Maroc: القاضي العلوي يغرم «المساء» 600 مليون سنتيم!

26032008

Maroc:  القاضي العلوي يغرم «المساء» 600 مليون سنتيم! dans La face cachée almassae

في سابقة هي الأولى من نوعها في تاريخ المحاكمات الصحفية، قضت المحكمة الابتدائية في الرباط بإدانة جريدة «المساء» وتغريم مديرها رشيد نيني 600 مليون سنتيم بتهمة القذف في حق أربعة وكلاء للملك في القصر الكبير كانوا قد رفعوا دعوى ضد الجريدة قبل شهر. وقضت المحكمة كذلك بتغريم «المساء» 120 ألف درهم لفائدة الخزينة العامة، ورغم أن الخبر المنشور في «المساء» في نوفمبر من السنة الماضية لم يذكر أحدا من وكلاء الملك بالاسم فإن السيد محمد العلوي، القاضي المتخصص في إدانة الصحافة، ارتأى تعويض القضاة الأربعة.. واعتبر عبد الحميد أمين، عن الجمعية المغربية لحقوق الإنسان، أن «هذا الحكم خطير، هدفه في نظري ليس تحقيق العدالة، وإنما خنق جريدة «المساء»، وردع الصحافة المستقلة لتختار، هذه الأخيرة، بين الخنوع والمخزنة أو الاندثار. هذا الحكم، وبعد اعتقال الصحفي حرمة الله، مؤشر آخر على الهجوم على الحريات العامة في بلادنا والتراجعات التي يعرفها المغرب في مجال حقوق الإنسان، وهذا يذكرنا يضيف أمين، بالحكم الصادر ضد أسبوعية «لوجورنال» في شخص السيد بوبكر الجامعي، والذي أدى إلى مغادرته أرض الوطن. على أي حال يبقى الأمل هو مراجعة هذا الحكم في مرحلة الاستئناف، ومهما يكن من أمر فالديمقراطيون في بلادنا مطالبون، أكثر من أي وقت مضى، بالعمل المشترك والحازم من أجل الدفاع عن الحريات وحقوق الإنسان». من جهته علق عبد الله البقالي، نائب رئيس الفدرالية الوطنية للصحافة المغربية قائلا: «لا يمكن أن نقبل بمثل هذه الأحكام، التي تركز على المبالغ المالية الضخمة بهدف تعجيز المؤسسات الإعلامية، ودفعها إلى الإفلاس، يجب أن ننظر إلى النزاعات المتعلقة بجرائم النشر في إطارها القانوني الصرف، مع التأكيد على أهمية ضمان استقلالية القضاء في التعاطي مع هذه النزاعات». النقيب عبد الرحمان بنعمرو قال من جهته: «بغض النظر عما إذا كانت الأفعال أو التصريحات أو التعليقات المنسوبة إلى «المساء» تشكل قذفا أو سبا علنيا فإنه من الملاحظ أنه عندما يكون ضحية القذف كاتبا أو عالما أو فنانا أو شخصا آخر فإن مبالغ التعويضات والغرامات المالية لا تتجاوز 5000 درهم وفي أقصى تقدير 30000 درهم، لكن عندما يتعلق الأمر بذوي النفوذ والسلطة فإن الغرامات تصبح بالملايين»، وأضاف بنعمرو أن: «هذه المبالغ الهدف منها تكميم فم المعارضة، والمس بحرية الصحافة، والتسبب في إفلاس المقاولات الصحفية، وهذه ليست الغاية المثلى من القانون والعدالة، إذ إن هدفها ليس هو الانتقام، وإنما هو الإصلاح، وعلى القضاء أن يكون عادلا». من جهته تساءل المحامي خالد السفياني: «من يريد إغلاق جريدة «المساء»؟ بكل تأكيد فإن مثل هذا الحكم يدخل ضمن سلسلة الإجراءات التي تستهدف حرية التعبير والرأي الحر، والتي لا يمكن بتاتا أن تدخل في نطاق التطلع إلى المغرب الذي نتوخاه: مغرب الحرية والديمقراطية، ومغرب تمكين السلطة الرابعة من دورها الحقيقي في المتابعة والمراقبة، وكشف الخبايا أيا كانت الظروف والملابسات». وأعرب السفياني عن أمله في أن يقع تصحيح هذا الخطأ الجسيم في المرحلة الاستئنافية. محمد حفيظ مدير جريدة الحياة والكاتب العام للفدرالية المغربية لإعلام قال: «تابعنا في السنوات الأخيرة مجموعة من الأحكام ذات الطابع الغرائبي ضد مجموعة من الصحفيين، والحكم الذي صدر يوم أمس ضد يومية «المساء» لا يخرج عن هذا الطابع، بالنظر إلى حجم المبالغ المالية المحكوم بها لفائدة المدعين. حيث يتبين أن الهدف ليس هو إصدار حكم قضائي عادل، وإنما تهديد المقاولة الصحفية. وفي رأيي، حتى إذا كان الأمر يفترض الإدانة، فلا يمكن أن يكون منطوق الحكم أكثر من درهم رمزي». وأعربت الفدرالية الجنوبية للإعلام عن رفضها لمثل هذه الأحكام التي تستهدف إلحاق خسائر مالية بالمقاولات الصحافية، وليس جبر ما يمكن أن يعتبر ضررا، معتبرة أن الإصرار على ذلك لن يوفر الأجواء التي من شأنها أن تساعد على معالجة مختلف القضايا التي تواجه الإعلام ببلادنا. ووصف المحامي مصطفى الرميد الحكم الصادر ضد جريدة «المساء» بـ«الحكم الجائر والظالم». وقال إن الحكم أدان مدير «المساء» من أجل ارتكاب القذف ضد أربعة نواب وكلاء الملك، في حين أن المقال موضوع الدعوى أشار إلى نائب واحد ولم تتم الإشارة إلى اربعة نواب. وأضاف الرميد أن الحكم قضى بمبالغ مالية خيالية، مما يدعو إلى الاعتقاد أن الغرض من الحكم ليس هو التعويض عن الضرر وإنما الغرض هو التدمير، أي تدمير منبر إعلامي يراد إسكاته حتى لا يستمر في فضح الفساد.

