• Accueil
  • > Archives pour février 2008

Maroc : Condamné pour délit d’opinion, il meurt en prison à l’âge de 95 ans

24022008

Le doyen des prisonniers marocains est décédé, seul, dans le froid de sa cellule de la prison de Settat, le jeudi 14 février 2008. Agé de 95 ans, Ahmed Nasser, un vieillard sénile et paralytique, avait été arrêté le 4 septembre 2007 pour atteinte aux sacralités.

Ahmed Nasser qui se déplaçait sur une chaise roulante avait pris le  bus à Casablanca pour rendre visite à son frère à El Youssoufia où la gendarmerie  royale l’a appréhendé  à la descente, suite à une dénonciation par un policier  qui se trouvait parmi les passagers,

La veille de sa mort, son fils a essayé de demander son hospitalisation, le lendemain quand il est revenu le voir on lui a dit qu’il était mort.

les marocains ont été bernés au nom de la reconciliation!




Le Maroc aura enfin son prisonnier d’internet. Fouad Mortadha

24022008

Le Maroc aura enfin son prisonnier d’internet. Fouad Mortadha  dans La face cachée b0566a1eda48f1b3e9ccfd7bd25da048 

http://www.helpfouad.com/

Fouad Mortadha est accusé d’usurper l’identité du prince Moulay Rachid frère du roi M6 sur « Facebook », Un espace fictif ou tout un chacun peut rêver en adoptant le portrait qui lui plait.

Au pays de M6,tout va bien en surface mais la misere,la pédophilie,la prostitution , la dictature makhzenienne, la corruption, la prohibition, l’interdiction et la censure sont la règle dont la répression est l’unique résultat.

 Avec la condamnation de Fouad Mourtada à 3 ans de prison ferme., le Maroc, vient de prouver que son système judiciaire est le pire de la région!….

Je suis dégoûté de ce système politique archaïque, féodal qui repésente l’obscurantisme politique




Maroc : Le journaliste Mostapha Hurmatallah renvoyé en prison

23022008

Maroc : Le journaliste Mostapha Hurmatallah renvoyé en prison dans La face cachée l_c5525c760bed5a474ed65be300620439

Le 13 février, la Cour de cassassion de Casablanca a confirmé sa condamnation à sept mois de prison, mettant ainsi fin à sa période de liberté provisoire.

 




Maroc: La corruption de la police marocaine semble s’aggraver de jour en jour

22022008

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Le grand bond en avant




Maroc-Banque mondiale : Remous autour d’un rapport confidentiel

12022008

Un rapport, encore confidentiel, de la Banque mondiale prévient le Maroc des risques d’une « explosion sociale ». Ce document déchaîne les passions avant même sa publication officielle.




Maroc:Les torturés par les services du makhzen

10022008

Maroc:Les torturés par les services du makhzen dans La face cachée phot2004

photo-2003 dans La face cachée

lidri2

p1010018

p1010020

p1010027

p1010068

photo-2002

ph10




Maroc:L’accord est imminent entre Rabat et Washington

10022008

Mettant à profit le refus de nombreux pays africains, dont l’Algérie, d’accueillir le siège du commandement militaire américain (Africom), le royaume du Maroc a négocié et conclu en douce avec les ةtats-Unis l’installation de cette structure militaire sur son territoire. Mary Carlin Yates, la commandante adjointe civile de l’Africom, disait donc vrai en affirmant lors de sa vidéoconférence à l’ambassade américaine à Alger le 16 janvier dernier, que des pays africains postulaient pour abriter le siège de ce commandement militaire. En fin de compte, c’est le Maroc qui en sera la terre d’accueil. Le Maroc est sur le point de conclure un accord avec les ةtats-Unis sur l’installation à Tan Tan d’une base du commandement militaire en Afrique (Africom).

L’information a été révélée par Mary Carlin Yates, lors d’une vidéoconférence similaire à celle d’Alger avec les journalistes marocains à Rabat. La numéro deux de l’Africom a indiqué que des membres du Congrès américain ont mis les dernières retouches à un accord avec les autorités marocaines, au cours d’un récent séjour au Maroc, pour que la base devant abriter le commandement militaire US pour l’Afrique sera édifiée pas loin de Tan Tan dans le sud, à la limite des frontières du Sahara Occidental. C’est la bourgade de Ras Dari qui a été choisie pour abriter ce projet. Des négociations entre le renseignement américain et les services secrets marocains ont préparé le terrain à cet accord conclu par les congressmen US, lesquels auraient visité d’autres pays africains, alliés de Washington, qui étaient sur les rangs pour accueillir le siège de l’Africom. Des experts américains ont réalisé une étude topographique du terrain, qui se prête idéalement à un tel projet en raison de la proximité des côtes atlantiques marocaines, d’où la facilité pour l’US Navy de s’en approcher.

