Maroc:Le Makhzen une organisation de domination

12 09 2007

Le Makhzen est en réalité une véritable « pyramide de servitudes et de dépendances où
chacun se croyant le maître de l’autre est <> l’esclave d’un autre », un système où « l’assimilation au chef, la transparence au prince sont les moyens grâce auxquels chacun prend sur soi de s’ériger en maître de son voisin.
Les Marocains partagés entre volonté d’en découdre et tentation d’accepter fatalement leur « sort ».
Face à la monstrueuse pieuvre qu’est l’appareil du Makhzen qui enserre, depuis des siècles, le makhzen dans ses tentacules, épie, emprisonne, torture, neutralise, corrompt et écrase qui il veut et quand il veut, dans l’anonymat des « trous » personnels des centres de détention secrets, la clandestinité des mouroirs collectifs ou, sur la voie
publique, au grand jour et devant tout le monde, les Marocains (-nes) donnent, par moments, l’impression de ne plus savoir ce qu’ils doivent ou peuvent réellement faire pour retrouver leur condition d’humains. Il est vrai qu’après les cuisants échecs enregistrés et les déboires encaissés au cours des dernières décennies par leurs
forces vives, les massacres et les tueries qui s’en sont suivis, de nombreux Marocains (-nes) ne cachent plus leur hésitation (toute humaine) entre la volonté réelle et sincère de continuer par tous les moyens d’essayer d’en découdre avec le makhzen et l’irrésistible tentation de ravaler leur fierté et d’accepter fatalement leur Maktoub(sort).

Ce dilemme cornélien est vécu tragiquement, on s’en doute, par des millions de Marocains (-nes) condamnés à endurer au quotidien, à côté des affres physiques, morales et psychologiques d’une servitude innommable, des injustices sociales, économiques et politiques criantes et intolérables.
Et pourtant, si les Marocains (-nes) peinent (toujours) à trouver les moyens de se délivrer de la servitude moyenâgeuse qui les terrasse et les déshumanise à titre individuel et collectif, s’ils n’ont pas (encore) réussi à éliminer la monarchie ou à en abattre les symboles, il faut reconnaître, nous devons, par honnêteté, y insister, que
ce n’est pas faute d’avoir essayé et encore moins par manque de courage, de détermination ou d’irrésistible envie d’y arriver. Les incessantes luttes sociales livrées, tout au long des dernières décennies, par les citoyens (-nes) marocains dans les différentes villes, villages et douars du Royaume, montrent, s’il en est besoin, que le peuple marocain a tout, ou presque tout, tenté pour se débarrasser de la monarchie et de ses symboles honnis et détestés.
Pour reconquérir leur liberté et retrouver leur dignité de citoyens, le peuple marocain et ses forces vives n’ont reculé devant aucun pari ou défi aussi insensé soit-il, n’ont négligé aucune possibilité ou moyen susceptible de leur permettre d’abattre la monarchie et de s’extraire de l’emprise de son Makhzen : les coups d’État, les soulèvements populaires tantôt spontanés, tantôt organisés, les émeutes, les grèves, les sit-in, etc… Mais rien n’y
fait. Après chaque épreuve, le roi s’est senti plus fort et l’appareil du Makhzen plus puissant et plus redoutable qu’il ne l’était.
Ce qui ne peut que nous amener à nous interroger sur la nature de ce que certains médias de l’Hexagone, à la suite de ceux à la solde du Makhzen, ont appelé complaisamment la baraka (la bonne étoile) des monarques, baraka qui a permis, du moins jusqu’ici, à la maison du Makhzen et à sa clef de voûte, le monarque, de se
maintenir et de perdurer. Alors que partout ailleurs, à la faveur de la chute du mur de Berlin et la dislocation du bloc de l’Est, des demeures semblables, ou presque semblables, ont été emportées par la colère populaire ou se sont effondrées d’elles-mêmes sous la pression de la communauté internationale.

C’est ce que nous essayerons de voir dans le cadre de notre prochain article, (incha’aAllah).

Chroniques  Anti-Makhzen


Actions

Informations



Laisser un commentaire




ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...