• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 6 septembre 2007

Maroc:Bziz,l’autre roi du Maroc « Le roi des pauvres ».

6092007

Image de prévisualisation YouTube

 

 

L’humoriste Bziz – de son vrai nom Ahmed Sanoussi -,qui fait rire et réfléchir l’ensemble des Marocains,est à l’index depuis plus de 17 ans.

La télévision le boude, la radio l’ignore et les salles de spectacle se cadenassent. Pour le contact avec le public, il lui reste les spectacles à l’étranger.

L’humoriste croit à la justesse de son combat. « Jamais un dictateur ne réussira à vaincre le rire. Je veux continuer à lutter pour la liberté. Il faut que le pouvoir comprenne que, si rien n’est fait, le pays va connaître une Intifada. »

Bziz:« Le roi des pauvres »

nous vous aimons de tout notre coeur.




Maroc:Le makhzen et ses sbires à El-Ayoune

6092007

Les forces sécuritaires makhzenienes augmentent les poursuites et les intimidations contre les citoyens marocains d’origine sahraouis. Dans ce contexte, deux jeunes sahraouis ont été arrêté, jeudi 30 août 2007, au quartier Linaach. Le premier, Mr. Badr Elhawassi, a été arrêté dans un cybercafé par l’officier de la police judicaire, Mr. Aziz Annouche, surnommé ‘Touhima’. Le deuxième, Mr. Abdelghani Kabdani, a été arrêté vers 22 :00 GMT alors qu’il se dirigeait vers son domicile. Les familles des deux jeunes n’ont pas été avertie sur l’arrestation de leurs enfants et n’ont aucune idée ni sur les raisons de cette arrestation ni sur les charges contre ces deux jeunes. Le lieu de détention de ces jeunes marocains d’origine sahraouis, reste également inconnu.

Le conflit du Sahara Occidental: » un conflit crée par H2 pour éloigner l’armée de tout danger après 71 et 72 « 




Maroc:Je suis aimé par mon peuple(…).

6092007

 

« Je suis aimé par mon peuple(…). Si chaque fois qu’un parti tient son congrès,je me présentais dans la salle en disant : je me propose comme secrétaire ou président, je serai élu par ovation, à l’unanimité. »

Hassan II. La Mémoire d’un roi.

Merci à toi…merci le makhzen,grâce à vous le Maroc est un havre de censure, de peur, d’ignorance, de mediocrité et de féodalisme….




Maroc : l’appel au secours ?

6092007

 Maroc : l'appel au secours ? dans La face cachée 1189067283_must4

Le Makhzen reste la pièce maîtresse de la réalité du pouvoir au Maroc : l’Armée, la Police et les autres institutions, des plus transparentes – s’il en est – aux plus mafieuses, ne comptent pas céder sur l’essentiel de leur puissance. Toutes ne connaissent que le poker des temps anciens : un bluff démocratique à l’intention de l’occident et une répression sans pitié.. Ce sont des gens qui se sont enrichis par la fraude, la corruption et les passe-droits, toutes choses autorisées au plus hauts sommets de l’Etat.

Mustapha KHARMOUDI

Mustapha Kharmoudi est né vers le milieu du siècle dernier (1950 ?) à Benahmed (petite bourgade dans l’arrière-pays de Casablanca). Lycée à Khouribga et Casablanca. Puis Besançon et Dijon pour des études supérieures en Economie et Sociologie.

Militant syndicaliste et politique dans les années 70 – 80. Cela lui a valu une interdiction de séjour au Maroc pendant 17 ans ( il en retirera une idée très particulière de l’exil : moins en tant que déracinement qu’en tant que nouvel enracinement.)

 

 




Maroc:Refus du système “makhzen”

6092007

La clé de voûte du système makhzen est le sultan, monocrate dynastique héréditaire de fait, dont l’intronisation s’accompagne d’un simulacre de cérémonie d’allégeance à laquelle participent les dignitaires, tout à fait domestiqués. Ce pouvoir absolu, aggravé par la pseudo-fonction de « représentant de Dieu sur terre », forgée et transmise par des générations de despotes orientaux, mais qui ne reposent, en effet, sur aucun fondement religieux ou légal, ce pouvoir s’appuie sur deux instruments d’intervention :
1-La mehalla, sorte d’armée mercenaire attachée au service du sultan soit par des privilèges, soit par l’esclavage.
2- Le makhzen proprement dit, corps d’agents généralement recrutés parmi les notables ruraux et urbains, dont la caractéristique permanente est la corruption.
Cet appareil d’Etat, véritable force de frappe, a comme fonction principale de lever l’impôt sur les consentants, de châtier et spolier les récalcitrants. La pénétration étrangère a disqualifié totalement le système, en le privant du dernier alibi qu’était la défense du Dar-el-Islam. Du reste, la conquête coloniale s’est insérée dans la lutte contre le bled-el-makhzen, dont elle a pris la succession dans la lutte contre le bled-es-siba. Le protectorat, motivé pourtant par la réforme nécessaire du makhzen, déploya, durant la première décennie, une politique orientée objectivement contre les intérêts, sinon l’identité du peuple marocain. Le traité de 1912 retira au sultan l’initiative des lois. Le premier texte, paru dans la première livraison du Bulletin officiel du protectorat, amorça le processus de l’accaparement des terres par la colonisation, processus qui franchira une étape décisive avant la fin de 1919, année de la mainmise sur les terres collectives. Dès 1914, la politique dite « berbère » était en marche : toutes les régions berbérophone sont soustraites au makhzen et au chrâa. En résumé, la perpétuation du système makhzen avait non seulement conduit à l’aliénation de la souveraineté, mais cautionnait l’entreprise de spoliation du patrimoine et de désintégration de l’identité nationale.
Y.A







ziktos |
ptah-sokar (mangas-musiques) |
Chambre Professionnelle d'A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boghassa
| Monde entier
| com-une-exception, l'actual...