Transmise au Pentagone, la proposition a été entérinée par le département de Robert Gates, qui entamera prochainement la livraison des équipements nécessaires à la construction de la base. En échange de ces facilités, les ةtats-Unis ont proposé au Maroc une contrepartie financière, sous forme d’aide très séduisante, indiquent les mêmes sources. Ceci étant, la présence militaire américaine au Maroc ne constitue pas un fait nouveau dans la mesure où le royaume alaouite a autorisé en 1983 les ةtats-Unis à édifier plusieurs installations de ce genre, dont la plus célèbre est la base aérienne de Ben Jarir, située à une soixantaine de kilomètres de Marrakech. Rabat a également proposé aux USA de construire des bases au Sahara Occidental, mais Washington, qui ne reconnaît que l’administration marocaine dans ce territoire, et non sa souveraineté en raison de la contestation du Front Polisario, a rejeté cette offre.

Ainsi, Mohammed VI a mis à profit le refus de nombreux pays africains d’accueillir le commandement de l’Africom, dont particulièrement l’Algérie et le Nigeria, pour soumettre sa proposition. Une aubaine que le Pentagone ne pouvait se permettre de rater au vu de l’hostilité de la majeure partie des ةtats du continent à ce projet. Nombre d’entre eux ont justifié leur position par le fait qu’une présence militaire US sur leur territoire pourrait être à l’origine d’attentats terroristes. Il est de notoriété publique que la nébuleuse Al-Qaïda de Oussama Ben Laden s’attaque aux intérêts américains partout dans le monde.

K. ABDELKAMEL




Maroc : la monarchie, la démocratie et les libertés individuelles

2022008

« Dieu a placé le roi sur le trône pour sauvegarder la monarchie. Pour cette sauvegarde, le rite malékite prévoit qu’il ne faut pas hésiter à faire périr un tiers de la population aux idées néfastes pour préserver les deux tiers de la population saine. »

Hassan II

En 2008, le Maroc demeure une monarchie absolue fondée sur une légitimité religieuse et des traditions séculaires, mais également sur des textes législatifs qui concentrent les pouvoirs entre les mains du roi. Monarque absolu, Mohammed VI continue de s’appuyer sur une administration et des forces de sécurité aux méthodes autoritaires.

Au Maroc, le concept de la séparation des pouvoirs n’existe pas. Le roi est le chef de l’exécutif. Selon l’article 24 de la constitution, « le roi nomme le Premier ministre » et « promulgue la loi » (article 26). Le roi est également « le chef suprême des Forces armées royales » (FAR, armée marocaine) et « nomme aux emplois civils et militaires » (article 30). « Le roi accrédite les ambassadeurs auprès des puissances étrangères et des organismes internationaux. Les ambassadeurs ou les représentants des organismes internationaux sont accrédités auprès de lui. Il signe et ratifie les traités. » (article 31).

Le roi dispose également de fortes prérogatives dans le domaine législatif. Il préside le Conseil des ministres (article 25). Il « préside l’ouverture de la première session [du Parlement] qui commence le deuxième vendredi d’octobre. » (article 40). Selon l’article 28 de la loi fondamentale, « le roi peut adresser des messages à la nation et au Parlement. Les messages sont lus devant l’une et l’autre Chambre et ne peuvent y faire l’objet d’aucun débat ». Le roi peut donc proposer des textes législatifs et s’ériger en source de loi.

Le roi contrôle aussi le pouvoir judiciaire. Les jugements sont rendus et exécutés en son nom (article 83) et il préside le Conseil supérieur de la magistrature chargé de nommer les magistrats (article 86).

En dotant le Maroc de la première constitution de son histoire (7 décembre 1962), Hassan II a donné une légitimité juridique à une monarchie qui fonde son pouvoir sur une essence et un caractère religieux. En effet, selon les historiographes officiels, le monarque alaouite est un descendant du prophète Mohammed. Grâce à cette lignée, souvent revendiquée et mise en avant, le roi du Maroc porte le titre d’Amir el mouminine, le Commandeur des croyants (article 19).

En s’octroyant ce titre, le roi devient ainsi l’autorité suprême du pays, puisqu’il dispose à la fois du pouvoir temporel et spirituel. D’autant plus que sa personne « est inviolable et sacrée » (article 23).

le souverain n’est pas seulement le descendant d’une lignée qui règne sur le pays depuis bientôt trois siècles et dont le prestige n’est pas négligeable, mais il descend du prophète et, en tant que tel, il est considéré par la masse marocaine comme le détenteur de la baraka qu’il répand autour de lui. »

Qui tient le couteau ?
Qui découpe les parts ?
Qui se sert en premier ?
Qui mange le gâteau ?
Et qui le ragarde ?

Tous les marocains ont faim….. Chacun à sa manière.







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...