ICI 

 السرقة بالقانون




Le vrai visage du Maroc

26032008

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Vivre avec un 0,50 d’ euro par jour au Maroc ?




Maroc:Maroc: Un journal condamné à verser 545.000 euros pour diffamation

25032008

 Maroc:Maroc: Un journal condamné à verser 545.000 euros pour diffamation dans La face cachée masae

 

la liberté de la presse au quotidien au Royaume Enchanté

 

Le directeur du journal arabophone Al Massae, Rachid Ninni, a été condamné mardi à verser six millions de dirhams (545.000 euros) de « dommages et intérêts » à quatre procureurs qui avaient porté plainte pour diffamation, a-t-on appris de source judiciaire à Rabat. 

Rachid Ninni a été également condamné à une « pénalité » de 120.000 dirhams qu’il doit verser à la Trésorerie générale.

 Le tribunal de première instance de Rabat a ordonné la publication du jugement dans trois journaux dont Al Massae.

Les quatre plaignants, substituts du procureur de Ksar El Kébir (nord) avaient déposé plainte en février dernier auprès du tribunal de Rabat contre M. Ninni dont le journal avait cité l’un d’eux comme pervers sexuels à Ksar El Kébir, selon la même source.

Cette affaire remonte à la publication par Al Massae d’articles sur une fête privée organisée les 18 et 19 novembre à Ksar El Kébir présentée par quelques journaux comme un « mariage gay ».

Le directeur de la publication, qui n’a pas assisté à l’audience, dispose d’un délai légal de dix jours pour interjeter appel.

