• Accueil
  • > Archives pour février 2008

L’Economie marocaine à la merci de la pluie

29022008

Qui est le véritable décideur de la politique économique au Maroc ? Le roi ? Les multinationales ? le ministre de l’Economie ou le FMI ? Vous avez tout faux. Les véritables économistes en chef du royaume enchanté s’appellent Stratus et Cumulus. Et ce sont ces nuages qui dictent, selon qu’ils débarquent en nombre ou pas dans nos cieux, l’état de santé du PIB marocain. Pour rappel, l’agriculture pèse pour environ 15% du PIB et seuls 16% des terres cultivées sont irrigués, tandis que les 84% restants dépendent d’une pluviométrie incertaine. Alors, quand  le ministre de l’Economie se gargarise des 7% de croissance, ou quand le Centre marocain de conjoncture balance ses prévisions, n’y prêtez pas trop attention. Contentez-vous de lever les yeux vers le ciel et de chanter : “Goulou lâam zine…




Maroc :le cri des opprimés marocains

27022008

Image de prévisualisation YouTube




Maroc:le viol avec la bouteille

27022008

Image de prévisualisation YouTube

 

Une pratique courante au Royaume Enchanté…..




Maroc :les anciens makhzeniens au royaume enchanté

27022008

Maroc :les anciens makhzeniens au royaume enchanté dans La face cachée

kalifa ( vice ) du sultan mouley hassan ben mahdi

 dans La face cachée

mokri -vizir du trone

mohamed torres vizir des affaires èxtèrieures

mohamed MOKRI grand vizir sous le règne de 5 sultans

tayeb mokri pacha de casablanca

 

 

Conseil des vizirs avec Le sultan Sidi Mohamed

Des caids marocains avec des chefs de cercles français

Chouaib Doukali ministre de la justice 1912

glaoui et aissa benomar

caid bassou mouha ousaid des ait ouirra

caid Abdeslam des Beni ouriaghal

haj houcine khalifa de tin mil

notables de settat

glaoui et son khalifa hamou

pacha de fez

caid ben brahim caid de ganfouda

caid de tanger

caid ben brahim caid de ganfouda

haj torres / visir gnous / aff.èx tèrieures

caid mtougui / caid essaouira

caids du sud /glaoui au centre

caid tomboi / caid mhalla

caid boubker / casa

Depuis la nuit des temps le makhzen

pue la trahison
pue la mort et les massacres
pue la torture et les viols
pue le trafique de drogue
pue le racket et la corruption
pue la dépravation
pue l’opulence criminelle
pue la répression
pue…
Bref ! Les clowns changent mais c’est toujours le même cirque.

 

 

 

 

 




Maroc : pétition internationale pour dépénaliser l’homosexualité au royaume du Commandeur des Croyants

27022008

Maroc : pétition internationale pour dépénaliser l'homosexualité au royaume du Commandeur des Croyants dans La face cachée

Une pétition internationale en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité consentie au Maroc a été lancée par deux organisations des droits de l’Homme américaine et marocaine après la récente condamnation de six personnes dans le nord du royaume.

Human Rights Watch (HRW) basée à New York et l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante) appellent le gouvernement marocain « à abroger la loi condamnant à des peines de prison des actes d’homosexualité librement consentis », dans un communiqué commun parvenu à l’AFP.

Les deux ONG « lancent une pétition pour la suppression de l’article 489 du code pénal marocain et demandent la libération des six personnes condamnées à la prison en raison de cette loi ». Elles invitent à « la signature de cette pétition partout dans le monde ».

L’article 489 condamne de six mois à trois ans de prison et à une amende de 200 à 1.000 dirhams (18 à 90 euros) toute personne convaincue d’avoir commis un acte d’homosexualité.

En décembre, la justice marocaine avait condamné à des peines allant de quatre à dix mois de prison six prévenus poursuivis pour homosexualité à la suite d’une fête privée en novembre à Ksar El Kébir (nord) qualifiée par la presse de « mariage gay ».

La police les avait arrêtés en novembre, après la diffusion sur internet d’une vidéo montrant une fête privée dans cette ville.

Quelques jours plus tard, une manifestation de protestation contre l’homosexualité à laquelle participaient de nombreux militants islamistes, avait conduit à des affrontements avec les forces de l’ordre et au saccage d’une bijouterie supposée appartenir à l’un des participants et du domicile de l’organisateur de cette fête.

Le 17 février, les islamistes du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ont lancé, à partir de cette ville de 100.000 habitants dont ils dirigent la municipalité, une « campagne des valeurs et de la morale » qui doit se dérouler dans les principales villes du royaume.

AFP




Les marocains en ont marre…..il est temps

27022008

 

 

Les marocains en ont marre.....il est temps dans La face cachée 17188307_p




Maroc :le vrai visage caché du makhzen marocain

25022008

http://www.dailymotion.com/video/x2q618

 

Les temps ont changé ,les gens ont changé, mais le makhzen est toujours le même.

Un jour le chien mordra ceux qui l’ont affamé et humilié

 

 




Maroc : Disons NON

25022008

Non à la corruption!

Non à la misère !

 

Non à la censure!

 

Non au dictat du Makhzen !

Non à la torture !

