos de M. Radi, compte un gardien pour 11 prisonniers, contre 3 détenus dans d’autres pays. La différence est criante.

A ce manque de personnel s’ajoute la maladie de la corruption. La gangrène a atteint tous les membres du corps. Les placebos ne suffisent plus.

M.J

Au Royaume Enchanté , la justice est corrompue à l’image du reste des institutions…celui qui paye plus ou qui a des relations, benificie tout simplement de l’impunité totale!!! ou d’une évasion par un tunnel après la prière de l’aube!!!




Maroc:Chakib Benmoussa contre Le parti démocrate amazigh :le procès reporté au 17 avril

9042008

Maroc:Chakib Benmoussa contre Le parti démocrate amazigh :le procès reporté au 17 avril  dans La face cachée Drapeau-6

La septième séance de la requête de l’Intérieur contre le parti démocratique amazigh a pris fin hier. Le tribunal administratif de Rabat a décidé le report de son verdict au 17 avril. C’est la dernière ligne droite. L’affaire est en délibération. La sentence ne serait tardée au-delà de la prochaine audience, notamment après le retrait de l’IRCAM de ce dossier.

La direction du PDAM joue ses dernières cartes afin d’éviter le spectre de la dissolution. Outre le soutien manifeste des associations amazighes à l’intérieur comme à l’extérieur du Maroc, le parti amazigh a entrepris une campagne de sensibilisation sur ce dossier à l’adresse des chancelleries étrangères accréditées au Maroc.

Cette semaine c’était au tour de l’ambassade américaine à Rabat, les jours à venir verront d’autres contacts avec les représentations des pays européens.

M.J

La dissolution du parti démocratique amazigh sera-t-elle annoncée le jeudi 17 avril ?

Une affaire à suivre. 

***voir aussi***




Maroc:Coups de matraques pour des diplômés chômeurs

9042008

 

Maroc:Coups de matraques pour des diplômés chômeurs dans La face cachée diplomesmaroc

Des dizaines de diplômés sans emploi ont investi, hier matin, les locaux du ministère de l’Emploi. Les forces de sécurité ont encerclé les lieux avant de procéder à l’habituelle dispersion des jeunes.

Depuis l’avènement de Abbas El Fassi à la primature, les coordinations des diplômés en chômage ont initié cette forme de protestation pour amener le gouvernement à la table du dialogue.

Le premier dans cette série a été le siège central du parti de l’Istiqlal à Rabat. L’expérience a été ensuite étendue à d’autres ministères. Depuis, quelques semaines, la tension a monté d’un cran entre les forces de sécurité et les demandeurs d’emploi. Le gouvernement a manifestement choisi la manière forte pour se débarraser de cet écueil, y parviendra-t-il?
M.J







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...