Contacté par l’AFP, le président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), Younès Moujahid, a qualifié le verdict de « +peine capitale+ pour ce journal ». « Si on continue sur cette lancée, il faudra fermer tous les journaux car le montant de six millions de dirhams est irréel », a ajouté M. Moujahid, indiquant que « le journal avait déjà présenté ses excuses aux plaignants ».

« Chaque personne qui se sent lésée a le droit de porter plainte, mais nous appelons les juges marocains à rendre des jugements sérieux et équitables », a souligné le chef du SNPM.

Ici

 

Qui veut faire taire la presse ?




Maroc:Baise main…..ah ! ah ! ah ! tous à la queue leu leu…!

25032008

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le makhzen est une véritable pyramide de servitudes et de dépendances où chacun se croyant le maître de l’autre est en fait l’esclave d’un autre.




Maroc:Des jeunes djihadistes recrutés par des Officiers du Renseignement Marocain

25032008

 

Maroc:Des jeunes djihadistes recrutés par des Officiers du Renseignement Marocain dans La face cachée police

 

Le quotidien « Al Quds Al Arabi » souligne que dans le cadre de la lutte préventive contre les islamistes radicaux et jihadistes au Maroc, les services de renseignements marocains ont adopté de nouvelles méthodes consistant à infiltrer les jeunes, à les recruter pour le jihad, avant de les arrêter.

Le quotidien explique en effet que « des officiers et des agents des renseignements se déguisent en extrémistes radicaux pour approcher, par internet, des jeunes qui rêvent de rejoindre le jihad, avant de les rencontrer et de les arrêter. Récemment, ce sont au moins quatre jeunes qui désiraient rejoindre l’Irak pour combattre les Américains qui en ont fait les frais. Ils sont actuellement emprisonnés ».

Cependant, le quotidien publie le témoignage de l’un des quatre jeunes, prénommé Amin, selon lequel « l’officier déguisé s’est présenté comme étant un coordinateur d’un réseau international de recrutement. Il avait un discours très religieux » qui a réussi à transformer Amin d’un « jeune homme normal en un homme pieux ». Au bout de conversations continues durant trois mois, l’officier a envoyé à son correspondant, toujours par internet, des photos et des vidéos des « crimes américains commis en Irak et en Afghanistan, de façon à le sensibiliser». Après ce recrutement virtuel, l’officier a donné rendez-vous aux quatre recrues dans un café de la ville d’Oujda, proche de l’Algérie, dans la perspective de rejoindre Qaïdat Al Jihad Fil Maghreb Al Islami où ils devaient suivre des entraînements, avant de rejoindre le terrain irakien. C’est là où d’autres policiers en civils les attendaient pour les arrêter. Depuis, ils affirment avoir été torturé dans la prison de Casablanca. Ils attendent leur procès à la prison de Salé.

La presse marocaine affirme qu’une vingtaine d’officiers marocains ont été entraînés à ce type d’infiltration par des instructeurs du FBI pendant plusieurs semaines. Ils se sont spécialisés dans l’approche par internet sur les forums, les tchatches et autres systèmes de messagerie.




Maroc: المغرب الحقيقي

25032008

 

 

المغرب بلد الظلم و الاستغلال


ليس العيب أن تولد في المغر ب انما العيب أن تعيش فيه




Maroc : l’appel au secours ?

24032008

Maroc : l'appel au secours ? dans La face cachée

 

le Makhzen reste la pièce maîtresse de la réalité du pouvoir au Maroc : l’Armée, la Police et les autres institutions, des plus transparentes – s’il en est – aux plus mafieuses, ne comptent pas céder sur l’essentiel de leur puissance. Toutes ne connaissent que le poker des temps anciens : un bluff démocratique à l’intention de l’occident et une répression sans pitié.. Ce sont des gens qui se sont enrichis par la fraude, la corruption et les passe-droits, toutes choses autorisées au plus hauts sommets de l’Etat.