 Non, non et non !

 

Au Maroc, la décadence politique est telle que les corrompus veulent déclarer carrément leurs mouvements majoritaires et gouverner par la corruption en toute transparence. Y F

 




Maroc:Peines de prison pour 10 manifestants contre la marginalisation de leur région

25022008

23 février 2008

Dix Marocains ont été condamnés par un tribunal de Ouarzazate à des peines allant d’une à six années de prison pour avoir manifesté contre la marginalisation et l’isolement de leur région.

Le tribunal a prononcé une condamnation à six ans de prison ferme, six à quatre ans, une à deux ans et deux autres à un an.

Les personnes condamnées s’étaient déplacées le 6 janvier de leurs villages situés dans les localités montagneuses de Msemrir et Ouilmi vers Boumalne-Dadès dans la région de Ouarzazate pour protester contre leurs mauvaises conditions.

Younès Oudali, condamné à la plus lourde peine, six ans de prison, est un lycéen. Les protestataires ont été poursuivis pour attroupement sur la voie publique, outrage au drapeau national et destruction de biens d’autrui.

Source : AFP




Maroc:Les Forces armées royales (FAR)

25022008

« Au Maroc, l’armée reste une force mal connue, la presse n’en parle jamais sinon pour exalter son rôle dans la « défense du trône ». Commandée par le roi, qui cumule les titres de chef suprême et de chef d’état-major général, son budget, lorsqu’il est présenté aux députés, ne fait l’objet d’aucune discussion. Il est voté tel quel.Depuis les deux coups d’État fomentés par l’armée au début des années 1970, Hassan II méfiant à l’égard des militaires, les faisait surveiller par la gendarmerie de l’inamovible général Housni Benslimane. Pas un déplacement de l’armée n’est passible s’il n’est encadré par les gendarmes. Et, lorsque des exercices de tirs sont organisés, la gendarmerie est là qui fait les comptes des munitions utilisées. « Benslimane est le vrai patron de l’armée », affirme un officier sous couvert d’anonymat.Pour ôter à ses généraux toute velléité de coup d’État, Hassan II avait imaginé une autre parade : les enrichir par l’octroi de fermes agricoles, de lotissements à bâtir ou simplement en les laissant se livrer à toutes sortes de trafics juteux. La recette a été efficace. Grâce aux largesses du roi défunt, à son laxisme, quantité d’officiers supérieurs ont bâti des fortunes colossales dans l’immobilier, l’agriculture, la pêche ou l’industrie.

« Des grades au commandement des unités, tout ce qui est source d’enrichissement rapide s’achète et se vend », accuse un officier d’infanterie. Les bons de carburant distribués aux unités sont revendus à l’extérieur des casernes. Des officiers prélèvent leur dîme sur la nourriture destinée aux soldats. D’autres n’hésitent pas à mettre la main sur les primes octroyées aux militaires en garnison au Sahara occidental. Au Maroc où le chômage des jeunes atteint des proportions catastrophiques, il faut même payer pour pouvoir être enrôlé dans l’armée. »
Extraits d’un article de Jean-Pierre Tuquoi, Le Monde, décembre 1999.

L’affaire Mustapha Adib « L’histoire de ce jeune officier d’aviation – il a 31 ans – bien sous tous rapports commence en octobre 1998. Choqué de voir son lieutenant-colonel arrondir ses fins de mois en revendant le carburant destiné à l’armée, il écrit au futur Mohammed VI, alors prince héritier et coordinateur des bureaux et services de l’état-major. Le prince ordonne une enquête, qui confirme ses dires. Le lieutenant-colonel coupable de détournement est poursuivi et condamné. Mais la hiérarchie militaire, elle, se venge : brimades, humiliations, mutations… Le jeune capitaine décide, malgré le règlement, d’alerter la presse étrangère. Son histoire est publiée le 16 décembre dans les colonnes du Monde. Poursuivi en justice pour « violation des consignes militaires et outrage à l’armée », il a été condamné, le 17 février, à cinq ans de prison, au terme d’un procès à huis clos émaillé d’incidents de séance, mais qui aura eu le mérite de poser – au grand jour – le problème de la corruption » (L’express mars 2000)

Mutapha Adib a été condamné à la peine maximale par le tribunal militaire de Rabat (cinq ans d’emprisonnement) au terme d’un procès à huis clos sans que ses droits à la défense ne soient respectés. La condamnation a été cassée par la Cour suprême en juin 2000 une première au Maroc. Un second procès du même style réduit la peine de prison de moitié en octobre 2000. Comme lors du premier procès, le tribunal a refusé d’entendre Moustapha Adib ainsi que les témoins de la défense. En février 2001, la Cour suprême rejète le pourvoi en cassation. Le jeune officier reste en prison. La hiérarchie militaire a été plus puissante que la Justice.

En 2000, Transparency International, une ONG spécialisée dans la lutte contre la corruption, lui a décerné le Prix de l’intégrité 2000, maigre consolation pour le jeune homme qui a été déchu de son grade et rayé des cadres de l’armée par le roi Mohammed VI.

Mohammed Adib a été libéré en mai 2002 après avoir purgé sa peine de deux ans et demi de prison. Il ne sera pas réintégré dans l’armée.







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...