• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 20 mars 2008

Maroc: Condamnation Abdelaziz Izzou ancien chef de la sécurité des palais royaux

20032008

Maroc: Condamnation Abdelaziz Izzou ancien chef de la sécurité des palais royaux  dans La face cachée i67162Maroc 

Abdelaziz Izzou :Un flic pourri

L’ancien chef de la sécurité des palais royaux du Maroc, Abdelaziz Izzou, a été condamné mercredi à Casablanca à deux ans de prison ferme, dont 18 mois avec sursis, et à verser une amende de 1200 euros pour avoir été reconnu coupable de corruption dans le cadre d’un trafic international de stupéfiants qui remonte à 2006.

En 2002, il aurait reçu d’un baron marocain de la drogue, Mohamed El Kharraz, quelque 63.000 euros pour la rénovation des locaux de la préfecture de police de Tanger, dans le nord du royaume, en échange de sa protection.

Le tribunal de Casablanca a également condamné M. El Khatrraz, 44 ans, à huit ans de prison ferme et à verser une amende de 45.000 euros, autorisant la confiscation de ses biens estimés à 480.000 euros.

Des 17 prévenus qui ont comparus mercredi devant le tribunal de Casablanca pour la même affaire, figurent 11 officiers de police, de gendarmerie et des agents du ministère de l’Intérieur.

Ils étaient tous poursuivis pour « trafic international de stupéfiants, corruption, abus de pouvoir, non dénonciation d’un criminel recherché par la justice et incitation à l’émigration clandestine ».

Le tribunal a acquitté huit d’entre eux, condamnant les autres à des peines allant de deux mois à huit ans de prison ferme.




Maroc:Retour aux années de plomb ?

20032008

Maroc . L’ombre de la période la plus noire de la monarchie alaouite plane au-dessus de Rabat.

La situation marocaine se dégrade dangereusement. Arrestations de militants politiques, associatifs et syndicaux, procès biaisés, intimidations, tortures… Alors, forcément, les souvenirs des années de plomb resurgissent. En 1999, l’arrivée de Mohamed VI au pouvoir, après la noire période Hassan II, avait ouvert l’espoir d’un « printemps marocain ». Mais les bourgeons se sont bien vite refermés. « Les espoirs se sont vite évanouis dès les premières attaques contre la presse critique », explique Amine Khamlichi, coordinateur du Comité international pour la libération des détenus du 1er mai au Maroc, même s’il se refuse à comparer les deux époques.

Ces derniers mois, dix militants de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) ont été incarcérés pour « rassemblement non autorisé », dont Mohamed Bougrine, « prisonnier des trois rois », soixante-treize ans, de santé précaire. Ou encore : Ahmed Nasser, un vieil homme de quatre-vingt-quatorze ans, handicapé mental et physique, condamné à trois ans de prison pour injures à un policier. Il décédera dans sa geôle « dans des conditions inhumaines », précise Amine Khamlichi.

À chaque fois, les juges retiennent une « atteinte aux valeurs sacrées du royaume » au terme de simulacres de procès.

Au regard des derniers événements, des organisations françaises, associations, syndicats (SUD-Solidaires, FSU) et partis politiques (PCF, Verts), réunis à Paris au siège de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France), tirent la sonnette d’alarme. Elles ont décidé de mettre en place « un collectif de vigilance ». Un texte unitaire est en préparation. « Un rassemblement devrait avoir lieu à la fin du mois devant l’ambassade du Maroc », a annoncé Amine Khamlichi, à la sortie de la réunion. Et toutes les parties prenantes d’insister sur la nécessité de « sensibiliser l’opinion publique sur ce qui se passe au Maroc ».

Laurent Tourneux

Sce: Ici




Rassemblement à Paris le samedi 29 MARS 2008 en soutien aux prisonniers politiques berbères du Maroc

20032008

Quatre associations amazighes parisiennes appellent à un rassemblement au Trocadéro, le samedi 29 mars 2008 à 15h00, pour dénoncer la répression exercée par la monarchie marocaine et ses institutions sur des militants amazighs emprisonnés.

L’Etat marocain s’acharne sur les Berbères – Rassemblement à Paris le samedi 29 MARS 2008

La marginalisation systématique de la culture et de la langue amazighes n’est qu’une conséquence logique d’un certain nombre de facteurs d’ordre législatif, politique, socioculturel et économique imposés par l’Etat marocain. Ainsi, de nombreux villages et villes de Tamazgha occidentale (Maroc) ont connu une série de manifestations populaires pour dénoncer l’exclusion et la marginalisation dont ils sont victimes. En réponse et comme dans ses habitudes, les autorités marocaines ont procédé à des rafles et à des arrestations arbitraires notamment à Boumaln Dadès. Le 21 février 2008, le tribunal de Ouarzazate a prononcé des peines de prison allant de un an à six ans de prison ferme, à l’encontre de dix détenus dont un mineur. Encore récemment, la police marocaine a procédé à l’arrestation arbitraire du jeune Ahid Daoud, militant du Mouvement culturel amazigh à Imteghren.

Depuis mai 2007, la police marocaine a procédé à l’arrestation de militants amazighs au sein des universités d’Agadir, Meknès et Imteghren. A Meknès et à Imteghren où plusieurs étudiants arrêtés et ont subi tortures et humiliations, nombre d’entre eux ont été condamnés à des peines de prison allant de sept mois à trois ans de prison. A ce jour, 16 étudiants militants du MCA croupissent dans les prisons marocaines. Il s’agit là d’une expression du projet des autorités marocaines qui vise à l’éradication du Mouvement amazigh indépendant.

Nous, associations signataires de cet appel, dénonçons la politique anti-amazighe de l’Etat marocain. Aussi, nous dénonçons le silence complice des partis politiques marocains et des pseudo organisations des droits de l’Homme qui semblent être acquises à l’idéologie arabo-musulmane hostile à l’amazighité.

Par ailleurs, nous nous interrogeons sur l’indifférence des organisations internationales des droits de l’Homme devant une situation flagrante de violation de droits fondamentaux des groupes et des individus. Nous les appelons à réagir, à sortir de leur indifférence et à prendre acte des violations des droits de l’Homme perpétrées par les autorités marocaines.

Enfin, nous appelons à la mobilisation des Imazighen aux côtés des détenus.

Pour exprimer notre solidarité avec le Mouvement amazigh et dénoncer la répression exercée par les autorités marocaines, nous appelons à un rassemblement au Parvis des droits de l’Homme au Trocadéro à Paris le samedi 29 mars 2008 à 15h00.







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...