Mustapha KHARMOUDI

Moustapha Kharmoudi




Maroc: le Syndicat de la presse réclame la libération d’un journaliste

23032008

Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a réclamé vendredi à Rabat la libération d’un journaliste marocain condamné à sept mois de prison pour avoir publié des « textes confidentiels » sur la lutte antiterroriste au Maroc. 

« Nous réclamons la libération immédiate de Mustapha Hormat Allah, journaliste de l’hebdomdaire Al Watan » a déclaré Younès Moujahid, secrétaire général du SNPM à l’ouverture à Rabat des travaux du 6ème congrès du syndica

M. Hormat Allah est incarcéré à la prison d’Oukacha de Casablanca où il purge sa peine après le rejet en février de son pourvoi en cassation par la cour suprême.

« Nous avons demandé sa libération au Premier ministre qui nous a promis d’examiner son cas » a indiqué Younès Moujahid.

Concernant un projet de nouveau code de la presse, le secrétaire général du SNPM a émis l’espoir de voir des « dispositions du projet modifiées ».

« Le syndicat réclame notamment l’annulation des peines de prison prévues à l’encontre des journalistes », a-t-il affirmé.

Récemment, l’organisation de défense des journalistes, Reporters sans frontières (RSF) a également dénoncé ce projet appelant le gouvernement à y introduire des changements pour assurer la « protection des journalistes » au Maroc.

« Ce projet de code prévoit encore des peines d’emprisonnement », a regretté RSF.

Selon la presse marocaine le projet de code maintient des peines de prison en cas de « diffamation de l’islam, de l’unité territoriale et de la monarchie ».

Le 6ème congrès du syndicat de la presse marocaine s’achève samedi soir avec l’élection d’un nouveau bureau.

Ici

 




Maroc:L’argent perdu

22032008

Le sahara occidental a coûté au Maroc 95 milliards de dollars depuis 1975.

Ces dépenses ont eu pour objectif d’entretenir et d’équiper une armée de 360 000 hommes, dont 130 000 à 160 000 sont toujours déployés dans cette ancienne colonie espagnole, a révélé mardi dernier le quotidien espagnol El Pais.

HassaneII à Jean Daniel: « Après la marche verte j’ai dit à mon fils « écoutez si vous savez vous y prendre je vous ai donné un siècle de tranquillité « 




Maroc: Condamnation Abdelaziz Izzou ancien chef de la sécurité des palais royaux

20032008

Maroc: Condamnation Abdelaziz Izzou ancien chef de la sécurité des palais royaux  dans La face cachée i67162Maroc 

Abdelaziz Izzou :Un flic pourri

L’ancien chef de la sécurité des palais royaux du Maroc, Abdelaziz Izzou, a été condamné mercredi à Casablanca à deux ans de prison ferme, dont 18 mois avec sursis, et à verser une amende de 1200 euros pour avoir été reconnu coupable de corruption dans le cadre d’un trafic international de stupéfiants qui remonte à 2006.

En 2002, il aurait reçu d’un baron marocain de la drogue, Mohamed El Kharraz, quelque 63.000 euros pour la rénovation des locaux de la préfecture de police de Tanger, dans le nord du royaume, en échange de sa protection.

Le tribunal de Casablanca a également condamné M. El Khatrraz, 44 ans, à huit ans de prison ferme et à verser une amende de 45.000 euros, autorisant la confiscation de ses biens estimés à 480.000 euros.

Des 17 prévenus qui ont comparus mercredi devant le tribunal de Casablanca pour la même affaire, figurent 11 officiers de police, de gendarmerie et des agents du ministère de l’Intérieur.

Ils étaient tous poursuivis pour « trafic international de stupéfiants, corruption, abus de pouvoir, non dénonciation d’un criminel recherché par la justice et incitation à l’émigration clandestine ».

Le tribunal a acquitté huit d’entre eux, condamnant les autres à des peines allant de deux mois à huit ans de prison ferme.







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...